M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une crèche postmoderne

Paul-André Deschesnes — Photo : Pezibear/Pixabay

Maintenant que les crèches de Noël sont interdites au Québec dans les lieux publics (écoles, hôpitaux, centres communautaires, centres d’achats, locaux administratifs de nos gouvernements, etc.) pour faire plaisir aux minorités, et surtout pour afficher notre athéisme et notre neutralité, on les retrouve uniquement dans nos églises et sanctuaires catholiques.

À Montréal, une grosse controverse a éclaté dans le plus grand et le plus fréquenté des sanctuaires québécois, l’Oratoire Saint-Joseph du Mont-Royal.

À chaque année, des artistes exposent dans ce lieu de culte des crèches de Noël qui attirent de nombreux fidèles et touristes. Cette année, l’exposition de décembre 2018 a beaucoup choqué. En effet, pour la première fois, on a eu droit à une flamboyante crèche très postmoderne que plusieurs ont qualifiée de blasphématoire.

Tous les médias se sont précipités à ce lieu sacré pour répandre la nouvelle dans les journaux et à la télévision. Nous avons donc pu « admirer » cette crèche méprisante pour la Sainte Famille. Elle était bien installée dans ce sanctuaire dédié à saint Joseph.

On a qualifié cette crèche de postmoderne, drôle, divertissante, amusante, « hipster », audacieuse, révolutionnaire, etc. On n’a surtout pas dit « une belle crèche authentique qui va nourrir notre foi ».

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Admirons » ce chef-d’œuvre : saint Joseph vêtu comme un travailleur forestier, la jambe dans les airs, tenant son téléphone intelligent et s’amusant à faire des selfies. Marie, en tenue sexy, épaule gauche complètement dénudée, tient son gros café de la main gauche et gesticule des âneries de la main droite. Il y a également de nombreux visiteurs habillés de façon hyper originale qui arrivent à la crèche en roulant en gyropodes et en transportant toutes sortes de bidules électroniques pour Jésus. Enfin, les animaux sont nourris avec de la nourriture biologique sans gluten !

Devant le tollé de protestations, les autorités du sanctuaire ont déclaré « qu’il s’agit d’une crèche humoristique, qu’il n’y a rien d’irrévérencieux et que l’artiste veut nous faire rire » (Journal de Montréal, 10 décembre 2018).

L’Oratoire Saint-Joseph vient d’ouvrir la porte ! L’an prochain, aurons-nous droit à d’autres crèches très modernistes : crèches de style western, LGBTQ, heavy metal, rock, etc. Alors, l’Enfant Jésus sera peut-être un bébé asexué, ni mâle, ni femelle. Les parents pourraient bien être gais, lesbiens, transgenres ou transsexuels. Et, pourquoi pas, 2, 3 ou 4 parents ? Dans cette crèche, les bergers et rois mages seraient remplacés par des artistes du Cirque du Soleil ou des vedettes de hockey des Canadiens de Montréal, etc.

On veut être moderniste et populaire à l’Oratoire. On est rendu là au Québec. Le sens du sacré n’existe plus, même dans nos sanctuaires catholiques.

En décembre, il fait bon de vivre une expérience de foi en se recueillant, en méditant et en priant devant une belle crèche traditionnelle, afin de découvrir le véritable message de la Nativité de Jésus.

Quand on regarde ce cirque moderniste, on peut se poser la question suivante : L’Oratoire Saint-Joseph veut-il devenir un deuxième musée « juste pour rire » ?



Laissez un commentaire