M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un ancien sataniste déclare avoir pratiqué des rituels dans des avortoirs


Zachary King.

Par Michael Hichborn (LifeSiteNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

Le 9 septembre 2015 (LepantoInstitute) – À la lumière de vidéos récemment publiées révélant le trafic d’organes et de tissus d’enfants à naître auquel se livre Planned Parenthood, le Lepanto Institute a interviewé Zachary King, ancien grand sorcier sataniste. M. King a grandi normalement, dans une famille baptiste américaine. Il commence à pratiquer le spiritisme à l’âge de 10 ans, intègre un convent sataniste à 13 ans et a déjà enfreint les Dix Commandements divins à 15 ans. Il monte les échelons jusqu’à atteindre le rang de grand sorcier du convent à l’âge adulte et a activement contribué à faire avancer le dessein de Satan, ce qui inclue la pratique d’avortements rituels. Dans un livre qu’il est en train d’écrire, intitulé « Abortion is a Satanic Sacrifice » (L’avortement est un sacrifice satanique), il relate ses expériences.

L.I. — Zac, vous avez une histoire peu commune à raconter. Pourriez-vous nous dire comment vous êtes tombé dans le satanisme ?

King — Cela a commencé par une forte curiosité, je me demandais si la magie était réelle. Je me suis posé la question après avoir vu des films sur la sorcellerie et les sorciers en 1970 quand j’étais jeune. On jouait à un jeu à l’école (...) Chaque fois que mon groupe s’y adonnait, nous voyions un visage démoniaque dans le miroir. Nous n’avions aucune idée de ce que c’était, c’est juste que tout à coup cette chose effrayante apparaissait dans le miroir et que tous mes camarades sortaient des toilettes en courant, morts de peur… sauf moi. Je pensais que c’était plutôt génial. Maintenant, en même temps que je faisais cela, je jouais à des campagnes de Donjons et dragons tous les week-ends et je prenais toujours le rôle du magicien ou du sorcier. En fin de compte, je me demandais si je pouvais faire de la magie pour de vrai alors j’ai essayé deux fois de jeter un sort pour obtenir de l’argent. Cela a marché à chaque fois, mais ç’aurait pu aussi bien être une coïncidence, du coup j’ai essayé une troisième fois, et cette fois-ci, j’avais jeté le sort devant le démon des toilettes (...) et j’ai pensé à enchérir un peu pour voir ce qui arriverait. J’ai gagné 1000 dollars le lendemain. Depuis ce jour, j’étais convaincu que la magie était réelle.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Quand j’ai eu 12 ans, un ami m’a présenté à un groupe qui jouait à Donjons et dragons et qui croyait aussi que la magie était réelle. Il s’avéra que ce groupe était un convent sataniste. Beaucoup de gens m’ont demandé si je n’avais pas eu envie de m’enfuir et de me cacher à ce moment. Je leur ai rappelé que j’ai grandi dans les années 1970, où les convents satanistes à la télévision étaient vraiment effrayants, mais… j’aimais le billard électrique, les jeux vidéo et les films de science-fiction comme Star Trek ou Star Wars, et ces gars avaient presque tous les films de science-fiction et de fantasy que vous auriez rêvé posséder. Ils avaient des billards électriques, une piscine intérieure, un barbecue gigantesque et c’était comme un club de garçons et filles, on s’amusait beaucoup. En gros, ils savaient comment recruter. Ils savaient tout ce qu’un gamin voudrait faire, et je suis rentré en contact avec eux de cette manière.

C’était ma première secte. J’y suis resté jusqu’à mes 18 ans, puis j’ai rejoint l’Église mondiale de Satan, une secte beaucoup plus importante et mondiale. Le plus haut poste que j’aie atteint est le rang de grand sorcier. Dans un convent sataniste, il y a des gens qui pratiquent la magie pour tous les membres. Il pourrait bien y en avoir qu’un seul aussi bien que dix. Le nombre [de grands sorciers dans une secte] en général est de 2 à 5 et notre rôle est de voyager dans le monde pour jeter des sorts que des personnes nous demandent de jeter. Lorsque je dis « des personnes », ce sont des vedettes du rock, des vedettes du cinéma, des personnalités politiques, des gens riches… il n’y a aucune limite au type de personne qui veulent qu’on agisse pour elles et pour la somme qu’elles sont prêtes à dépenser.

L.I. — Vous étiez donc grand sorcier au sein du satanisme. En quelques mots, dans quelles circonstances l’êtes-vous devenu ?

King – La rumeur dit qu’ils sont choisis par Satan. Je ne connais pas les critères. J’avais pratiqué la magie depuis mes 10 ans et j’étais devenu grand sorcier à environ 21 ans. Cela faisait 3 ans à peu près que j’avais intégré l’Église mondiale de Satan. J’avais vu un grand sorcier quand j’étais enfant, mais je ne savais pas que c’était cela quand je l’ai vu. Son apparence était assez unique. Un haut-de-forme, une baguette ou une canne, le visage peint comme un squelette et un smoking (...)

Maintenant, Satan te choisit et, pour un culte aussi important, il y a un directeur général et un conseil de directeurs. Donc, le directeur général t’envoie un message pour que tu viennes les voir, lui et le conseil de directeurs, et ils te disent que tu as été choisi. On te donne un livre qui te dicte les devoirs de grand sorcier et tu décides si tu veux le devenir ou pas, bien que je n’aie jamais rencontré quelqu’un qui aie refusé.

L.I. — Vous avez donc été appelé à comparaître devant un grand conseil, en quelque sorte, ils vous ont proposé le poste et vous êtes devenu grand sorcier à ce moment.

King — Oui. Je le suis resté 10 ou 12 ans.

L.I. — Quel est le rôle de l’avortement dans les rituels satanistes et quand vous êtes-vous impliqué pour la première fois dans un avortement dans le cadre du satanisme ?

King — Juste après avoir fêté mes 14 ans, les membres de la secte sont venus vers moi et m’ont expliqué que j’allais être impliqué dans un avortement dans environ 9 mois. Il allait y avoir une orgie sexuelle avec tous les garçons membres entre 12 et 15 ans et une fille membre âgée de plus de 18 ans. Son but était de tomber enceinte afin de pouvoir subir l’avortement 9 mois plus tard. Lorsqu’on me l’a dit, j’ai crié « Cool ! », mais je ne savais pas ce dont il s’agissait. Dans ma famille, je crois avoir entendu mes parents murmurer le mot « avortement » une fois, alors qu’ils parlaient de quelqu’un, du coup j’ai cru que c’était un mot vulgaire parce qu’ils le murmuraient et que je n’avais jamais entendu ce mot autre part. Quand j’ai demandé au convent ce que c’était, j’ai dit que je ne savais pas ce que j’avais à y faire, ils ont expliqué qu’il y aurait un bébé dans l’utérus et qu’on allait le tuer. Il y aurait un médecin-avorteur pour aider et une infirmière parce qu’il s’agissait d’une procédure médicale à part entière. Ma première question fut « C’est légal ? » La réponse « Oui, du moment que c’est dans l’utérus. Du moment que le bébé est toujours dans la femme, on peut le tuer. »

C’est ainsi que c’était expliqué. On nous disait cela : « Vous tuez un bébé ». Ils ne disaient pas qu’on tuerait un fœtus ou quelques cellules dans un corps. Rien de cela. C’est un bébé.

Maintenant, je ne crois pas que j’aurais été d’accord pour tuer un bébé en dehors du corps d’une femme, mais sachant que je pouvais tuer aussi bien que je voulais, si quelqu’un était dans le corps… dans le satanisme, tuer quelque chose ou la mort de quelque chose est la manière la plus efficace d’obtenir que votre sort réussisse. Pour « obtenir l’accord de Satan » afin qu’il donne ce que tu veux, tuer quelqu’un est la meilleure façon d’y arriver. Tuer est l’offrande ultime à Satan et si on peut tuer un enfant à naître, c’est son but ultime.

L.I. — Racontez-nous le premier avortement que vous ayez pratiqué en tant que rituel sataniste.

King – Le premier que j’aie pratiqué a eu lieu environ 3 mois après mes 15 ans, dans une ferme qui était étonnamment plus stérilisée que beaucoup de centres d’avortement où j’ai opéré par la suite. Il y avait un médecin-avorteur et une infirmière spécialiste. Une femme en position gynécologique qui était sur le point d’accoucher était entourée de 13 membres éminents de notre convent, tous grands prêtres et prêtresses. Je me tenais au milieu du cercle avec la femme et le médecin-avorteur. Tous les membres adultes de mon convent étaient présents. Il y avait plusieurs femmes qui s’agenouillaient sur le sol en se balançant d’avant en arrière et en chantant « Our body and ourselves » (Notre corps et nous-mêmes) sans discontinuer. D’un côté, plusieurs hommes de notre convent chantaient et priaient. Le rituel commença à 23 h 45 et le sort à minuit, qui est l’heure de la sorcellerie et la mort effective de l’enfant intervint à 3 h du matin, moment appelé heure du diable.

Mon rôle consistait à introduire le scalpel. Je ne devais pas forcément procéder au meurtre effectif, ce qui était important était que j’aie du sang sur les mains. Je devais donc faire en sorte d’avoir du sang de quelqu’un d’autre sur les mains, soit celui de la femme, soit celui de l’enfant et ensuite le médecin terminait la procédure. Dans ce cas particulier, qui fut probablement l’un des avortements les plus haineux auxquels j’aie jamais participé, le médecin sortit violemment le bébé de l’utérus et le jeta par terre où les femmes se balançaient d’avant en arrière. Elles avaient l’air comme possédées et lorsque le médecin jeta le bébé à terre, elles le cannibalisèrent.

L.I. — Seigneur Dieu ! À combien d’avortements rituels avez-vous participé ?

King — Avant de devenir grand sorcier, à cinq. Une fois grand sorcier, à 141 de plus.

L.I. — Avez-vous déjà pratiqué un avortement rituel dans un [centre d’avortement connu] ?

King — Oui. J’estime avoir pratiqué environ 20 avortements rituels dans ces centres, mais je ne les ai jamais comptés. Je sais juste que j’ai participé à beaucoup d’entre eux. Il y a environ deux ans, je suis allé dans l’un d’entre eux pour faire des recherches pour un nouveau CD sur lequel je travaillais, il était très propre et les gens étaient très sympathiques. Mais tous ceux dans lesquels j’ai effectué des avortements étaient terriblement insalubres. On aurait dit des maisons d’horreur avec du sang dans tout le lieu, jusqu’au plafond pour certaines pièces.

L.I. — Comment avez-vous été invité à pratiquer des avortements rituels dans ces [centres d’avortement connus] ? Quelqu’un vous a-t-il sollicité ? Comment est-ce arrivé ?

King – En tant que grand sorcier, tu es la personne vers laquelle on va dans un convent sataniste, du coup la plupart des gens soit appellent quelqu’un qu’ils connaissent dans ce convent, soit ils appellent parce que nous travaillions beaucoup avec les Illuminati aussi, alors on les appelle eux. C’est tout, certainement des gens qui doivent être au fait de ce genre de choses, mais tu es invité à participer. L’Église mondiale de Satan n’est pas la seule organisation à faire des sacrifices satanistes dans ces [centres]. Il y a d’autres organisations de sorcellerie, comme les wiccas, qui sont impliqués dans des avortements dans ces [centres d’avortement connus]. Parfois, on est invité à pratiquer un avortement rituel par le directeur du centre ou par un administrateur haut placé, ou aussi parfois le médecin est un sataniste. Ils t’invitent à venir participer à un avortement ou alors ils veulent faire une cérémonie en fin de journée.

