M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Rosaire aux frontières de Pologne repris dimanche au Canada et aux États-Unis

Par Olivier Bault, Correspondant à Varsovie (Réinformation.TV) 

« J’aime la Pologne d’un amour particulier, et si elle m’est fidèle, je l’élèverai en puissance et en sainteté. C’est d’elle que sortira l’étincelle qui préparera le monde à mon ultime venue. » (Petit Journal de Sainte Faustine, n°1731). La prière du Rosaire aux frontières qui a rassemblé plus d’un million de fidèles aux frontières de la Pologne le 7 octobre 2017, pour répondre à l’appel de la Vierge Marie à Fatima, serait-elle cette étincelle ? Ce n’est pas à nous de le dire, mais en tout cas cette initiative des catholiques polonais continue d’essaimer dans le monde entier. Depuis, elle a en effet été reprise, entre autres, en Italie, en Irlande, en Colombie, en Australie, en Croatie, en France, et bientôt à Malte (le 13 octobre prochain). Le 7 octobre, jour de la fête de Notre-Dame du Rosaire instaurée après la bataille de Lépante où la flotte de la Sainte-Ligue constituée à l’initiative du pape Pie V l’emporta sur la flotte ottomane, sauvant l’Europe de l’islamisation, les catholiques des États-Unis et du Canada organisaient à leur tour un rosaire d’une côte à l’autre (Rosary Coast to Coast), de l’Atlantique au Pacifique, accompagnés par des catholiques d’une cinquantaine d’autres pays formant ce que les organisateurs ont appelé une « Sainte Ligue des nations ».

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le Rosaire d’une côte à l’autre aux États-Unis et au Canada ouvertement inspiré du Rosaire aux frontières polonais

Les catholiques américains ont choisi d’invoquer Notre-Dame de Guadalupe avec comme patrons de ce rosaire d’une côte à l’autre deux grands saints du XXe siècle : Maximilien Kolbe et Padre Pio. Ce rosaire de l’Atlantique au Pacifique, auquel participaient des paroisses des 50 Etats américains et de provinces canadiennes, avait reçu le soutien de plusieurs évêques, parmi lesquels le cardinal Raymond Burke. Il y a un an, sur le site consacré au Rosaire aux frontières polonais, on pouvait lire que « le Rosaire est une arme puissante dans la lutte contre le mal. Si puissante qu’elle peut changer le cours de l’histoire, et des milliers de témoignages et de miracles documentés sont là pour prouver son efficacité hors du commun. Marie est Reine de Pologne, elle prend soin de nous depuis des générations, aux moments critiques de notre histoire elle a toujours été auprès de nous et nous auprès d’Elle. Pour sauver le monde, la Mère de Dieu nous invite à la prière du Rosaire. C’est pourquoi nous croyons que si le Rosaire est récité par environ un million de Polonais aux frontières du pays, cela peut non seulement changer le cours des choses, mais aussi ouvrir les cœurs de nos compatriotes à l’action de la Grâce divine. La puissante prière du Rosaire peut influer le destin de la Pologne, de l’Europe et même du monde entier. »

Le chapelet, une arme de guerre spirituelle

Sur le site américain consacré au Rosaire d’une côte à l’autre, il est question, avec des accents presque hollywoodiens, d’un appel aux armes, d’une véritable guerre spirituelle. Un appel repris par le cardinal Burke et qui, comme celui des Polonais, se réfère directement à l’appel à la prière rosaire lancé par le pape Pie V avant la bataille de Lépante. Toutefois, les organisateurs précisent bien sur leur site qu’» aujourd’hui, notre bataille est spirituelle ! » : « Nous vivons en des temps troubles avec des lois et des décisions de justice entrant en conflit avec la loi divine, en particulier en ce qui concerne le mépris pour le droit des enfants à naître, des personnes âgées et des plus faibles dans notre société, ainsi que les attaques contre le mariage et les valeurs familiales. »

Le monde va mal, mais la solution est entre nos mains.

Publicité



Laissez un commentaire