M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une infirmière accouche dans les toilettes d’une station-service : « Tout s’est passé si vite »

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Une infirmière texane a accouché dans les toilettes d’une station-service le 11 juillet après s’y être arrêtée avec son mari.

Kaitlyn Fullerton, enceinte de neuf mois, rentrait chez elle à Victoria avec son mari lorsqu’elle lui a demandé de s’arrêter pour pouvoir se rendre aux les toilettes, rapporte Fox 4 News. Pourtant, une fois dans les toilettes, elle a commencé à ressentir une pression inconfortable. Elle a dit avoir prié : « Mon Dieu, s’il vous plaît, ne me laissez pas avoir ce bébé dans ces toilettes ».

« Dès que je me suis levée, j’ai perdu les eaux », a-t-elle déclaré à Inside Edition. « C’est arrivé si vite ».

Elle a expliqué à Fox 4 News : « J’étais debout tout le temps. J’ai senti la tête et il est sorti tout de suite, je l’ai attrapé et je le tenais tout contre moi, et c’est là que quelqu’un à l’extérieur des toilettes m’a demandé si j’avais besoin d’aide. »

Fullerton a envoyé chercher son mari, Sergio Mancera qui raconte : « J’ai levé les yeux et j’ai vu une femme qui me disait : “Votre femme vient d’accoucher”. J’ai dit “Quoi ?” »

Mancera a couru jusqu’à la salle de bains où il a trouvé sa femme « heureuse, me souriant comme si de rien n’était » et tenant dans ses bras le bébé Callihan […] les ambulanciers sont arrivés et ont emmené Fullerton et bébé Callihan à l’hôpital.

« Après, je n’ai pas ressenti de douleur du tout, sauf que je sentais encore des contractions parce que je n’avais pas expulsé mon placenta avant d’arriver à l’hôpital », a déclaré Fullerton. « C’est là que j’ai commencé à avoir mal. La délivrance du placenta m’a fait plus mal que la naissance du bébé. »

Bien que la prière de Fullerton pour que son bébé ne naisse pas dans les toilettes de la station-service n’ait pas été exaucée, elle pense que Dieu veillait sur eux ce jour-là. « C’est vraiment un miracle », a déclaré Mme Fullerton.

« Oui, c’était comme un miracle », a ajouté Mancera. « C’était comme si Dieu était là à veiller sur nous ».

Ils ont donné à Callihan le deuxième prénom d’Eliseo, qui, selon Fullerton, signifie « Dieu est mon salut ».

[…] Callihan pesait sept livres et trois onces (3,26 kg), et il est maintenant à la maison avec ses parents et son grand frère, Nikolai, âgé de trois ans.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire