M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Être possédés par Jésus

Par l’Abbé J.-Réal Bleau (pour le 19e dimanche après la Pentecôte) ― Photo (côtés flous rajoutés) : Kansallis Galleria/Wikimedia Commons

La vie chrétienne consiste en un perpétuel renouvellement intérieur. Nous avons déjà revêtu, lors de notre baptême, l’homme nouveau qui est Jésus-Christ. Mais qui, pérégrinant sur la terre comme dans une vallée de larmes, et se blessant parfois à ces pierres du chemin que sont les tentations du démon, ne pourra jamais dire qu’il a parfaitement revêtu Jésus-Christ ? Tous les jours jusqu’à la fin de notre vie, nous aurons besoin de nous renouveler intérieurement, de nous dépouiller du mal qui colle à notre âme comme un vêtement sale et de revêtir davantage Jésus-Christ.

Ce renouveau intérieur doit s’exprimer en une conduite extérieure toujours plus vraie, plus aimante et sainte. Avec l’aide de Jésus, et les yeux fixés sur Lui, nous devons progresser chaque jour dans la vérité, la charité, la douceur, la justice, la chasteté, et donc dans le renoncement à tout ce qui peut ternir ces vertus. Nous devons ainsi nous livrer chaque jour davantage à notre divin Sauveur Jésus-Christ. Autrement, il ne pourrait satisfaire son dessein miséricordieux de prendre de plus en plus possession de nous pour nous communiquer son Esprit, ses vertus, sa sainteté.

Le seul grand désir qui devrait nous habiter au point de devenir en nous une obsession à la fois très forte et très douce, une sainte obsession, c’est d’être possédés par Jésus, de manière que ce ne soit plus nous qui vivions, mais Lui en nous. Car c’est en lui donnant toute notre liberté, que nous deviendrons vraiment libres. C’est en jetant toutes nos pensées, nos paroles, nos actions dans le foyer ardent de son Cœur, qu’Il les purifiera comme l’or l’est par le feu, qu’il les transformera toutes en son amour, et qu’elles deviendront entièrement siennes. Est-il possible d’appartenir ainsi à Jésus sans perdre notre identité personnelle ? Notre raison éprouve quelque difficulté à le comprendre, mais il n’y a aucun doute que plus une âme appartient à Jésus, plus elle réalise sa véritable identité. Tel est le mystère de l’amour personnel de Jésus pour chacun de nous. Lui seul, dans un mystère de communion intime de notre pauvre être humain avec sa sainte humanité et sa divinité, nous fait être la personne que Dieu veut que nous soyons. Lui seul délivre les hommes pécheurs des ténèbres du mensonge qui les enveloppent et les établit dans la pleine lumière de la vérité.

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Être possédés par Jésus, c’est être envahis par la lumière de Dieu. Être possédés par Jésus, c’est, avec la Vierge Marie, vivre à l’intérieur de la forteresse divine, sur le roc de laquelle toutes les puissances de l’enfer viennent s’écraser. Être possédés par Jésus, c’est être immergés dans un océan infini de paix. Être possédés par Jésus, c’est goûter à la joie incomparable de son divin Cœur. Être possédés par Jésus, c’est tout en travaillant avec Lui sur la terre, en souffrant avec Lui, en gravissant avec lui le Calvaire, avoir déjà son cœur dans son Cœur au ciel. Être possédés par Jésus, c’est ne plus appartenir à aucune créature, ne plus s’appartenir à soi-même, mais en Lui, avec les saints anges, vivre constamment dans la louange et l’adoration du Père.

Si l’abandon total de notre être à Jésus pour qu’Il nous possède réellement nous fait réaliser notre véritable identité personnelle, en nous immergeant dans l’océan d’amour de son divin Cœur, il faut reconnaître qu’aujourd’hui le nombre de personnes possédées ou obsédées ou encore sous l’influence directe du démon progresse de plus en plus. De sorte que toutes ces personnes perdent leur véritable identité personnelle en devenant esclaves de Satan. Car, en fin de ligne on appartient soit à Jésus-Christ pour le servir librement ou à Satan pour en être l’esclave. L’esclavage de Satan s’exprime en une démission de sa propre responsabilité devant le choix que toute personne humaine doit faire devant le bien et le mal. Sous l’influence de Satan, la notion du bien et du mal se pervertit, au point où le mal devient bien et le bien devient mal. Autrement dit, il n’y a plus de péché, et non seulement il n’y a plus de péché, mais ce qui a toujours été considéré comme de très graves péchés deviennent des droits. Alors, il est inévitable qu’une société autrefois chrétienne, mais convertie aux principes diaboliques concernant le bien et le mal, foule au pied les droits les plus sacrés et persécute hypocritement l’Église en l’empêchant de soumettre les cœurs au règne d’amour de Jésus-Christ, orienté totalement au triomphe du bien sur le mal, c’est-à-dire de la vérité, de la justice, de la charité et de la paix.

J.-R.B.



Laissez un commentaire