Maintenant, en fin de journée, tous les jours, des groupes satanistes disent une sorte de messe noire, d’ordinaire vers minuit, et ce culte dure environ 2 à 3 heures, pendant lesquelles tous les bébés qui ont été tués ce jour sont dédiés à Satan. Les raisons pour lesquelles les femmes vont avorter ne comptent pas, tous les bébés sont dédiés à Satan à la fin de la journée.

L.I. — Que se passe-t-il pendant les avortements rituels ? Quels événements généraux se déroulent pendant ces rituels ?

King – Des enfants assistent à ces événements, mais généralement ils ne sont pas dans la pièce où l’avortement a lieu. Ils sont dans une pièce séparée et ils font un concours pour savoir qui parmi eux pourra rester jusqu’à 3 h du matin. L’enfant qui peut rester aussi longtemps reçoit une récompense. Les hommes qui ne font pas partie des 13 jettent des sorts et chantent. Ils lancent aussi des sorts pour se protéger contre quiconque pourrait prier contre eux [notons au passage qu’un chrétien normalement ne prie pas contre les gens, ce ne serait pas prier, mais prie pour eux — NDLR], comme un chrétien par exemple. De plus, peu importe qui nous avons dans notre poche pour nous protéger, donc si nous avons payé un adjoint du shérif ou un policier ou quelque chose comme ça, personne n’enquête sur nous à ce moment-là. Des femmes chantent en se balançant. Les 13 membres entourent la femme qui va avorter et ce sont eux qui mènent l’incantation réelle. Une fois, c’était le maire de la ville qui demandait ce sort. Il était venu nous voir parce qu’il voulait faire adopter un arrêté dans sa ville qu’il avait déjà présenté deux ou trois fois sans succès. Il était membre de notre convent depuis un certain de temps. Il avait essayé toutes les voies de recours légal possible pour faire passer son idée, mais cela n’ayant jamais marché ; il a trouvé quelqu’un qui a accepté de subir un avortement au sein de notre convent sataniste et pendant une nuit où nous pratiquerions l’avortement et jetterions le sort en même temps. En général, dans un convent de petite ville, ce qu’il était, tout le monde assiste à l’événement. Dans un endroit plus grand, comme lorsque j’étais membre de l’Église mondiale de Satan, on faisait venir le grand sorcier, et les gens qui avaient demandé le sort étaient aussi présents. Il y a un médecin-avorteur et son infirmière. Souvent, dans les [centres d’avortement connus], il y en avait beaucoup parce que beaucoup de ceux qui travaillent dans ces endroits sont des sorciers ou des satanistes. Ainsi, beaucoup de gens veulent participer à l’événement sataniste.

L.I. — Voudriez-vous dire que des [centres d’avortement connus] attirent des membres de sectes occultes en raison de la possibilité d’y pratiquer des avortements rituels ?

King – Je dirais que oui, c’est une affirmation absolument juste. Vous savez, il y a des gens qui font partie de la NOW (National Organization of Women) et beaucoup sont des wiccas, et bien que ces personnes déclarent s’engager pour la préservation de la vie, elles sont autorisées à « châtier » ou « frapper » quiconque s’opposerait à elles de quelque manière que ce soit, ce qui revient à dire qu’elles sont autorisées à le détruire par tous les moyens possibles, par la magie, pour elles. Par exemple, en tant que chrétiens, nous prions pour leur conversion. Eh bien, elles considèrent cela comme l’ouverture de la chasse aux chrétiens. De même, elles voient la figure féminine, la femme, comme Mère Nature ou Gaia. Elles honorent cette figure féminine et imaginent que, puisqu’elle est une déesse, un enfant l’en éloigne et donc que l’avortement est un sacrement sataniste en quelque sorte.

Ainsi, comme des hommes catholiques deviennent prêtres, parce que la sainteté les attire, et pour servir Dieu, un centre d’avortement attire les satanistes pour un sacerdoce satanique

L.I. — Avez-vous déjà fait l’expérience de l’incapacité de terminer un avortement ou les effets de votre rituel à cause de gens priant à l’extérieur de votre centre d’avortement ?

King — Plus d’une fois, le bébé survivait à l’avortement contre toute attente. Une fois, je suis arrivé à un centre d’avortement et il y avait des gens des deux côtés de la rue. D’un côté, des personnes priaient et manifestaient contre l’avortement, de l’autre, des individus étaient de toute évidence pour, ils hurlaient toutes sortes d’obscénités aux gens de l’autre côté de la rue. En entrant dans le centre, nous avons regardé de l’autre côté de la rue et avons vu toutes les personnes à genoux. Ce jour-là, l’avortement qui était programmé pour un rituel n’a pas marché. Je crois que cela m’est arrivé environ trois fois, et à chaque fois… c’est drôle, mais je n’avais jamais vraiment compris que les trois avortements qui ont été empêchés l’ont été par ce que l’on ne peut attribuer qu’aux prières qui étaient dites à l’extérieur.

L.I. — Quel conseil avez-vous à donner aux gens qui prient en dehors des centres d’avortement, spécialement s’ils suspectent qu’il s’y déroule une sorte d’activité occulte dedans ?

King — Tout d’abord, n’arrêtez pas ! Rien de ce qui se passe dans ce centre d’avortement ne peut vous atteindre. Bien sûr, il y aura des démons tout autour, mais vous devez voir Satan comme un chien en laisse ; si vous ne vous approchez pas de la laisse, il ne peut pas vous mordre. Soyez en état de grâce lorsque vous y allez. Prenez un flacon d’eau bénite avec vous. Ne l’aspergez pas sur les gens qui sont là ou les gens qui s’opposent à vous, car vous vous retrouverez devant un tribunal. Vous savez, ces gens vous intenteraient un procès pour les choses les plus insignifiantes. Mais aspergez-vous-en lorsque vous y arrivez et quand vous repartez. Aspergez les membres de votre famille. Si vous pouvez recevoir la Sainte Communion avant d’y aller, c’est l’idéal. Si vous allez à la messe ce jour-là, prenez quelques instants après pour demander à Notre Seigneur d’envoyer Sa mère avec vous. Apportez un chapelet avec vous et frappez démon à mort [en priant le chapelet]. Il y a des choses dont Satan a peur, mais il a surtout peur d’un catholique bien formé, un catholique qui comprend sa foi et sait ce que c’est que les armes spirituelles. Il ne veut pas se battre avec quelqu’un qui a toute son armure sur lui.

En janvier 2008, alors qu’il travaillait dans un kiosque à bijoux, Zachary a rencontré la Sainte Vierge, qui a changé sa vie. En plein milieu du centre commercial, grâce à la Médaille miraculeuse, Zachary a fait l’expérience d’une paix qui dépasse tout entendement. Cette paix, c’est Jésus Christ, le Prince de la Paix. L’amour de Notre Dame a sauvé Zachary de l’enfer et l’a mené droit au Cœur de Son Fils Jésus Christ. Il a commencé à fréquenter l’église catholique St. Francis Xavier dans le Vermont et en mai 2008 (le mois de Marie), Zachary King est entré dans l’Église catholique ! Après 26 années de relations avec l’occultisme, Zachary est devenu un soldat de Jésus Christ et veut partager sa connaissance pour la protection du peuple de Dieu. Le témoignage de Zachary est une inspiration qui prouve combien la miséricorde et le pardon de Dieu sont vrais et surtout montre la profondeur de Son amour pour nous. Zachary King vit actuellement en Floride avec sa femme. Il intervient internationalement pour raconter l’histoire de son sauvetage miraculeux du satanisme là où il le peut. Voici le lien vers le site Internet de Zachary : http://www.allsaintsministry.org



Laissez un commentaire