M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une étude révèle que l’utilisation de bloqueurs de puberté et d’hormones sexuelles augmente le taux de suicide chez les jeunes

Par Everyday for Life Canada — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Basicdog/Adobe Stock

Une étude récente de Jay P. Greene, chargé de recherche principal au Center for Education Policy de la Heritage Foundation, devrait inquiéter les parents et tous ceux qui proposent des hormones sexuelles à des jeunes souffrant de confusion de genre. L’étude s’intitule « Puberty Blockers, Cross-Sex Hormones, and Youth Suicide ». Greene constate que l’accès facile aux bloqueurs de puberté et aux hormones n’a pas réduit le risque de suicide, mais l’a plutôt augmenté. Cette constatation est d’autant plus inquiétante que les commissions scolaires, les gouvernements et même les médecins encouragent l’utilisation généralisée de ces substances. Ce mois-ci, les écoles de l’Ontario célèbrent le mois de la fierté, arborant l’arc-en-ciel et faisant la promotion de toutes les lettres de lgtbq, où le « t » signifie transgenre. (Nous refusons intentionnellement de mettre en majuscules cet acronyme).

La présente recherche soulève cette question importante : comment aidons-nous les plus vulnérables si notre intervention, en fournissant des bloqueurs de puberté et des hormones transsexuelles, fait augmenter le taux de suicide chez les 12-23 ans ? Nous ne le faisons pas. On nous dit pourtant que c’est le contraire qui se produit. Ces produits sont censés sauver la vie des enfants et prévenir les suicides. C’est la seule véritable raison pour laquelle un parent prendrait la décision difficile d’accepter d’utiliser ces substances qui altèrent la vie et peuvent arrêter le développement naturel d’un enfant.

Au lieu de cela, sommes-nous en train d’expérimenter avec des enfants souffrant de confusion de genre et de les exposer à un risque plus élevé ? Les résultats de cette étude sont tristes et effrayants, oui. Nous devrions mettre un terme à ce qui s’apparente à de la maltraitance d’enfants. Les parents doivent faire ce qu’ils peuvent pour protéger leurs enfants de cette dangereuse thérapie d’affirmation du transgenre.

Dans une série de Tweets, Greene décrit ses conclusions. Ce sont tous des messages informatifs qui méritent d’être lus. Les lecteurs peuvent également souhaiter examiner les graphiques dans le lien, et lire l’étude dans son intégralité. Dans cet article, nous publions les Tweets de Greene :

Ma nouvelle étude, publiée aujourd’hui, révèle que la facilitation de l’accès aux bloqueurs de puberté et aux hormones transsexuelles a en fait augmenté les taux de suicide chez les jeunes, contrairement aux affirmations de l’administration Biden, des défenseurs de la cause et des recherches antérieures erronées. 1/

La nouvelle étude examine une expérience politique naturelle qui s’est produite parce que certains États ont des dispositions permettant aux mineurs de recevoir des soins de santé sans le consentement parental, du moins dans certaines circonstances, tandis que d’autres États ne le permettent pas. 2/

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’utilisation de bloqueurs de puberté et d’hormones intersexes pour traiter ce que l’on appelle aujourd’hui la dysphorie de genre a été mise au point aux Pays-Bas vers 1990, mais n’a été introduite aux États-Unis que vers 2010, avant de décoller réellement vers 2015. 3/

L’introduction des bloqueurs de puberté vers 2010 et l’accélération de ces interventions vers 2015 sont confirmées par l’examen des données de Google Trend pour les termes « bloqueurs de puberté », « transgenre », « dysphorie de genre » et « trouble de l’identité de genre ». 4/

La comparaison des taux de suicide des jeunes dans les États où il est plus facile pour les mineurs d’accéder aux bloqueurs de puberté et aux hormones avec ceux des États où cela est plus difficile ne montre aucune différence avant 2010, c’est-à-dire avant l’introduction de ces interventions. 5/

Après 2010, cependant, les taux de suicide des jeunes ont augmenté dans les États où il est plus facile pour les mineurs d’avoir accès aux bloqueurs de puberté et aux hormones par rapport aux États où cela est plus difficile, avec un pic spectaculaire après 2015. 6/

En 2020, il y avait 1,6 suicide de plus pour 100 000 jeunes dans les États où l’accès était plus facile que dans ceux où il était plus difficile. Sachant que la moyenne des États est de 11,1, cela représente une augmentation de 14 % des suicides de jeunes. 7/

Il est important de noter que l’augmentation des taux de suicide n’est pas reproduite si l’on considère un groupe légèrement plus âgé (28-39 ans) qui ne devrait pas être affecté par les politiques des États concernant l’accès aux mineurs, étant donné que tous auraient eu au moins 18 ans en 2010. 8/

L’observation d’une augmentation spectaculaire des taux de suicide là OÙ les bloqueurs de puberté et les hormones sont plus facilement accessibles, QUAND ces interventions deviennent largement disponibles, et uniquement parmi les personnes QUI seraient concernées, fournit des preuves solides que l’augmentation est causée par les interventions 9/.

En revanche, les études antérieures affirmant que les bloqueurs de puberté et les hormones transsexuelles protègent contre le suicide ne disposent pas d’un plan de recherche causal. De plus, il n’y a qu’une poignée de ces études et elles ont été mal exécutées. 10/

Ces études utilisent des enquêtes sur des échantillons de convenance qui ne sont pas représentatifs des jeunes atteints de dysphorie de genre, comparant ceux qui ont demandé et reçu des interventions intersexuées à ceux qui en ont demandé, mais n’en ont pas reçu. 11/

Les raisons pour lesquelles certaines personnes ont demandé, mais n’ont pas obtenu de bloqueurs de puberté ou d’hormones sont fortement liées à leurs résultats ultérieurs, ce qui biaise la comparaison. Par exemple, les personnes ne sont pas censées recevoir ces traitements si elles ne sont pas psychologiquement stables, ce qui est lié à des idées suicidaires ultérieures. 12/

Ces études ne disposent pas d’informations sur l’état psychologique des sujets au moment où ils ont demandé un traitement et ne peuvent pas le contrôler. Le fait de constater que les personnes ayant des problèmes psychologiques plus graves au moment où elles ont cherché un traitement en ont également plus tard ne prouve pas que les médicaments sont bénéfiques. 13/

Notre nouvelle étude, qui repose sur un modèle de recherche causale plus convaincant, révèle des risques de suicide élevés associés à un accès plus facile aux inhibiteurs de la puberté et aux hormones transsexuelles. 14/

Compte tenu des risques de suicide associés à la facilité d’accès aux bloqueurs de puberté et aux hormones, les mineurs ne devraient jamais obtenir ces médicaments sans le consentement de leurs parents et les critères d’admissibilité et l’âge minimum requis devraient être renforcés. 15/fin

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire