M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Filtrage des chrétiens dans le système de santé québécois ?


Image: Shutterstock

Cette lettre dont l’auteur voulut garder l’anonymat (pour des raisons qui seront évidentes sous peu) m’est parvenue l’autre jour. Il me semble qu’elle constitue un indice de plus démontrant qu’un chrétien pratiquant n’est pas le bienvenu au sein du système de santé au Québec. Pourtant, ce même système a été fondé par des chrétiens...

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Jour de l’Immaculée Conception, le 8 décembre 2019

**Anonyme**

Objet : Situation inquiétante dans le Réseau de la santé et des services sociaux

Monsieur Buscemi, Je suis travailleur social depuis plus de 6 années. Dernièrement, j’ai passé en entrevue pour un poste au Centre hospitalier universitaire de Québec. En entrevue, les trois personnes m’ont posé deux questions qui m’apparaissaient surprenantes à première vue. En fait, ces deux questions étaient les seules qui portaient sur une dimension clinique.

La première me demandait si je connaissais la loi de l’aide médicale à mourir et me mettait dans une situation clinique où j’avais à déterminer ce qu’il y avait à faire en face d’une demande. Les détails de la situation m’échappent, mais je me souviens d’avoir répondu que j’avais un grand malaise à répondre à la question considérant ma foi catholique et ma position d’objection de conscience. J’avais aussi dit que je connaissais bien la question parce que j’avais siégé au Comité d’éthique de mon CIUSSS pendant 4 années et dans lequel nous avons travaillé la position de l’objection de conscience.

La deuxième portait sur une demande implicite d’avortement. En fait, elle impliquait une famille qui s’interrogeait sur leur fœtus dans sa 24e semaine et dont les docteurs avaient averti que l’enfant aurait des complications importantes nécessitant des opérations multiples à sa naissance. Je devais répondre à ce que j’allais faire avec les questions de la famille. Ces questions faisaient référence à la possibilité de mettre fin à la grossesse. J’ai indiqué que je ne pouvais non plus répondre à cette situation.

L’entrevue s’est terminée assez rapidement à la suite de ces deux questions. Je suis revenu à Montréal avec cette impression que le Réseau de la santé allait bientôt filtrer les nouveaux employés avec ce genre de question. J’en ai jasé avec des collègues qui m’ont confirmé cette impression. J’en comprends que le Réseau pourrait ne plus vouloir de catholiques sérieux en son organisation. C’est déplorable, mais je peux comprendre. L’État se laïcise. Ce n’est plus une question de neutralité religieuse, c’est l’imposition de la neutralité laïque. L’objection de conscience n’existerait plus. Cela est très grave. Pour l’Église et pour la société. Je vous permets de partager ma lettre pourvu qu’elle reste anonyme. Je ne connais pas assez bien les répercussions d’une lettre ouverte comme celle-ci, avec mon Ordre professionnel par exemple.

En Christ et en sa Mère Vierge très pure,

***



Laissez un commentaire