M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un vétéran est inculpé pour avoir prié devant un avortoir


Adam Smith-Connor.

Par Steven Ertelt (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Un vétéran de l’armée fait l’objet de poursuites pénales au Royaume-Uni. Son crime ? Avoir prié devant un établissement pratiquant l’avortement.

Adam Smith-Connor, père de famille post-avortement, est l’un des trois défenseurs de la cause pro-vie qui ont récemment été condamnés à une amende ou à des poursuites pénales pour avoir prié silencieusement à proximité d’un établissement pratiquant l’avortement, un « crime de pensée ». Une affaire similaire impliquant Isabel Vaughan-Spruce a suscité l’indignation internationale en décembre.

En janvier, M. Smith-Connor priait près d’un centre d’avortement à Bournemouth lorsque des agents de sécurité communautaire l’ont interrogé sur ses activités, selon l’article.

Une vidéo de leur interaction, partagée par Alliance Defending Freedom (ADF), montre un agent dire à Smith-Connor qu’il est autorisé à prier silencieusement dans les lieux publics.

« C’est l’Angleterre, c’est un lieu public et vous avez le droit de le faire », déclare l’agent dans la vidéo.

Plus tard, cependant, le conseil municipal local a tout de même infligé une amende à Smith-Connor, prétendument pour avoir violé une nouvelle ordonnance de protection des espaces publics de la ville (PSPO). L’ordonnance, qui a été adoptée en octobre, interdit la prière, le conseil et d’autres actions « d’approbation ou de désapprobation, en ce qui concerne les questions liées aux services d’avortement, par quelque moyen que ce soit », selon Christian Today.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Aujourd’hui, M. Smith-Connor fait face à des accusations criminelles.

L’ADF, qui représente M. Smith-Connor, a déclaré que les accusations « sont une surprise » après que le Conseil de Bournemouth, Christchurch et Poole (BCP) se soit abstenu d’engager des poursuites dans le délai légal. L’ADF affirme que la police avait déjà informé M. Smith-Connor qu’il n’enfreignait pas la loi.

Sa première audience aura lieu le 9 août à la Cour des Magistrats de Bournemouth, où une date sera fixée pour son procès. On s’attend à ce qu’il plaide « non coupable » lors de l’audience.

Commentant la nouvelle de son inculpation, M. Smith-Connor a déclaré : « Personne ne devrait être poursuivi pour avoir prié en silence. Il est inimaginable que, dans une société apparemment libre, je sois inculpé au pénal sur la base de ce que j’ai exprimé silencieusement, dans l’intimité de mon esprit. »

« J’ai servi pendant 20 ans dans l’armée de réserve, y compris en Afghanistan, pour protéger les libertés fondamentales sur lesquelles ce pays est construit. Je poursuis cet esprit de service en tant que professionnel de la santé et bénévole dans une église. Je suis très troublé de voir nos libertés s’éroder au point que des crimes contre l’esprit sont désormais causes de poursuites au Royaume-Uni ».

Son conseiller juridique, Jeremiah Igunnubole, de l’ADF UK, a déclaré que cette affaire « n’a pas sa place dans un pays qui s’est historiquement et fièrement engagé en faveur de l’État de droit ».

« En autorisant que la prière silencieuse soit une cause d’inculpation, nous naviguons dans des eaux dangereuses en ce qui concerne la protection des droits de l’homme au Royaume-Uni », a-t-il déclaré.

« Les zones de censure sont intrinsèquement mauvaises et engendrent une confusion juridique inutile en ce qui concerne le droit à la liberté de pensée. Le droit national et international établit depuis longtemps que la liberté de pensée est un droit absolu qui ne doit jamais être entravé par l’État ».

Jeremiah Igunnubole, conseiller juridique de l’Alliance Defending Freedom UK, a déclaré que la seule raison pour laquelle le vétéran de l’armée a été puni est qu’il a prié pour que les bébés à naître et les mères soient épargnés par l’avortement.

« Si une autre personne avait réfléchi en silence à un autre sujet, tel que le changement climatique, dans la zone de censure de la PSPO, les représentants du Conseil n’auraient pas exigé qu’elle quitte les lieux », a déclaré M. Igunnubole. « Adam a fait l’objet d’une discrimination par rapport à une autre personne se trouvant dans une situation analogue, en raison de ses convictions religieuses ».

« La criminalisation de ces bénévoles devrait être un signal d’alarme pour tous ceux qui attachent de l’importance à la liberté d’expression — et même à la liberté de pensée — quelles que soient leurs opinions sur l’avortement », a-t-il ajouté.

La répression de la liberté d’expression en Angleterre suscite l’inquiétude dans le monde entier. En décembre, une vidéo montrant l’arrestation de Mme Vaughan-Spruce pour avoir prié silencieusement devant un centre d’avortement à Birmingham est devenue virale, des millions de gens l’ayant regardée.

Ignorant l’indignation, le Parlement a toutefois voté en mars la création de zones de censure à l’extérieur des établissements pratiquant l’avortement dans toute l’Angleterre et le Pays de Galles.

Les députés ont également rejeté un amendement qui aurait précisé que la prière silencieuse et les conversations consensuelles étaient autorisées.

Dans le cas de Smith-Connor, il ne connaît que trop bien la douleur et les regrets liés à l’avortement. Il a déclaré s’être rendu au centre d’avortement en janvier pour prier pour son fils, avorté il y a plus de 20 ans. Il a ajouté qu’il priait également pour que les mères, les pères et les bébés à naître soient épargnés par l’avortement.

« Il est impensable que j’aie été sanctionné simplement parce que j’ai prié au sujet de ma propre expérience d’avortement — j’ai payé pour que mon ex-compagne en subisse un — et pour mon fils, Jacob, que j’ai perdu. La décision que j’ai prise il y a toutes ces années me chagrine profondément », a-t-il déclaré.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire