M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Non, la légalisation de l’avortement ne réduit pas la mortalité maternelle !

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître) — Photo : Joa Souza/Adobe Stock

« [C’est avec] l’un des principaux arguments en faveur de la légalisation de l’avortement dans les pays en voie de développement [que l’on] tente de contourner le statut moral du fœtus en faisant appel à des considérations pratiques : l’interdiction de l’avortement n’empêche pas les avortements, mais elle expose les femmes au risque d’avortements clandestins dangereux, tuant des femmes dans grands nombres. Puisque la légalisation de l’avortement réduit considérablement les avortements à risque, sans augmenter le nombre global d’avortements, l’avortement devrait être légal. »

Ce qui est un argument phare pour légaliser l’avortement est mis à mal par une étude récente, publiée dans le Journal of Medical Ethics.

L’auteur, Calum Miller, commence par fustiger les statistiques, bien souvent déformées.

Par exemple, commente-t-il, « la Fédération internationale de gynécologie et d’obstétrique affirmait que les avortements à risque représentaient 13 % des mortalités maternelles mondiales ».

Or, l’étude de l’Organisation mondiale de la santé (OMS) incluait notamment dans ces 13 %, « les décès dus à une grossesse extra-utérine, à une fausse couche ».

De même, le Collège royal des obstétriciens et gynécologues a récemment relayé une information selon laquelle « 12 000 femmes au Malawi meurent d’avortements à risque chaque année. Mais la dernière estimation du nombre total de décès maternels au Malawi chaque année est de 1 150, soit moins de 10 % de ce chiffre ». Il semble que « 6 à 7 % de ces décès sont dus à une fausse couche et à un avortement provoqué combinés ». Ce qui revient à surestimer le nombre de décès par 100, ce qui est loin d’être négligeable !

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Muller va plus loin : il affirme que « la légalisation de l’avortement peut conduire à une augmentation de la mortalité maternelle. Je signale des pays comme le Rwanda, les Pays-Bas et l’Éthiopie, où la mortalité ou la morbidité liée à l’avortement a augmenté lors de la dépénalisation. »

Il énumère les raisons qui confirment ce phénomène :

  • La légalisation de l’avortement augmente le nombre total d’avortements. Bien souvent, le nombre d’avortements illégaux reste constant même après la légalisation. Et dans de nombreux cas, ils augmentent.
  • De nombreuses femmes continuent à choisir l’avortement clandestin.
  • La plupart des décès peuvent être évités par des « soins post-avortement ».
  • La plupart des avortements, légaux ou illégaux, sont « médicamenteux » et « autogérés ». Hors la présence d’un personnel de santé.

« Ceux qui s’intéressent à un altruisme efficace, ou à l’utilisation de ressources limitées pour sauver autant de vies que possible, devraient donner la priorité à d’autres interventions en matière de santé mondiale et de développement international, même s’ils pensent que l’avortement devrait être légalisé », conclut-il.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire