M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le fleuve Saint-Laurent aurait plus de droits que l’enfant à naître...

Par Geneviève De Vriendt (Campagne Québec-Vie) — Photo : Thierry Guimbert/Adobe Stock

L’Observatoire international des droits de la nature a annoncé jeudi dernier l’adhésion d’une treizième municipalité du Québec, la Ville de L'Île-Perrot, à l’Alliance Saint-Laurent, une alliance qui a pour mission la reconnaissance de la personnalité juridique et des droits du Fleuve Saint-Laurent.

Par son action concrète, l’Observatoire international des droits de la Nature « cherche à conseiller juridiquement et à présenter des projets de loi, des politiques publiques et des interventions amicales lors de procédures judiciaires… pour la défense des droits de la Nature. »

Au printemps 2021, un projet de loi « visant à reconnaître le fleuve Saint-Laurent en tant qu’entité juridique et sujet de droit » a été publié par OIDN.

Légalement, l’enfant à naître n’a pas une personnalité juridique tandis qu’on essaie d’en attribuer au fleuve Saint-Laurent. Le fleuve aurait des droits alors que l’enfant à naître n’acquiert juridiquement ses droits qu’à la naissance.

Non seulement une injustice envers les êtres humains, et un raisonnement illogique et absurde pénètrent cette conception des droits, mais aussi une volonté de révolutionner l’ordre naturel. L’homme ne domine plus la nature, mais se laisse dominer par elle, et lui accorde des « droits » qu’il n’accorde même pas à ses propres enfants.

Même la Convention Internationale des Droits de l’Arbre considère « que l’arbre est un être vivant qui ne peut être réduit à un simple objet ou à sa seule utilité économique » alors que notre système médical, juridique, et gouvernemental considère que l’enfant à naître peut être réduit à un simple objet jetable sous prétexte d’utilité économique.

L’Arbre, le Fleuve, la Nature reçoivent des statuts juridiques, des droits, et des conventions internationales à leur nom, mais l’enfant à naître ne reçoit même pas la reconnaissance de sa propre dignité. À quand la prochaine Convention Internationale des Droits des Enfants à Naître ?

Publicité
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire