M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’Administration Biden, empêchée d’imposer l’avortement et les transitions aux médecins

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : kwanchaift/Adobe Stock

30 novembre 2022 (LifeSiteNews) — L’administration Biden a manqué la date limite pour faire appel d’une réfutation judiciaire de son décret, imposé aux prestataires de santé, au sujet de l’avortement et des soins transgenres, offrant une victoire aux défenseurs de la liberté religieuse.

En mai 2021, l’administration a annoncé qu’elle réinterpréterait l’Article 1557 de la loi sur les soins abordables (Obamacare) et le libellé du titre IX sur la discrimination sexuelle pour y inclure l’orientation sexuelle et l’identité de genre, apparemment en réponse à l’arrêt Bostock v. Clayton County de la Cour suprême des États-Unis, qui a déclaré que les références au sexe biologique de la loi sur les droits civils de 1964 incluent également ces catégories.

Ce changement de règle, qui obligerait également les médecins et les institutions médicales à pratiquer des avortements, a suscité des poursuites judiciaires pour avoir forcé les employeurs religieux à violer leur conscience, en les rendant complices de l’interruption de la vie humaine et de traitements d’« affirmation de genre » et de « transition » qui affirment mentalement, chirurgicalement ou chimiquement la confusion de genre d’un patient, contre les convictions des employeurs.

Le 26 août, la Cour d’appel du cinquième circuit a bloqué le décret, « interdisant de manière permanente [au Département américain de la santé et des services sociaux (HHS)] d’exiger du groupe médical chrétien Franciscan Alliance la pratique des opérations de changement de sexe ou des avortements en violation de ses croyances religieuses sincères ».

Cette semaine, l’agence de presse Catholic News Agency a rapporté que l’administration avait jusqu’au 25 novembre pour faire appel de la décision, et comme elle ne l’a pas fait, la décision du cinquième circuit est maintenant le dernier mot dans le cas de Franciscan Alliance (bien que d’autres procès dans d’autres juridictions soient toujours en cours).

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« La fin définitive de ce décret déraisonnable est une victoire majeure pour les droits de conscience et les soins médicaux compatissants en Amérique », a déclaré Luke Goodrich, vice-président et conseiller principal de la société Becket Law, spécialisée dans la liberté religieuse. « Des milliers de médecins pourront faire leur travail sans que le gouvernement ne les oblige à pratiquer des interventions nuisibles et irréversibles contre leur conscience et leur expertise médicale. »

L’administration du président Joe Biden a fait de la satisfaction des groupes d’influence pro-avortement et pro-LGBT une grande priorité.

En juin, elle a publié un décret ordonnant aux départements fédéraux de « promouvoir un accès élargi aux soins d’affirmation du genre », y compris en prenant des mesures contre les services de conseil en cas de confusion de genre non désirée ou d’attirance pour le même sexe, et contre les politiques des États visant à protéger les enfants contre des procédures chirurgicales et chimiques susceptibles de bouleverser leur vie.

Elle a également approuvé la transition des mineurs en tant que « meilleure pratique » ; condamné les États pour avoir pris des mesures contre le prosélytisme sexuel dans les écoles et contre la pratique de forcer les filles à partager des programmes et des installations spécifiques au sexe avec des hommes ; créé un Conseil de la politique de genre de la Maison-Blanche ; annulé l’interdiction de l’administration Trump sur la dysphorie de genre dans l’armée ; et célébré la « fierté » LGBT dans toutes les agences fédérales.

La Maison-Blanche a également préconisé l’inscription d’un « droit » à l’avortement dans la loi fédérale, ainsi que la promotion du financement de l’avortement par les contribuables dans le pays et à l’étranger.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.