M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un candidat mis en examen pour position «pro-vie» par le Parti vert


Mark Vercouteren, candidat du Parti vert dans la circonscription Chatham-Kent-Leamington.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (datant de 2011 et rognée) : Wikimedia Commons

Le Parti vert est tellement proavortement qu’il passe au crible les candidats dont on révélerait les horribles antécédents pro-vie… ou à teinte pro-vie. C’est le cas de Mark Vercouteren, candidat du parti dans la circonscription de Chatham-Kent-Leamington, qui avait fait quelques faibles déclarations « pro-vie » par le passé, d’après la CBC. Maintenant, selon The London Free Press, M. Vercouteren s’excuse d’avoir causé de « la confusion ». La CBC rapporte :

Le chef du Parti vert, Elizabeth May, affirme que son parti est en train de « revérifier » au moins un candidat, préalablement autorisé à se présenter pour le parti, à la suite de questions sur les déclarations passées de certains candidats sur l’avortement et le nationalisme québécois.

Dans une entrevue de l’émission Power & Politics Friday de la CBC, Mme May a déclaré qu’elle réexaminait la candidature de Mark Vercouteren de la circonscription ontarienne de Chatham-Kent-Leamington, après que CBC News eût rapporté qu’il avait émis des déclarations antiavortement dans deux questionnaires de Campaign Life Coalition — dans un cas aussi récent que la campagne électorale provinciale d’Ontario en 2018.

Remarquez au passage le beau biais proavortement de la CBC qui appelle les personnes se dressant pour la protection des enfants à naître « antiavortement », au lieu de leur donner le nom qu’ils se sont donné : « pro-vie ». On notera également que le même procédé n’est pas appliqué aux partisans de l’avortement, vu qu’ils sont nommés « pro-choix » plus loin. La CBC continue, imperturbable :

Un porte-parole du parti a d’abord déclaré que M. Vercouteren ne se souvenait pas avoir rempli les questionnaires ou avoir écrit un message sur Facebook en 2015 dans lequel il demandait aux éventuels électeurs conservateurs antiavortement de considérer sa candidature.

« Personnellement, je suis pro-vie parce que je ne pourrais pas donner plus de droits aux animaux et enlever des droits aux humains potentiels », a déclaré M. Vercouteren dans son article.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Être « personnellement » pro-vie ne suffit pas pour être un véritable pro-vie, Justin Trudeau n’en disait-il pas autant en 2011, ou même Andrew Scheer ? Ça n’est pas très pro-vie de faire dépendre le traitement réservé aux enfants à naître de celui des animaux, ou de dire qu’ils sont des « humains potentiels » alors qu’ils le sont pleinement. La CBC poursuit son récit :

Lorsqu’on lui a demandé pourquoi les vérificateurs du Parti vert n’ont pas trouvé les réponses de M. Vercouteren aux questionnaires au cours de leur examen, Mme May a répondu qu’elle était en train de revoir la situation.

« Nous procédons à une enquête... Je trouve cela inacceptable. Sa position au sein du parti est en train d’être revue », a déclaré Mme May à Vassy Kapelos, animatrice de Power & Politics.

« Quelqu’un au sein de l’équipe m’a assuré qu’ils sont en train de lui parler pour essayer de comprendre comment il se fait qu’il ne se souvienne pas d’un fait arrivé aussi récemment qu’en 2018. C’est une question en cours et je ne suis pas satisfaite des réponses que j’ai obtenues jusqu’à présent, mais nous donnons aux gens une chance de s’expliquer. »

Mme May a expliqué que le parti passe au crible chaque candidat et qu’il a un processus « extensif » qui comprend un questionnaire ainsi qu’une recherche dans l’historique des médias sociaux pour s’assurer que les candidats potentiels sont conformes avec les valeurs du parti.

La petite tâche sur le blason vert (vénéneux). La CBC continue :

Avant que les positions antiavortement de Vercouteren ne fussent révélées, May avait dit que tous les candidats du Parti vert approuvés étaient solidement pro-choix et que le parti avait écarté ceux qui ne l’étaient pas.

Publicité



Laissez un commentaire