M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Plus d’un quart des décès au Pays-Bas sont « provoqués »

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Combien de temps cela prendra-t-il au Canada pour en arriver là ? Extrait d'Aleteia :

L’euthanasie aux Pays-Bas est en hausse

Quinze ans après la dépénalisation de l’euthanasie et du suicide médicalement assisté aux Pays-Bas, plus de 25 % de tous les décès dans le pays sont provoqués, plutôt que causés par une maladie ou d’autres causes naturelles.

Ce chiffre est basé sur les statistiques de 2017 et comprend près de 6 600 cas d’euthanasie, 1 900 suicides et quelque 32 000 personnes tuées par le biais d’une pratique appelée sédation palliative, selon un article du journal The Guardian […]

« L’une des raisons pour lesquelles l’euthanasie est devenue plus courante après 2007 est que l’éventail des conditions considérées comme admissibles s’est élargi, tandis que la définition de “souffrances insupportables”, qui est au cœur de la loi, a également été assouplie », écrit de Bellaigue.

[…]

Commentant le reportage, l’activiste anti-euthanasie Wesley J. Smith a souligné que de nombreuses personnes sont tuées aux Pays-Bas par « sédation terminale », qu’il a définie comme « une euthanasie au ralenti où les patients qui ne sont pas au stade actif de la mort sont mis dans des comas artificiels et privés de toute alimentation pour qu’ils meurent par déshydratation. » La pratique, dit-il, ne doit pas être confondue avec la « sédation palliative », qui « soulage les symptômes d’un patient mourant sans causer intentionnellement la mort ».

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire