M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’attestation d’Emplois d’été Canada restera inacceptable

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Le Peuple/Flickr

Nous vous avions récemment annoncé le changement apporté par le gouvernement fédéral à l’attestation d'Emplois d'été Canada contrôlant l’accès aux subventions y étant liées. En effet depuis le mois de janvier, ces subventions destinàes à aider des employeurs à engager des étudiants sont interdites à ceux qui ne pouvaient signer l’attestation qui exigeait que le mandat principal de l’organisme employant soit conforme, entre autres « aux droits reproductifs » (avortement, contraception), et « le droit de ne pas faire l’objet de discrimination fondée sur… l’orientation sexuelle, ou l’identité ou l’expression de genre. »

Le gouvernement serait en train de changer cette attestation en une autre apparemment moins restrictive, mais empêchant quand même les organismes pro-vie de recevoir les flots d’argents du gouvernement.

Cependant, d’après Campaign Life Coalition (CLC), cette nouvelle attestation devrait empêcher de signer toute personne moralement opposée à l’avortement. Extrait de CLC (l'article peut aussi être vu sur LifeSiteNews):

Les Canadiens doivent voir les choses telles qu’elles sont. Une manœuvre de campagne de Trudeau, 11 mois seulement avant les élections, pour tenter d’empêcher que les électeurs chrétiens ne lui répondent par les urnes. Trudeau sait qu’il a commis l’erreur de montrer ses dents aux croyants l’an dernier lorsqu’il a introduit le serment de loyauté pro-avortement/transgenrisme. Sa manœuvre a été instantanément reconnue comme une politique totalitaire d’oppression des chrétiens.

[...]

La nouvelle attestation demandera toujours à l’employeur ou au groupe sans but lucratif d’attester que « l’emploi » pour lequel l’étudiant est embauché « ne sera pas utilisé pour miner ou restreindre l’exercice des droits légalement protégés au Canada ». Plus précisément, elle rend inéligibles tous les activités ou projets de travail qui « s’efforcent activement d’entraver ou de restreindre l’accès des femmes aux services de santé sexuelle et reproductive ».

Voici l’essentiel... La nouvelle attestation est toujours inacceptable pour les églises chrétiennes et les employeurs.

Les croyants chrétiens sincères ne devraient pas la signer, en toute bonne conscience.

Pourquoi pas ?

Parce qu’elle oblige indirectement à accepter l’idée fausse que tuer des bébés dans le ventre de sa mère est un véritable « droit ». Il n’existe pas de droit authentique de tuer un enfant à naître, quoi qu’en dise la loi.

Pour un chef religieux ou une Église chrétienne, affirmer qu’ils croient que l’avortement est un droit — même indirectement — serait un scandale et une trahison. Idem pour l’acceptation de l’idéologie LGBT et de la théorie de l’identité de genre, toutes deux enracinées dans l’adoption d’un comportement désordonné.

Les chefs religieux qui envisagent de signer l’attestation modifiée afin d’obtenir le financement des emplois d’été devraient mener la réflexion suivante pour les aider à discerner s’il serait moral de le faire :

Imaginez que vous viviez à l’époque où l’esclavage était légal. Le gouvernement propose un programme d’emplois d’été qui aiderait à embaucher des jeunes. Mais en échange de l’argent, il faudra jurer que le travail « ne portera pas atteinte au droit de posséder des Noirs comme esclaves ».

Serait-il éthique pour vous de le signer ?

Ne seriez-vous pas en train d’affirmer indirectement que l’esclavage est un droit véritable ?

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire