M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Alerte orange 2020

tournant

885 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 10 jours -- Merci de votre grande générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps où il faut faire preuve de vigilance. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Le traitement indigne des corps d’enfants avortés

Par Calvin Freiburg — traduit par Campagne Québec-Vie

Columbus, Ohio, 28 août 2018 (LifeSiteNews) — Le groupe pro-vie Created Equal lance une nouvelle série de vidéos exposant la sinistre réalité de l'avortement d'un point de vue unique: des témoignages de conducteurs de camions chargés de ramasser les dépouilles des bébés avortés aux établissements d'avortement.

La première des trois vidéos à être publiées, vidéos qui «exposent les méfaits de l’industrie de l’avortement», présente le récit audio d’un ancien conducteur de Stericycle qui prenait des corps de fœtus d’une clinique d’avortement non spécifié «au moins deux fois par semaine» d’octobre 2016 à juin 2017. Stericycle est une entreprise d'élimination de déchets médicaux qui a contribué à l'élimination de corps de fœtus provenant de Planned Parenthood. Cette compagnie a déclaré en 2017 avoir cessé d'accepter de s’occuper de bébés avortés.

L'article continue ci-dessous...
×

Campagne de financement - Alerte orange 2020

885 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste 10 jours -- Merci de votre grande générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

ATTENTION: la vidéo contient des images choquantes d’enfants avortés. La prudence est recommandée.

Le chauffeur raconte comment le personnel envoyait quelqu'un le rencontrer dans une station-service à proximité alors que des manifestants pro-vie étaient devant le bâtiment. «Je ne me sentais pas bien moi-même parce que c’était un endroit public», dit-il. La vidéo montre des bacs en plastique indéfinissables, des contenants et des boîtes en carton, qui sont chargées à l’arrière d’un camion.

L’homme explique qu’à cause du fait qu’il détestait «beaucoup de choses qu’ils faisaient» et du fait que son employeur n’était pas honnête avec lui depuis le début, il a finalement quitté son emploi. C'était apparemment une expérience commune, car il estime qu'il était «environ le septième gars en deux ans» à avoir fait la même chose.

«Chaque fois que je passais par-là, j'avais un frisson intérieur, aussi je ne voulais plus avoir affaire avec eux», a déclaré l'ex-conducteur.

Alors qu’il raconte qu’il accompagnait les infirmières les regardant sortir des morceaux de bébés avortés de congélateurs pour les mettre dans des sacs rouges et dans des boîtes scellées, la vidéo montre le congélateur d’un réfrigérateur normal rempli d’objets dans des sacs en plastique rouge et bleu. Sur une étagère, les «déchets» sont placés juste à côté d’un contenant de jus Minute Maid.

«Et ça sent, alors qu'est-ce qui est gelé dans le sang? Tu peux le voir, et ça donne envie de vomir,» dit-il. À ce stade, sur l’écran passe des images sanglantes et en gros plan de mains, de jambes, de visages, etc. de bébés avortés. «Et tu tournes la tête parce que tu ne veux pas la [l’infirmière] voir mettre ça dans la boîte et l’emporter.»

«Alors, qu'est-ce que tu sors de là? C’est une clinique pour femmes. C’est un bébé», dit-il.

Le chauffeur explique que les bébés avortés [dont les sacs sont] marqués pour l'incinération sont envoyés dans un «grand four qu'ils avaient plus haut dans leur établissement [pas la clinique]», pour être éliminés, une partie du processus qu'il redoutait.

La vidéo s’inscrit dans le cadre du projet Weak Link, créé en 2016 par Equal Created, qui partait de l’hypothèse selon laquelle l’industrie de l’avortement ne peut fonctionner sans les entreprises de déchets médicaux qui les aident à se débarrasser d’un grand nombre de corps d’enfants avortés qu’elle accumule.

«Notre fermeture à tous tient à un incinérateur ou à une entreprise d'incinération», a déclaré Renee Chelian, propriétaire d'une chaîne d'avortement du Michigan, lors d'une conférence organisée en 2014 par la Fédération nationale de l'avortement. «J'avais cinq mois de tissu fœtal dans mes congélateurs» avant l'arrivée de Stericycle.

Citant des témoignages d'anciens chauffeurs et une foule d'images prises par des témoins oculaires, Created Equal affirme que Stericycle continue de recueillir les bébés tués par des avorteurs malgré leurs dénégations publiques.

«À moins que Stericycle ne refuse de collecter, de transporter et d’éliminer les corps de fœtus, les instruments utilisés à les tuer et les autres déchets, pour les cliniques d’avortement, nous ne cesserons jamais de l’exposer au public», a déclaré Mark Harrington. «Stericycle doit abandonner le cartel de l’avortement en annulant tous les contrats avec les cliniques d’avortement ou faire face à une exposition publique continue et à une mauvaise publicité».

Created Equal exhorte les pro-vie à appeler le président de Stericycle, Charles Alutto, au (847) 607-2004 pour lui demander de «cesser de mentir sur l'implication de son entreprise dans l'holocauste de l'avortement» et de «cesser de rendre possible l’avortement en transportant et éliminant les corps des bébés avortés et les instruments de leur mort.» Les coordonnées complètes des différents départements de Stericycle sont disponibles ici.

Campagne de financement - Alerte orange 2020

Merci de veiller avec nous. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire