M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une étoile de la NHL refuse de porter un maillot LGBT et reçoit un soutien massif de son entraîneur et de ses admirateurs


Ivan Provorov.

Par Stephen Kokx — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Philadelphia Flyers/YouTube

20 janvier 2023 (LifeSiteNews) — Les amateurs de sport sont venus en aide au joueur de hockey russe orthodoxe Ivan Provorov, qui a subi les foudres des commentateurs libéraux pour avoir refusé de porter des vêtements d’échauffement aux couleurs de l’arc-en-ciel avant un match de la « Nuit de la fierté » cette semaine.

Selon le Daily Wire, le maillot n°9 de Provorov, qui joue pour les Flyers de Philadelphie, est presque épuisé dans plusieurs boutiques en ligne.

Le maillot d’Ivan Provorov est maintenant complètement épuisé sur NHL Shop et Fanatics à l’exception des très petites tailles.
— Greg Price (@greg_price11) 19 janvier 2023

« En date de jeudi après-midi, sur les sites Fanatics et NHL Shop, le maillot ne semblait pas être disponible en coupe homme et ne pouvait être acheté qu’en coupe femme », rapporte le média. Fanatics et NHL Shop disaient tous deux que les maillots étaient « presque épuisés ».

Mardi, Provorov a déclaré aux journalistes qu’il voulait simplement « rester fidèle à moi-même et à ma religion » lorsqu’on lui a demandé pourquoi il n’avait pas participé aux exercices pro-LGBT d’avant-match.

La décision de Provorov de vivre sa foi a déclenché une tempête de commentaires dans le monde du sport. Des journalistes d’ESPN, de Sports Illustrated et d’ailleurs l’ont immédiatement condamné pour ne pas s’être plié à l’ordre du jour woke. E.J. Hradek, de NHL Network, l’a dégoûté en l’exhortant à « retourner en Russie » où il pourrait « peut-être » se battre dans la guerre avec l’Ukraine.

L'article continue ci-dessous...
Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

L’entraîneur-chef des Flyers, John Tortorella, a toutefois défendu la décision de son joueur vedette, affirmant jeudi qu’il « n’a rien fait de mal ».

« Provy n’a pas battu le tambour contre la Nuit de la fierté », a-t-il dit. « Il a tranquillement vaqué à ses occupations ».

« Provy n’a pas cherché activement et n’a pas essayé de prendre position contre elle », a-t-il poursuivi. « Il a juste senti qu’il ne voulait pas participer à l’échauffement. Je le respecte pour sa décision. Je pense que l’équipe s’est bien comportée. Je pense que toute notre organisation s’est bien comportée pour s’assurer que nous ne perdions pas de vue cette nuit-là. »

Tortorella a également expliqué qu’il a tenu une réunion d’équipe pour discuter de la question et qu’il ne pense pas que cela les affectera négativement à l’avenir.

Bien que la franchise des Flyers ait déclaré qu’elle continuera de « défendre avec ferveur » la « communauté LGBTQ+ », la NHL a adopté un ton plus diplomatique qui n’a pas été bien accueilli par la gauche de la « justice sociale ».

« Les clubs décident qui célébrer, quand et comment — avec les conseils et le soutien de la Ligue. Les joueurs sont libres de décider quelles initiatives soutenir, et nous continuons à encourager leurs voix et leurs perspectives sur les questions sociales et culturelles », peut-on lire dans leur déclaration officielle.

La décision de Provorov est intervenue quelques jours seulement après que le joueur de hockey de la ligue mineure Louie Rowe ait été renvoyé des Peoria Rivermen, basés dans l’Illinois, pour avoir dénoncé sur Twitter l’adhésion d’une autre équipe à l’agenda LGBT. « C’est une véritable mafia », a déclaré Rowe à LifeSiteNews cette semaine. « Ils exercent une emprise sur les organisations ».



Laissez un commentaire