M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Transgenres : un docteur dénonce le «climat politique actuel»

Par Pascal Bergeron (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : The Post Millennial / Voici la source de la photo : maxime raynal/Flickr

Selon elle, de nombreux enfants reçoivent des interventions médicales à tort alors que d’autres options sont envisageables.

Les cliniques pédiatriques spécialisées dans le traitement de la dysphorie du genre semblent avoir gagné en popularité dans les dernières années. Des données recueillies par Jeunes Trans CAN ! auprès de neuf de ces établissements spécialisés entre 2010 et 2016 ont permis de révéler que le nombre d’enfants référés était passé de moins de 100 à plus de 1 000 par année.

Dre Greta Bauer, l’une des auteurs ayant publié ce rapport, affirme que cette augmentation est due à une forte sensibilisation du public sur la question transgenre ainsi qu’à une plus grande présence de cliniques spécialisées. Elle soutient d’ailleurs que ces consultations ne représentent qu’une infime proportion des enfants qui « sont conscients qu’ils sont trans et qui devront avoir accès à ces traitements ».

Toujours est-il que Dre Debra Soh, neuroscientifique et écrivaine, croit que la sensibilisation n’est pas un facteur suffisant pour expliquer cette hausse monumentale. Alors que le nombre d’adultes s’identifiant comme transgenres a doublé dans les dix dernières années, Dre Soh a du mal à comprendre pourquoi le nombre de cas impliquant des enfants a été multiplié par 10 fois en l’espace de seulement six ans.

Bien qu’elle estime que des interventions médicales soient parfois appropriées*, elle est d’avis que le climat politique actuel empêche les médecins de prendre des décisions éclairées. Selon Dre Soh, de nombreux enfants reçoivent ce type de traitement à tort alors qu’ils souffrent plutôt de maladies mentales pouvant être soignées différemment.


*Je rajouterais que ces interventions « médicales » sont tout à fait inutiles et néfastes, et qu’il n’y a rien de raisonnable dans le fait de déséquilibrer le système hormonal des personnes dites « transgenres » par des injections destinées à changer leur apparence physique, ou de mutiler ces mêmes personnes dans leurs organes sains dans un but identique, tout cela pour les contenter dans ce qui ne peut être vu que comme un déséquilibre mental. — A. H.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire