M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Cour d'appel de Colombie-Britannique juge qu'un père doit employer « lui » pour désigner sa fille

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Une triste affaire qui dure depuis deux ans environ. D’après LifeSiteNews :

La Cour d'appel de la Colombie-Britannique a statué vendredi qu'une jeune fille de 15 ans était assez âgée pour consentir à des injections de testostérone, malgré les objections de son père qui affirme que sa fille troublée avait été influencée par des militants du transgenrisme et ne comprenait pas les conséquences à long terme de sa décision.

La décision rendue en appel le 10 janvier a également placé le père sous une « ordonnance de conduite » en vigueur jusqu'en avril, qui lui ordonne de reconnaître sa fille, maintenant âgée de 15 ans, comme étant de sexe masculin, d'utiliser des pronoms masculins pour la désigner et de l'appeler par le nom masculin qu'elle a choisi.

En vertu d'une interdiction de publication de tout renseignement pouvant permettre d'identifier les noms des parties, le père est désigné par les termes « CD » et sa fille par le terme « AB ».

« Bien que CD ait bien sûr pleinement droit à ses opinions et à ses croyances, il ne peut pas oublier que AB, maintenant âgé de 15 ans, avec le soutien de sa mère et de ses conseillers médicaux, a choisi une ligne de conduite qui comprend non seulement un traitement hormonal, mais le changement légal de son nom et de son identité sexuelle », peut-on lire dans la décision du juge en chef de la Cour d'appel de la Colombie-Britannique Robert Bauman, du juge Harvey Groberman et du juge Barbara Fisher [dans le texte anglais, les adjectifs possessifs marquant le genre du possesseur désignent le masculin, soit que les juges aient décidé de masculiniser la jeune fille dans leur texte, ou qu’ils emploient le masculin générique vue qu’ils veulent garder son identité inconnue*].

La Cour a rédigé une autre ordonnance de conduite ordonnant à CD de ne pas, « directement ou indirectement, par l'entremise d'un agent ou d'un tiers, publier ou partager de l'information ou de la documentation concernant le sexe, l'identité sexuelle, l'orientation sexuelle, la santé mentale ou physique, l'état médical ou les thérapies de AB », sauf avec les avocats et le personnel médical participant à l'affaire.

Ils ont concédé à CD le droit « d'exprimer son opinion dans ses communications privées avec sa famille, ses amis proches et ses conseillers proches, à condition qu'aucune de ces personnes ne fasse partie d'un média ou d'un forum public, ou y soit lié, et à condition que CD obtienne l'assurance de ceux avec qui il communique ces informations ou des opinions qu'ils ne divulgueront pas ces informations à autrui ».


*Commentaire d’A. H.

Publicité
La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire