M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Carême 2020

Jésus Christ

4520 $ recueillis -- Objectif : $5000 -- Il reste seulement 1 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre précieuse collaboration en ces temps difficiles ! Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Une patronne demande par courriel à une employée d’avorter

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Fanette Rickert/Twenty20

L’un des nombreux problèmes que l’avortement légal apporte, d’autant plus s’il est banalisé par la société, c’est que des employeurs se mettent à penser qu’ils peuvent l’imposer à leurs employées. Dans le cas présent, ce n’est pas le seul, c’est une jeune secrétaire de cabinet d’avocats qui, étant devenue enceinte, s’est fait intimer par sa patronne de se faire avorter…

C’est dans un courriel que la jeune femme connut la déplaisante surprise, selon le Cosmopolitan :

La capture d’écran de ce mail terrifiant circule sur les réseaux sociaux depuis quelques jours. L’image, largement relayée, laisse voir un mail au contenu d’une violence incroyable.

« Bonjour,
Pensez-vous reprendre votre activité salariale ou non ?
Allez-vous faire une IVG concernant cette grossesse ?
Lors de notre entretien d’embauche, nous avions discuté de cette situation, je vous ferais remarquer que celle-ci est mal venue.
Je vous prie de faire le nécessaire pour y remédier. »

Le contenu de ce mail reçu par une jeune secrétaire est sans ambiguïté et totalement aberrant. Sa supérieure lui demande purement et simplement d’avoir recours à un avortement, car la grossesse de sa salariée est « mal venue », imprévue, gênante.

Cette affaire date de 2016, « mais » comme fait remarquer la journaliste du Cosmopolitan, « n’en reste pas moins scandaleuse ». C’est après l’annonce de la grossesse de son employée que la patronne a envoyé ce courriel.

Rappelons que selon la loi française, il est illégal de faire mention d’une possible grossesse dans le cadre d’une entrevue d’embauche. Et l’incitation à l’avortement est interdite.

Campagne de financement du Carême 2020. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 5000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire