M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Google manipule les résultats de recherche pour censurer des informations et faire basculer les élections

Par le Dr Joseph Mercola — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : gpointstudio/Adobe Stock

Aperçu du sujet

  • Robert Epstein, docteur en psychologie, met en garde contre la capacité de Google à contrôler les politiques publiques, à faire basculer les élections et à laver le cerveau de nos enfants.
  • Les méthodes utilisées par Google sont éphémères et ne laissent aucune trace écrite derrière elles, ce qui rend très difficile le suivi et la preuve qu’ils utilisent les humains comme des pions, nous manipulant par des moyens que nous ne pouvons pas contrer.
  • Des recherches menées par Epstein et ses collègues ont montré que des résultats de recherche biaisés peuvent modifier l’opinion et les préférences électorales des gens, faisant basculer l’opinion des électeurs indécis de 20 % à 80 % dans certains groupes démographiques.
  • La fonction « autocomplétion » du moteur de recherche de Google peut transformer une proportion de 50/50 parmi les électeurs indécis en une proportion de près de 90/10, sans que les gens ne se rendent compte qu’ils sont manipulés.
  • La première étape pour s’affranchir de la dictature de Google est de reconnaître que la manipulation a lieu ; la suivante consiste à s’y soustraire consciemment, autant que possible, en protégeant sa vie privée en ligne.

(Mercola) — Google a le pouvoir de manipuler ce que vous voyez en ligne, en vous ciblant avec certaines publicités et en masquant les résultats de recherche qu’il préférerait que vous ne voyiez pas. Mais peut-il aller jusqu’à contrôler le résultat d’élections politiques ?

Absolument, selon Robert Epstein, docteur en psychologie, chercheur principal à l’American Institute for Behavioral Research and Technology (AIBRT).

Epstein, un psychologue formé à Harvard qui a fondé le Cambridge Center for Behavioral Studies, compare Google à un dictateur doté d’un pouvoir sans précédent, car il s’appuie sur des techniques de manipulation qui n’ont jamais existé auparavant dans l’histoire de l’humanité. Les services gratuits qu’il fournit ne sont pas vraiment gratuits, prévient-il : « Vous les payez de votre liberté ».

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Google utilise des outils de manipulation éphémères

Dans une vidéo, M. Epstein s’entretient avec Jan Jekielek, rédacteur en chef de The Epoch Times, de la capacité de Google à contrôler les politiques publiques, à faire basculer les élections et à laver le cerveau de nos enfants. èGoogle a le pouvoir de « censurer le contenu, de suivre nos moindres mouvements, de déchirer les sociétés, de modifier l’esprit humain et même de réorganiser l’humanité », écrit Epstein dans son rapport intitulé « Google’s Triple Threat », qu’il détaille dans son entretien avec Jekielek.

Les méthodes utilisées par Google sont éphémères et ne laissent aucune trace écrite, ce qui rend très difficile le suivi et la preuve qu’ils utilisent les humains comme des pions, nous manipulant par des moyens que nous ne pouvons pas contrer. Les expériences éphémères se produisent brièvement, puis disparaissent, et comprennent des choses comme une liste de vidéos suggérées sur YouTube, des suggestions de recherche et des sujets dans un fil d’actualité.

« Elles nous affectent, elles disparaissent, elles ne sont stockées nulle part, et elles sont parties », a déclaré Epstein. « C’est la forme idéale de manipulation. Les gens n’ont aucune idée qu’ils sont manipulés, premièrement, et deuxièmement, les autorités ne peuvent pas revenir en arrière pour voir ce qu’on montrait aux gens, en d’autres termes, comment ils étaient manipulés. »

Epstein et son équipe ont toutefois trouvé des moyens de suivre les outils invisibles, presque subliminaux, de Google, notamment l’effet de manipulation du moteur de recherche (SEME). Selon Epstein :

« Le SEME est l’une des formes d’influence les plus puissantes jamais découvertes dans les sciences du comportement... Il laisse les gens penser qu’ils ont pris leur propre décision, ce qui est en fait une illusion. Il ne laisse pas non plus de traces écrites que les autorités pourraient suivre. Pire encore, les rares personnes capables de détecter un biais dans les résultats de recherche se déplacent encore plus loin dans la direction du biais, de sorte que le simple fait d’être capable de voir le biais ne vous en protège pas. »

Les recherches d’Epstein et de ses collègues ont montré que des résultats de recherche biaisés peuvent modifier les opinions et les préférences électorales des gens, faisant basculer les opinions des électeurs indécis de 20 % à 80 % dans certains groupes démographiques. Les courriels internes de Google qui ont fait l’objet d’une fuite parlent d’« expérience éphémère », et la compagnie met un point d’honneur à concevoir des expériences éphémères destinées à modifier la façon dont les gens pensent.

SEME n’est toutefois qu’un des outils subliminaux parmi la douzaine que l’équipe d’Epstein a découverts. Les autres comprennent l’« effet de suggestion de recherche », l’« effet de correspondance d’opinion » et l’« effet de manipulation de YouTube ».

Google a-t-il fait basculer des millions de votes en 2020 ?

Alors qu’Epstein et son équipe ont commencé à préserver les expériences éphémères liées à la politique, un parti-pris politique extrême a été découvert sur Google et YouTube, qui appartient à Alphabet, la société mère de Google.

Dans les jours précédant l’élection présidentielle de 2020 et le second tour des élections sénatoriales de 2021 en Géorgie, par exemple, ils ont préservé 1,5 million d’expériences éphémères et plus de 3 millions de pages internet, ce qui a suffi à déplacer « au moins 6 millions de votes à l’élection présidentielle à l’insu des gens ».

Il ne s’agit pas d’un incident isolé. En 2016, l’algorithme de recherche de Google a généré des résultats de recherche biaisés qui ont influencé les électeurs indécis, donnant 2,6 millions à 10,2 millions de voix à Hillary Clinton.

Epstein tient à préciser qu’il penche politiquement à gauche, mais que malgré le parti-pris de Google œuvrant en faveur des candidats qu’il a soutenus, il ne peut pas l’applaudir, « car des recherches rigoureuses que je mène depuis 2013 m’ont montré à quel point ces entreprises sont dangereuses ─ je les appelle Google-et-le-Gang ».

Même l’affichage d’un rappel « Allez voter » sur Google le jour de l’élection en 2018, a constaté Epstein, a donné à un parti politique 800 000 à 4,6 millions de voix supplémentaires par rapport à ce que l’autre parti a obtenu. Qui plus est, Epstein affirme que ces chiffres sont « assez conservateurs ».

« En d’autres termes, explique Epstein, l’invite de Google “Allez voter” n’était pas un service public, mais une manipulation des votes. Ce type de manipulation des votes est un exemple de ce que j’appelle “l’effet de démographie différentielle”. »

Epstein a également mis en place un système de surveillance en 2018, qui a préservé plus de 47 000 recherches liées aux élections sur Google, Bing et Yahoo, ainsi que près de 400 000 pages internet auxquelles les résultats de recherche renvoyaient.

Le parti-pris politique mis au jour dans les résultats pourrait avoir fait basculer 78,2 millions de votes vers un parti politique.

Même la fonction « autocomplétion » qui apparaît lorsque vous commencez à taper dans le moteur de recherche de Google est un puissant outil de manipulation. « Un nombre croissant de preuves suggère que Google manipule la pensée et le comportement des gens dès le premier caractère qu’ils tapent dans le champ de recherche », écrit Epstein.

Grâce à cette seule fonctionnalité, les recherches d’Epstein ont montré que Google peut transformer un score de 50/50 parmi les électeurs indécis en un score de près de 90/10, sans que les gens se rendent compte qu’ils sont manipulés.

En outre, parce que les technologies de persuasion de Google sont si puissantes, et que de nombreuses élections dans le monde sont très serrées, les données d’Epstein suggèrent que Google a probablement déterminé les résultats de jusqu’à 25 % des élections nationales dans le monde depuis au moins 2015.

Google est une agence de surveillance

Il est important de comprendre que Google est une agence de surveillance dotée de pouvoirs de surveillance importants, mais cachés, et c’est l’une de leurs principales menaces pour la société. Comme le note Epstein :

« Le moteur de recherche … Google Wallet, Google Docs, Google Drive, YouTube, sont des plateformes de surveillance. En d’autres termes, de leur point de vue, la valeur de ces outils est qu’ils leur donnent plus d’informations sur vous. La surveillance est ce qu’ils font ».

Si la surveillance est la principale activité de Google, ses revenus — qui dépassent les 130 milliards de dollars par an — proviennent presque exclusivement de la publicité.

Toutes les informations personnelles que vous leur avez fournies par le biais de leurs différents produits sont vendues à des annonceurs à la recherche d’un public cible précis. Parallèlement, ils disposent également d’une capacité de censure sans précédent. En restreignant ou en bloquant l’accès à des sites web, ils décident de ce que vous pouvez ou ne pouvez pas voir.

Le problème le plus écrasant avec ce type de censure sur internet est que vous ne savez pas ce que vous ne savez pas. Si un certain type d’information est supprimé des recherches et que vous ne savez pas qu’il doit exister quelque part, vous ne le saurez jamais et vous n’irez pas le chercher. C’est ainsi que des centaines de millions de personnes ont été privées d’apprendre le pouvoir de la guérison naturelle auprès de moi et de nombreux autres cliniciens qui ont été censurés par Google.

Par exemple, Google investit depuis longtemps dans des dépôts d’ADN et ajoute des informations sur l’ADN à nos profils. Selon Epstein, Google a pris le contrôle du dépôt national d’ADN, mais les articles à ce sujet ─ qu’il a cités dans ses propres écrits ─ ont tous disparu. En l’état actuel des choses, Epstein est inquiet pour l’avenir si personne n’intervient pour stopper le pouvoir de Google :

En tant que père de cinq enfants, je suis particulièrement inquiet de ce sera l’avenir de l’humanité si l’on permet à Big Tech de poursuivre sans entrave son chemin vers la domination du monde ». Dans les années 1950, l’économiste britannique Kenneth Boulding a écrit : « Un monde de dictature invisible est concevable, tout en utilisant les formes de gouvernement démocratique.

J’écris cet essai parce que je crois qu’un tel monde existe déjà, et que si nous n’agissons pas rapidement et de manière décisive, le pouvoir que les dirigeants des entreprises technologiques ont engrangé deviendra si fermement ancré que nous ne serons jamais en mesure de les déloger de leurs trônes invisibles.

Les six principaux conseils d’Epstein en matière de protection de la vie privée

La première étape pour se libérer de la dictature de Google est de reconnaître que la manipulation a lieu. La deuxième étape consiste à choisir consciemment de s’y soustraire autant que possible. Il est particulièrement important de protéger les enfants, car ils sont parmi les plus vulnérables aux assauts de la manipulation, qui aura de graves conséquences pour les générations futures. Epstein note :

Nous essayons de comprendre comment la manipulation fonctionne. Mais surtout, nous essayons de la quantifier... Parce que je pense que ce qui se passe réellement, c’est qu’il y a un effet cumulatif, pas seulement de parti-pris politique, mais de valeur ; littéralement un effet cumulatif d’être exposé à certains types de valeurs, encore et encore et encore, sur une plateforme technologique, après l’autre.

Et je pense que les personnes les plus vulnérables à l’impact de ce type de processus sont les enfants.

Epstein a compilé six étapes qui peuvent aider à protéger votre vie privée en ligne, notant qu’il n’a pas reçu de publicité ciblée sur son ordinateur ou son téléphone mobile depuis 2014 grâce à cela. Pour reprendre une partie de votre vie privée en ligne, pour vous comme pour vos enfants, il recommande :

  1. Débarrassez-vous de Gmail. Si vous avez un compte Gmail, essayez plutôt un service de messagerie non Google, comme ProtonMail, un service de messagerie crypté basé en Suisse.
  2. Désinstallez Google Chrome et utilisez plutôt le navigateur Brave, disponible pour tous les ordinateurs et appareils mobiles. Il bloque les publicités et protège votre vie privée.
  3. Changez de moteur de recherche. Essayez plutôt le moteur de recherche Brave, auquel vous pouvez accéder sur le navigateur Brave et qui ne compromettra pas votre vie privée et ne vous surveillera pas.
  4. Évitez Android. Les téléphones Google et ceux qui utilisent Android suivent pratiquement tout ce que vous faites et ne protègent pas votre vie privée. Il est possible de détacher votre téléphone portable de Google en achetant un téléphone Android qui n’a pas de système d’exploitation Google, mais vous devrez trouver un informaticien compétent qui pourra reformater le disque dur de votre téléphone portable.
  5. Évitez les appareils Google Home. Si vous avez des haut-parleurs intelligents Google Home ou l’application Google Assistant pour smartphone, il y a des chances que des personnes écoutent vos demandes, et peut-être même quand vous ne vous y attendez pas.
  6. Envisagez d’utiliser un proxy ou un VPN (réseau privé virtuel). Ce service crée un tampon entre vous et l’internet, “trompant de nombreuses sociétés de surveillance en leur faisant croire que vous n’êtes pas vraiment vous”.
Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire