M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 4,127 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 3 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

France : la contraception gratuite pour les moins de 15 ans !

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître)

C’est l’une des mesures de l’avant-projet de loi de financement de la Sécurité sociale, une mesure dévoilée le 2 octobre dernier par l’Agence France Presse : le gouvernement veut faire bénéficier aux mineures de moins de 15 ans de la prise en charge intégrale des frais liés à la contraception, élargissant une disposition déjà en vigueur chez les 15-17 ans depuis 2013.

Du côté du Planning familial on jubile : cette loi « rétablit une égalité de traitement voulue dès la loi Neuwirth de 1967, qui prévoyait pour les mineures sans distinction d’âge une contraception gratuite, confidentielle et anonyme [est-ce à dire que les parents n'en sauront rien ?]* dans les centres de planification et d’éducation familiales », se réjouit Véronique Séhier, coprésidente du Planning familial, convaincue que la disposition aidera à « limiter les grossesses non voulues ».

De récentes statistiques gouvernementales montrent pourtant que le nombre d’avortements est reparti à la hausse en 2018 (224 300, soit 3 % de plus que l’année précédente). On compte désormais en France un avortement pour trois naissances.

Cependant, le nombre d’IVG pratiquées chez les 15-17 est en recul (7 pour 1000 femmes, contre 10,5 en 2010).

Le gouvernement évoque d’ailleurs cette tendance pour justifier sa nouvelle mesure.

Il argumente : devoir « supporter financièrement » le coût de la contraception, des consultations et des éventuelles analyses biologiques, « peut constituer un frein [...] pour des publics souvent en situation de fragilité ». Ce qui occasionne, souligne-t-il, un recours fréquent à la contraception d’urgence, voire à l’avortement. Le texte fait ainsi état chaque année, chez les 12-14 ans, de 1 000 grossesses, dont « 770 se concluent par un avortement ».

La présidente des Associations familiales catholiques (AFC), Pascale Morinière, a le mot de la fin : « Cette mesure donne l’impression qu’on est dans le “toujours plus”, qu’on peut aller toujours plus loin dans la transgression, » s’alarme-t-elle. A juste titre.

Encourager la contraception ne peut qu’encourager les comportements imprudents… et immoraux, cette mesure ne contribuera probablement pas à la diminution du nombre de mineures enceintes, surtout qu’il ne faudrait pas s’attendre à ce que celles-ci utilisent la contraception rigoureusement (heureusement, car la contraception étant immorale nous ne saurions vouloir qu’une femme l’utilise ou que ce moyen soit efficace ; ce qui est malheureux, ce sont les comportements immoraux qui résultent en grossesses pour la femme, et, soulignons-le, ce n’est pas la grossesse en soi qui est immorale mais l’acte qui l’a induite). — A. H.


*Commentaire d'A. H.

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire