M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,492 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Des parents canadiens endeuillés réclament de meilleurs soins palliatifs au lieu de l'euthanasie


Mike, Markus et Jennifer Schouten.

Par Irene Grace Bom — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Mike Schouten

2 décembre 2022 (LifeSiteNews) — Le dernier témoignage devant la commission mixte spéciale du Parlement et du Sénat sur l’aide médicale à mourir (AMM) — donné par l’un des principaux défenseurs pro-vie du Canada — a consisté en un vigoureux appel à offrir une meilleure aide médicale aux personnes souffrantes plutôt qu’un accès accru à l’euthanasie.

Vendredi dernier, Mike Schouten, directeur de We Need a Law (« Nous avons besoin d’une loi », une initiative anti-avortement de longue date) et directeur du plaidoyer de l’Association for Reformed Political Action (ARPA) Canada (Association pour l’action politique réformée au Canada), ainsi que son épouse Jennifer, ont lancé cet appel en se basant sur les excellents soins palliatifs prodigués à leur fils Markus, âgé de 18 ans, avant son décès le printemps dernier.

M. Schouten a fait valoir de manière convaincante que le fait d’offrir l’euthanasie aux mineurs considérés comme admissibles accroît le traumatisme de tous ces mineurs et de leurs familles : « En donnant à certains mineurs le droit de demander, vous mettez tous les mineurs et leurs familles dans une position où ils sont obligés de réfléchir. »

Schouten a déclaré que si Markus s’était vu proposer l’euthanasie, « le message entendu aurait été clair : nous pensons que ta vie ne vaut pas la peine d’être vécue et si tu le veux, nous pouvons y mettre fin pour toi ».

Ce message, lorsqu’il est donné par des figures d’autorité telles que des parents ou des médecins à leurs enfants mourants, « conduit au désespoir — et ce désespoir conduira à davantage de demandes d’Aide médicale à mourir (AMM) », a déclaré Schouten.

Détails candides des dernières heures de la vie de leur fils

Schouten et sa femme Jennifer ont perdu leur fils de 18 ans le 29 mai, 15 mois seulement après qu’on lui ait diagnostiqué un sarcome d’Ewing, une forme agressive de cancer des os.

Le couple a partagé avec franchise les derniers jours de la vie de leur fils, ce qui a donné un aperçu très personnel et éclairé sur une question qui suscite souvent une répétition superficielle de slogans politiques sur la liberté de choix.

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 4,492 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

La connaissance approfondie des questions de vie qu’a acquise Mike Schouten dans le cadre de son double rôle de directeur l’a aidé à défendre clairement les soins de fin de vie et à répondre aux questions pointues des membres du comité après la présentation.

Jennifer Schouten a raconté en détail les derniers jours de son fils. Markus a été amené au Canuck Place Children’s Hospice le vendredi 27 mai. Les médecins s’attendaient à ce qu’il meure le soir même.

Lorsque les frères et sœurs de Markus lui ont souhaité bonne nuit, se souvient Jennifer, il « leur a dit qu’il les aimait et leur a dit : “On se reverra au paradis” ».

Cette nuit-là, elle et Mike sont restés au chevet de Markus. Il « nous a assuré qu’il était très confortable et qu’il ne souffrait pas du tout », a déclaré Jennifer, ajoutant qu’à un moment donné, Markus lui a dit : « C’est ce que j’espérais ».

Puis vint l’aube et, de manière inattendue, une autre journée pour Marcus. Marcus s’est réveillé et a passé un temps précieux avec ses parents, ses frères et sœurs et ses grands-parents.

Les amis de Marcus sont arrivés à l’hospice et ensemble ils ont « pleuré, ri et prié », a déclaré Jennifer. Le dimanche après-midi, dit-elle, Marcus « a expiré paisiblement ».

L’euthanasie « élimine de belles expériences »

Dans son exposé, Mike a déclaré que, si l’euthanasie est étendue aux mineurs, « le jour viendra où des familles comme la nôtre, assises auprès de leurs enfants mourants, se sentiront dans l’obligation de mettre fin aux souffrances de leur enfant en demandant à un médecin de l’euthanasier ».

Et cette euthanasie « élimine des expériences d’une beauté inimaginable », a déclaré M. Schouten.

Le vendredi soir, alors que les Schouten s’attendaient à ce que Markus meure, si l’euthanasie avait été accessible aux mineurs, elle aurait facilement pu sembler être la bonne action.

Schouten a imaginé le scénario : « C’est le moment », aurait dit l’infirmière. « C’est la chose compatissante à faire. Vous avez tous fait vos adieux. Il n’a plus besoin de souffrir. Il doit partir maintenant. »

« Mais alors, nous n’aurions pas eu samedi, une très belle journée remplie de précieux souvenirs. Il aurait manqué toutes ces belles expériences », a déclaré Mme Schouten.

Pression pour soutenir l’euthanasie

Les membres de la commission ont fait pression à plusieurs reprises sur Mme Schouten pour qu’elle considère les demandes d’AMM pour un enfant mourant par d’autres familles comme un choix égal et valable. Par moments, la période de questions et réponses ressemblait au contre-interrogatoire d’un défendeur dans un procès, accusé du crime de contester l’opinion selon laquelle toute famille ayant un enfant mourant devrait se voir offrir l’euthanasie.

Le député libéral René Arsenault, déclarant que, dans certains pays, la décision d’un enfant de mettre fin à sa vie primerait sur la décision des parents, a demandé aux Schouten : « Quel âge devrait être un seuil pour de telles décisions ? »

La question incitait subtilement les Schouten à autoriser l’euthanasie pour les mineurs au moins matures.

La réponse prudente de Mike Schouten a exclu cette option : « Tout le monde autour de Markus tenait à sa vie et à sa dignité. Nous pouvons donner à chacun sa dignité afin que la demande de mourir n’ait pas besoin d’être présente. »

« La perspective est tout », a déclaré Schouten à la commission. « Si la perspective est “Cette souffrance va s’aggraver”, cela conduit au désespoir. Mais si la perspective est “Concentrez-vous sur le fait de bien vivre chaque journée”, cette perspective ne mène pas au désespoir », a déclaré Mme Schouten.

M. Schouten a fait l’éloge de la qualité des soins que son fils a reçus au BC Children’s Hospital et au Canuck Place Children’s Hospice, où le personnel médical a surveillé les besoins de son fils quotidiennement, puis toutes les heures, puis à la minute.

Avec de tels soins, dit M. Schouten, « les demandes d’euthanasie n’arrivent pas ».

M. Schouten a affirmé que les soins palliatifs donnés aux enfants, y compris à son fils, sont « de loin supérieurs » à ceux offerts aux adultes.

Le député néo-démocrate Alistair MacGregor, faisant référence à la l'Infants Act (2,16) de Colombie-Britannique qui permet à un enfant de refuser un traitement médical, a demandé à M. Schouten : « En quoi est-ce différent d’un enfant qui choisit le moment et l’endroit de son décès ? »

Schouten a répondu : « Lorsque vous mettez l’AMM à la disposition des mineurs, vous mettez les familles dans la situation de devoir envisager de mettre fin à la vie de l’enfant. Cela ne ressemble pas à de l’autonomie pour moi. »

Médecins et familles « obligés » d’envisager l’AMM

La sénatrice Pamela Wallin s’est inscrite en faux contre la déclaration de Schouten selon laquelle, si l’euthanasie pour les mineurs était légalisée, toutes les familles seraient « obligées d’envisager l’AMM ».

« Un professionnel de la santé a-t-il jamais dit : “Vous devez faire cela, vous avez une obligation” ? L’Aide médicale à mourir est une question de choix. Si vous choisissez de ne pas accéder à l’AMM, personne ne vous mettra jamais en cause », a déclaré Wallin.

M. Schouten a répondu que le mot « obligé » provient d’un document d’orientation destiné aux professionnels de la santé et produit par les fournisseurs d’euthanasie du Canada. Le rapport, intitulé « Bringing up MAiD as a clinical care option », déclare que les médecins et les infirmières praticiennes « ont l’obligation professionnelle d’entamer une discussion sur l’AMM » avec les patients considérés comme admissibles.

M. Schouten a souligné que si les professionnels de la santé sont « obligés » de proposer l’euthanasie à tous les patients admissibles, y compris les mineurs, les familles de tous les enfants mourants seront « obligées » de l’envisager.

« Vous m’avez appelé ici pour entendre mon témoignage »

Wallin a également affirmé que proposer l’AMM à un patient « ne signifie pas que votre vie ne vaut pas la peine d’être vécue. Ce n’est pas le message que j’entends ». Wallin, dans son commentaire, s’est positionnée comme une patiente recevant une telle offre.

Schouten, dans sa réponse, a détourné l’attention de la réaction projetée de Wallin à l’offre d’AMM et a dirigé son attention vers une écoute correcte de son message : « Je vous implore d’être ouverte à ce message. L’impact de la loi est bien plus important que vous ne le pensez. »

Après une série de questions qui poussaient Schouten à autoriser l’euthanasie pour au moins certains mineurs, Schouten a rappelé aux membres de la commission que l’objectif des auditions est de permettre aux personnes ayant une expertise d’apporter leur contribution à la commission pour l’aider à rédiger un rapport. Il a souligné : « Vous m’avez convoqué ici pour entendre mon témoignage. Si vous voulez entendre les expériences des autres, je vous suggère de les leur demander. »

L’euthanasie, c’est « abandonner les gens »

Les membres du comité, dans leurs questions, ont manifesté le « point de vue persistant que l’AMM n’a d’impact sur personne, sauf sur les personnes qui la choisissent », a déclaré Schouten dans une interview après sa présentation. « Ils évitent de voir que les choix ne se font pas dans une bulle », a-t-il ajouté.

Selon M. Schouten, l’euthanasie connaît une « croissance exponentielle » en raison de l’impact du message qu’elle envoie aux patients. « C’est vraiment abandonner les gens », a-t-il dit. Les patients « se sentent rapidement comme un fardeau et pensent que la seule issue est l’euthanasie ».

« Oh, bien sûr, les médecins ne les obligent pas à y accéder, mais ils les obligent à y réfléchir », a déclaré Schouten. En agissant de la sorte, les médecins disent : « Selon notre opinion professionnelle, votre vie n’a aucune valeur ».

« Tout l’aspect des sauvegardes n’est plus dans l’esprit [des membres du comité] », a déclaré Schouten. Il a fait remarquer qu’en 2016, lorsque le projet de loi C-14 (la modification du Code criminel qui permettait l’aide médicale à mourir) a été adopté, « tout le monde parlait de garanties : elle ne serait offerte qu’à une très petite minorité de personnes dont les souffrances seraient au-delà de ce qu’elles pourraient endurer, et qui n’auraient plus que quelques heures à vivre. »

Aujourd’hui, « presque tous les garde-fous ont disparu », a noté Mme Schouten.

De meilleurs soins palliatifs sont nécessaires

De meilleurs soins médicaux pourraient supprimer les demandes d’euthanasie pour les personnes de tout âge, a suggéré M. Schouten. Il a ajouté que les soins palliatifs doivent être offerts beaucoup plus tôt — comme ce fut le cas pour son fils Markus, six mois après le début de son traitement — afin que les patients soient assurés de recevoir des soins de qualité jusqu’à la fin de leur vie.

« Les Canadiens se réveillent » face à la crise que représente l’expansion de l’euthanasie, a déclaré M. Schouten. « Les gens se demandent ce qui arrive. Lorsque des personnes ne peuvent pas se permettre de se loger ou souffrent du Syndrome de stress post-traumatique et qu’on leur propose l’euthanasie — pour beaucoup de gens, c’est alarmant. »

Un effet peu discuté de la montée de l’euthanasie est qu’il n’y a « pas autant de désir ou de volonté » de trouver des remèdes pour les maladies terminales, a observé Schouten. Il a mentionné que les derniers mots de Markus, murmurés à son oncologue, ont été : « Continuez à faire ce que vous faites ».

Les groupes cibles de l’euthanasie « s’expriment maintenant »

Avec à la fois l’expérience vécue de la mort de son fils, et des années d’expérience professionnelle à diriger le plaidoyer pour ARPA Canada ainsi qu’à diriger la campagne We Need a Law, Schouten a un point de vue privilégié pour comparer les débats actuels sur l’avortement et l’euthanasie.

Les défenseurs de l’avortement et de l’euthanasie « font reposer tout l’argument sur l’autonomie, sans se rendre compte que nos décisions personnelles affectent des personnes autres que nous », a déclaré Schouten.

Une différence entre ces deux formes de meurtre est que, dans le cas de l’avortement, « toutes les victimes ont disparu. Nous ne pouvons jamais les entendre ». En revanche, dans le cas de l’euthanasie, « de nombreuses personnes qui souffrent commencent maintenant à s’exprimer et à dire : “Je n’apprécie pas qu’on me propose l’euthanasie” », a déclaré Mme Schouten.

Contacter le comité et les députés

M. Schouten espère que l’expérience positive de sa famille avec les soins palliatifs encouragera d’autres familles confrontées à la souffrance. Il prie également pour que son témoignage oblige les membres du comité de l’AMAD à recommander au gouvernement de maintenir sa position sur l’interdiction de l’euthanasie pour les mineurs.

ARPA Canada invite les Canadiens à envoyer un courriel à leurs députés et aux membres du comité de l’AMAD pour les inciter à interdire l’euthanasie pour les mineurs. Leur site « Easy Mail » fournit des modèles de lettres ; il permet également d’envoyer des courriels à votre député ainsi qu’à tous les membres du comité en un seul clic.

Campaign Life héberge une pétition en ligne contre l’euthanasie des nourrissons.

Euthanasia Prevention Coalition (EPCC), en collaboration avec Citizen Go, a lancé une pétition en ligne contre l’euthanasie pour les mineurs matures. EPCC organise également une campagne de cartes postales destinées aux députés pour qu’ils s’opposent à l’euthanasie des nourrissons. Pour commander des cartes en vue d’une campagne locale, veuillez appeler EPCC au 1-877-439-3348 ou envoyer un courriel à [email protected].

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire