M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Russie apporte des restrictions à la distribution des pilules abortives

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

Le ministère de la Santé de la Russie a annoncé mardi qu’il restreindrait l’accès aux pilules abortives à partir du 1er septembre 2024 et jusqu’en 2030.

En vertu de cette nouvelle restriction, une ordonnance médicale sera nécessaire pour obtenir les pilules abortives mifépristone et misoprostol en pharmacie. Les pharmacies et les hôpitaux qui souhaitent délivrer la pilule abortive doivent également disposer d’une licence spéciale et déclarer le nombre de pilules qu’ils ont vendues.

Il s’agit d’un changement important par rapport à la loi actuelle, qui permet aux femmes d’obtenir des pilules abortives gratuitement dans n’importe quelle pharmacie sans ordonnance médicale.

Selon le Moscow Times, le ministère de la Santé avait déjà suggéré en juillet de restreindre les ventes de pilules abortives, notant que la prise de pilules abortives sans le contrôle d’un médecin peut entraîner un risque accru de complications, en particulier en cas de grossesse extra-utérine. Live Action News a fait part de nombreux risques et complications liés à la prise de la pilule abortive, notamment la mort d’une Indienne qui est décédée parce qu’elle avait pris la pilule alors qu’une grossesse extra-utérine n’avait pas été diagnostiquée.

Le ministre de la Santé, Mikhail Murashko, a également mentionné la nécessité d’imposer des restrictions en raison des « abus » dans la distribution de la pilule abortive. Des données publiées en août ont révélé que la distribution avait atteint un niveau record, 1,4 million de ces pilules ayant été achetées en 2022, soit une augmentation de 60 % par rapport à 2021. Malgré l’explosion des ventes, les données gouvernementales montrent également que les taux d’avortement ont en fait baissé — une contradiction que certains experts attribuent au fait que les gens veulent faire des réserves de ces pilules au cas où le gouvernement exercerait une plus grande surveillance.

Outre l’atténuation des risques, la tentative de Murashko de freiner l’utilisation de la pilule abortive est probablement due en partie à la crise démographique du pays. Les dirigeants du pays ont déjà indiqué que la réduction des taux d’avortement, qui étaient parmi les plus élevés au monde, serait l’une de leurs principales stratégies politiques pour lutter contre le déclin de la population.

« La réduction des taux d’avortement est une tâche essentielle sur laquelle nous travaillons », a déclaré M. Murashko lors d’une réunion de législateurs en juillet.

Publicité

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire