M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario c. Dieu ?

Par Jack Fonseca (Coalition nationale pour la Vie) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : David/Adobe Stock

La semaine dernière, je me suis retrouvé en train de me poser une question plutôt étrange :

Les chrétiens sont-ils inaptes à être enseignants ?

J’ai commencé à réfléchir à cette question après qu’un avocat onéreux ait interrogé un fidèle conseiller scolaire catholique sur la question de savoir si le travail d’une personne devrait être plus important que ses convictions religieuses profondes.

Malheureusement, c’est ce qui s’est passé mercredi dernier lors des audiences « disciplinaires » de l’Ordre des enseignantes et des enseignants de l’Ontario (OEO), où Michael Del Grande se bat contre une plainte déposée par un activiste pro-LGBT qui veut que Mike soit privé de son permis d’enseigner pour « faute professionnelle ».

Il s’agit d’un véritable combat de David c. Goliath.

D’un côté, il y a l’OEO, le plus grand organisme d’autoréglementation du Canada, qui a les poches bien remplies.

De l’autre côté, il y a Mike, un conseiller scolaire catholique dûment élu du Toronto Catholic District School Board (TCDSB), un homme dont le nom a été traîné dans la boue pour avoir défendu sa foi.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Un parti-pris antireligieux

Le mercredi 19 juillet, M. Del Grande a été soumis à un contre-interrogatoire par un avocat de l’Ordre des enseignants, qui a suggéré que le comportement de M. Del Grande en tant que membre du Conseil scolaire était indigne d’un membre de l’Ordre des enseignants.

Le prétendu « comportement discréditant » comportait deux volets. Premièrement, il s’est opposé à ce que l’idéologie transgenre soit adoptée et célébrée dans les écoles du TCDSB. Deuxièmement, il a désapprouvé le fait qu’un élève élu administrateur ait exprimé des opinions favorables à l’avortement au cours d’une réunion publique du conseil, ce qui a certainement été un scandale pour la communauté catholique.

Mike a eu le mérite de replacer à plusieurs reprises ses actions dans le contexte d’une vie de chrétien fidèle [...].

Il a expliqué qu’en tant qu’élu, il agit toujours d’une manière cohérente avec le serment qu’il a prêté, en tant qu’administrateur catholique, de défendre et de maintenir les enseignements de l’Église.

Il l’a exposé aussi clairement et simplement que possible, en disant :

« Je ne peux pas être un bon catholique, et je ne peux pas être un bon administrateur catholique, si je jette par la fenêtre ma catholicité ».

À mon avis, l’engagement de Del Grande à l’égard de ses convictions religieuses profondes a semblé déconcerter l’avocate de l’OEO, Mme Danielle Miller, qui semblait estimer que cela était en quelque sorte incompatible avec le fait d’être membre de l’Ordre des enseignants.

Mme Miller a demandé : « Suggérez-vous que vos croyances catholiques vous empêchent de respecter les normes éthiques et professionnelles de la profession d’enseignant ? »

Quelques minutes plus tard, l’avocat de l’accusation interroge à nouveau Mike :

« Je vous entends dire ceci : parce que vous avez prêté serment en tant qu’administrateur et que vous placez votre foi catholique au-dessus de tout, dans la mesure où cela entre en conflit avec vos obligations en tant que membre de cet ordre, et que vous vous retrouvez comme vous l’êtes aujourd’hui, avec des allégations de mauvaise conduite, qu’il en soit ainsi, parce qu’en fin de compte, vous donnerez toujours la priorité à votre catholicité par rapport à toute autre obligation professionnelle ? »

La réponse de Del Grande a été parfaite : « Votre question n’est pas juste... Je crois que je n’ai rien fait de mal ».

Pour moi, cette question n’est pas seulement injuste, elle est déplacée et scandaleuse.

Pour commencer, il existe dans ce pays, à l’article 93 de la Loi constitutionnelle, un droit juridiquement protégé qui permet aux conseils scolaires catholiques d’Ontario et, par extension, aux conseillers scolaires catholiques, d’exercer leur foi dans le système des écoles séparées. Mme Miller n’a-t-elle pas appris à la faculté de droit que la Constitution est la loi suprême du pays ? Comment un avocat peut-il ignorer que la Constitution est supérieure à toute loi, tout règlement, tout code des droits de l’homme et tout code de conduite ? Même moi, j’ai appris cela dans mon cours de droit en 11e année !

Je n’aime pas le genre d’interrogatoire qu’effectue l’OEO par l’intermédiaire de son avocat.

Cela donne l’impression que le christianisme de Mike fait de lui une sorte de citoyen de seconde zone, inapte à occuper certains types d’emplois.

Je trouve cela très inquiétant.

En sommes-nous arrivés, dans notre pays, à un point où les élites libérales sont prêtes à ghettoïser les fidèles du Christ, en les coupant de certains aspects de la vie économique et en leur interdisant d’exercer diverses professions ?

Nous avons déjà vu ce film, où les cibles étaient de foi juive, et il ne s’est pas bien terminé.

Il s’agit là d’un interrogatoire de mauvais augure.

Cela illustre une fois de plus le type d’environnement hostile auquel Del Grande fait face au cours de cette procédure, et c’est pourquoi il a besoin de votre aide.

Nous avons récemment lancé un appel de fonds pour aider Mike à couvrir ses frais de justice, qui ont atteint des sommets.

La réaction de nos sympathisants a été phénoménale. Je tiens donc à vous remercier personnellement si vous avez déjà fait un don au fonds de défense juridique de Michael.

Au cas où vous auriez manqué les rapports précédents de cette série, voici l’occasion de nous aider. Cliquez sur ce lien, et faites un don dès maintenant pour aider Mike à couvrir ses frais de justice.

En plus de la collecte de fonds, Michael et sa femme ont besoin de vos prières, car toute cette épreuve est très pénible pour eux — c’est comme si la procédure judiciaire faisait partie de la punition qu’il subit pour avoir eu le courage de défendre sa foi contre une foule d’activistes pro-trans et homosexuels qui veulent endoctriner les enfants dans toutes les écoles du pays.

La bataille juridique est une chose, mais il y a une bataille spirituelle qui se déroule ici et qui est tout aussi importante.

Nous vous remercions donc d’avance pour votre soutien financier et vos prières. La prochaine audience de Mike est prévue pour le 30 octobre.

Vous pouvez lire tout ce qui concerne les allégations auxquelles Mike est confronté en allant ici, ou en lisant notre série de rapports sur ses audiences.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.