M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les centres pro-vie canadiens d’aide aux femmes enceintes sont en danger

Par David Cooke (Campaign Life Coalition) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Valerii Honcharuk/Adobe Stock

Signez notre pétition : « Ne retirez pas le statut charitable aux centres pro-vie d'aide aux femmes enceintes »

Je veux vous parler d’une menace très sérieuse pour les centres de grossesses critiques au Canada — et pour toutes les femmes et bébés à naître qu’ils servent !

À la page 4 de la plateforme électorale libérale de 2021, les libéraux de Trudeau ont publié une condamnation générale de tous les groupes pro-vie au Canada. Ils ont faussement prétendu : « les organismes pro-vie* travaillent activement à la diffusion de fausses informations sur l’avortement, mettant ainsi en péril la santé et la sécurité de jeunes et de femmes vulnérables ».

Sans aucun fait pour étayer leur diffamation, les libéraux font cette promesse : « Un gouvernement libéral réélu s’engage à : ... Ne plus accorder un statut d’organisme de bienfaisance à des organisations antiavortement (par exemple, les centres de crise de grossesse) qui fournissent des services de consultation malhonnêtes aux femmes au sujet de leurs droits et des options qui sont à leur disposition à toutes les étapes de la grossesse. »

Si M. Trudeau parvient à ses fins (et il y arrive souvent !), des dizaines de centres grossesses critiques et des centaines de groupes pro-vie à travers le pays risqueront de fermer. Et les milliers de bébés qu’ils sauvent de l’avortement chaque année risquent de ne jamais voir la lumière du jour !

Bébé et nouvelle maman

Selon Pregnancy Care Canada, plus de 30 000 femmes ont eu accès à de l’aide l’année dernière dans leurs 80 centres de soins de grossesse affiliés. Plus de 7 000 clientes ont reçu de l’aide matérielle telle que des couches, du lait maternisé et des vêtements. Plus de 600 femmes ont demandé et reçu un soutien post-avortement.

Nous devons veiller à ce que ces organisations vitales, ainsi que leur personnel et leurs bénévoles dévoués, qui apportent aide, espoir et guérison aux femmes enceintes et à leurs bébés à naître, soient protégés des fanatiques pro-avortement et de leurs alliés politiques de gauche.

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Sans le statut d’organisme de bienfaisance, les centres de crise pour femmes enceintes pourraient être littéralement réduits à néant par les impôts, en particulier ceux situés dans les centres urbains du Canada, où se trouvent de nombreuses femmes en crise. Ces services vitaux perdront également leur capacité à remettre des reçus de charité aux donateurs, ce qui pourrait entraîner une baisse significative des dons.

Les motifs du Parti libéral sont transparents : en retirant aux centres de grossesse critiques leur statut d’organisme de bienfaisance, ils augmenteront la demande d’avortement, ce qui donnera aux libéraux l’excuse dont ils ont besoin pour exiger un accès accru à l’avortement. Ce n’est pas être pro-choix, c’est être pro-avortement.

Autre sujet de grandes inquiétudes : où donc cette nouvelle politique de M. Trudeau pourrait-elle nous mener par la suite ? Si elle est mise en œuvre, elle pourrait facilement être étendue à d’autres groupes. Il n’est pas difficile d’imaginer qu’un « test de valeurs libéral 2,0 » soit appliqué à tous les organismes de bienfaisance au Canada, y compris les églises, les œuvres de charité, les missions, les camps, les collèges et les écoles chrétiennes, etc.

Nous pourrions assister à une répétition de ce qui s’est passé en 2018, lorsque le premier « Test des valeurs libérales » a été mis en place. À l’époque, chaque groupe qui demandait du financement dans le cadre du programme Emplois d’été devait signer une attestation dans laquelle il reconnaissait les « droits » abortifs, homosexuels et transgenres.

En raison de leur refus de principe de signer l’attestation, des milliers d’organisations (dont Campaign Life Coalition) ont été exclues de ce financement régulier simplement parce qu’elles avaient des convictions pro-vie. Cela a laissé dans l’embarras un grand nombre de Canadiens qui dépendaient de ces organisations pour divers services, soutiens ou aides au cours des mois estivaux.

Si le même type de « test des valeurs libérales » est imposé à tous les organismes de bienfaisance du pays, les jours à venir pourraient être très sombres — non seulement pour ces organismes, mais aussi pour les millions de Canadiens qu’ils servent !

Je crois que la révocation du statut d’organisme de bienfaisance des centres de crise pour femmes enceintes n’est que la première étape. Les libéraux de Trudeau se sont lancés sur le sentier de la guerre pour fermer tous les organismes de bienfaisance au Canada qui expriment des convictions pro-vie, quelles qu’elles fussent. Nous devons stopper cette politique libérale dans son élan !

S’il vous plaît, signez notre pétition aujourd’hui et prenez position pour défendre les femmes et les bébés servis par les centres de grossesse critiques du Canada et les organisations pro-vie. Cette pétition sera transmise aux membres du Parlement lors de leur prochaine session.

Bien à vous pour la vie,
David Cooke

Signez notre pétition : « Ne retirez pas le statut charitable aux centres pro-vie d'aide aux femmes enceintes »

 


*Dans la version anglaise officielle : « anti-choice », mais « pro-vie » dans la version française officielle. — A.H.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire