M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La Cour suprême du Mexique dépénalise l’avortement

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : hin255/AdobeStock

La Cour suprême du Mexique a voté pour la dépénalisation de l’avortement, malgré l’histoire pro-vie du pays. L’avortement est déjà légal jusqu’à 12 semaines à Mexico, ainsi que dans les États d’Oaxaca, Hidalgo et Veracruz, mais il était interdit ailleurs.

La Cour suprême de justice de la nation (CSJN) a été invitée à se prononcer sur une loi de l’État de Coahuila, qui prévoit qu’une femme peut être envoyée en prison pendant trois ans si elle se fait avorter. La CSJN a jugé que cette loi violait la Constitution et que la contestation pouvait donc être appliquée à l’ensemble du pays si huit des onze juges votaient en faveur de celle-ci, ce qui est le cas.

Beaucoup s’attendent à ce que cet arrêt conduise à la légalisation pure et simple de l’avortement dans un avenir proche. Dans l’intervalle, les femmes qui ont été emprisonnées pour avoir avorté seront libérées.

« Aujourd’hui est un jour historique pour les droits de toutes les femmes mexicaines », a proclamé le président de la Cour suprême, Arturo Zaldivar, dans une déclaration après le jugement. « C’est un tournant dans l’histoire des droits de toutes les femmes, en particulier les plus vulnérables. »

Comme les femmes ne sont pas les êtres humains tués dans les avortements, elles ne sont évidemment pas les « plus vulnérables ».

Des groupes pro-vie avaient manifesté et prié devant la Cour suprême, exhortant les juges à choisir la vie, et non la mort. « Nous demandons instamment aux juges de la Cour suprême de rejeter ces recours (contre les efforts des États pour limiter les avortements). Nous sommes convaincus que ces juges vont défendre la vie », a déclaré Leticia Gonzalez-Luna, présidente du groupe pro-vie Voz Publica A.C., à La Prensa Latina.

Les défenseurs de l’avortement, qui ont souvent manifesté violemment au Mexique, se réjouissent de cette décision et continuent d’exhorter les législateurs d’Amérique latine et du Sud d’abandonner leurs électeurs pro-vie. « Cette décision n’aura pas seulement un impact au Mexique ; elle fixera l’ordre du jour pour toute l’Amérique latine », a affirmé au Washington Post Melissa Ayala, coordinatrice des litiges pour l’organisation féministe mexicaine GIRE, ajoutant que le jugement est « un moment historique pour les féministes et les militants ».

Avant la décision de la CSJN, la législation visant à légaliser complètement l’avortement a été abandonnée plus tôt cette année, le président mexicain Andrés Manuel López Obrador refusant que la législation pro-avortement fasse l’objet d’un vote complet au sein de l’Assemblée législative.

« Lorsqu’il y a des questions, des points de vue très controversés et conflictuels, la meilleure chose à faire est de consulter les citoyens », avait-il déclaré à l’époque, ajoutant qu’il recommandait aux législateurs mexicains de « consulter les citoyens sur les questions controversées, lorsqu’il y a des différences de fond. Il faut une consultation et que le peuple décide, il faut laisser le peuple décider ».

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire