M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2019

bébé Jésus

1866 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- Il reste deux semaines -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des fêtes, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Étudiants en médecine, le temps des choix éthiques difficiles

Par Adèle Cottereau (Droit de Naître) — Photo : laros/freepik

Dans un reportage publié le vingt-cinq novembre, le journal La Croix révèle que « l’internat et les stages constituent la période de “tous les dangers” pour les étudiants catholiques, sollicités pour participer à des interruptions volontaires et médicales de grossesse. »

Pour les soignants en formation — internes en gynécologie et sages-femmes — refuser de participer à ce qu’ils considèrent être la suppression d’une vie humaine n’est pas simple. En théorie, explique le quotidien, une clause de conscience spécifique aux interruptions de grossesse les protège, édictant qu’aucun soignant n’est forcé d’y participer.

Mais en pratique, tout se complique : « Pour éviter de procéder à cet acte — l’avortement — qui heurte sa foi et sa conscience, Adèle, interne en gynécologie-obstétrique d’un CHU parisien, va devoir négocier, en échangeant son intervention avec un de ses collègues internes, “plus ou moins compréhensifs” » [ce qui n’est pas très moral non plus].

Dans la majorité des cas où ils osent dire « non », ces étudiants font face à des réactions de bienveillante indifférence […] Mais il arrive aussi qu’ils se heurtent à de fortes incompréhensions. « Certains chefs nous font comprendre qu’en gynéco l’avortement fait partie du “package” inhérent au métier et que si cela ne nous convient pas, il aurait fallu choisir une autre carrière », témoigne Clara, externe en stage de gynécologie-obstétrique.

Les internes sont les premiers visés, selon Adèle, qui dénonce : « Il n’y a quasiment que les internes qui font les avortements par aspiration. Pour les titulaires, ce n’est ni technique, ni noble et cela prend du temps sur la “belle chirurgie”. »

Les étudiantes sages-femmes sont elles aussi concernées, rapporte La Croix : « Depuis 2016, elles font partie des soignants qui peuvent délivrer une pilule abortive, jusqu’à sept semaines de grossesse. Elles participent également aux accouchements des femmes qui demandent des avortements chirurgicaux, qui peuvent intervenir jusqu’au terme. »

La plupart des soignants se sentent complices d’un péché mortel en apportant à une patiente une pilule abortive ou en pratiquant un avortement chirurgical. Entre les deux, beaucoup se sentent comme Mathilde, étudiante sage-femme, « les petits maillons d’une chaîne de mort ».

« Les progrès constants de la technique ont et vont nécessairement conduire les médecins catholiques à être confrontés à de plus en plus de tragédies éthiques », s’alarme le père Jean-Marie Onfray, chargé des questions de santé à la Conférence des évêques de France.

Campagne de financement de Noël 2019. Merci de nous aider généreusement. L'objectif est de 7500$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

--Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire