M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le Premier ministre de la Hongrie explique en 12 points comment la Hongrie est devenue un bastion des valeurs conservatrices et chrétiennes en Europe

Traduction de Campagne Québec-Vie — Photo : Orbán Viktor/Facebook

Source : Bureau du Cabinet du Premier ministre, Budapest

19 mai 2022

Mesdames et messieurs, chers amis américains, et conservateurs du monde entier,

Je vous souhaite à tous la bienvenue. Et je souhaite tout particulièrement la bienvenue à mon ami Václav Klaus. Ce n’est pas une surprise qu’il soit l’homme le plus courageux intellectuellement en Europe, car il est riche en années ; mais ce qui est une surprise pour nous tous, c’est qu’il est encore le plus jeune et le plus frais d’entre nous. Cher Klaus, merci beaucoup d’être venu et d’être avec nous.

Je sais que vous méritez tous un meilleur discours que celui-ci, mais nous savons tous que l’on ne peut pas nager ou courir un record du monde le matin. Gardez cela à l’esprit pendant que vous écoutez mes réflexions. Quoi qu’il en soit, je suis ravi de vous avoir parmi nous. Le moment choisi est un heureux hasard : il y a un mois, nous avons remporté notre quatrième victoire électorale consécutive, et il y a quatre jours, j’ai formé mon cinquième gouvernement conservateur et chrétien ; et maintenant, je suis ici avec vous. Il est toujours bon de pouvoir parler entre amis, et il est particulièrement bon d’avoir quelque chose pour étayer ses propos ; et nous, les Hongrois, sentons à juste titre que nous avons quelque chose pour étayer nos propos.

Mes amis,

Nous avons parcouru un long chemin. Dans les années 1980, nous lisions ce qui se passait aux États-Unis dans des samizdats distribués illégalement dans l’ancien bloc de l’Est ; et maintenant, nous voici en Hongrie, où se tient le plus important rassemblement politique du parti républicain [américain], le Grand Old Party. Je me souviens très bien de la façon dont nous vous enviions à l’époque : nous enviions votre culture du débat démocratique, la liberté avec laquelle vous organisiez les affaires publiques en Amérique ; nous enviions votre président Reagan pour son charisme, son dynamisme, son esprit et ses politiques — et, bien sûr, nous le soutenions. Tout ce que nous avions, c’était les fonctionnaires communistes en costume gris et leur novlangue politique, une atmosphère étouffante et le désespoir.

Chers amis américains,

Si vous avez vu la série « Tchernobyl », vous avez peut-être une idée de ce dont je parle. Nous avons connu quarante longues années de cela. Et aujourd’hui, nous accueillons ce grand événement, pour lequel je tiens à remercier les organisateurs — mais surtout vous, qui nous honorez de votre présence. Au nom de tous les Hongrois, je remercie nos amis américains et ceux des autres pays de nous honorer et de venir ici à Budapest.

Comment puis-je contribuer au rassemblement d’aujourd’hui ? Peut-être si je vous dis comment nous avons gagné : comment nous avons d’abord vaincu le régime communiste ; puis comment nous avons vaincu les libéraux ; et enfin, plus récemment, comment nous avons vaincu la gauche libérale internationale lorsqu’elle a uni ses forces contre la Hongrie lors des élections. Je vais vous dire maintenant comment nous les avons vaincus pour la première, deuxième, troisième, quatrième et cinquième fois — et comment nous les vaincrons à nouveau. Comme le chantent les supporters de Fradi [club de football Ferencváros] : « Plus, plus, plus, il y a encore des buts à marquer ! » Je vous raconterai comment des étudiants universitaires fervents ont réussi à démanteler une dictature, puis à briser l’hégémonie sur les opinions dont jouissaient les communistes et les libéraux de retour au pays, et comment ils ont réussi à mettre fin à la domination des progressistes dans la vie publique. Je vous dirai comment la Hongrie est devenue un bastion des valeurs conservatrices et chrétiennes en Europe. Au lieu de mon long discours, bien sûr, tout cela pourrait être fait brièvement et simplement. Nous avons appris du général Patton que la bataille fait ressortir tout ce qu’il y a de meilleur et élimine tout ce qui est bas. Cela est également vrai sur le champ de bataille politique. Ici, mes amis, seuls les meilleurs restent debout — ou, en bref, la condition ultime de la victoire est que nous devons devenir les meilleurs. Vous pouvez gagner si vous êtes les meilleurs.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mesdames et Messieurs,

Permettez-nous tout d’abord de dire que vous, politiciens qui aimez votre pays, êtes confrontés à un problème que nous, Hongrois, avons déjà résolu avec succès. Ce problème — si je ne me trompe pas, tant en Amérique qu’en Europe occidentale — est la domination de la vie publique par les libéraux progressistes. Le problème, c’est le fait qu’ils occupent les postes les plus importants dans les institutions les plus importantes, qu’ils occupent les positions dominantes dans les médias, et qu’ils produisent toutes les œuvres d’endoctrinement politique de la haute culture et de la culture de masse. Ils — la gauche progressiste — nous disent ce qui est la vérité et ce qui ne l’est pas, ce qui est bien et ce qui est mal. Et en tant que conservateurs, notre lot est de nous sentir dans la vie publique de nos nations comme Sting s’est senti à New York : comme un « étranger légal ».

Chers amis américains,

C’était également la situation en Hongrie. Il y a trente ans, la gauche était également au pouvoir ici — et il y a même eu une dictature communiste. L’ensemble de l’appareil d’État travaillait à consolider le pouvoir des communistes. Aussi étrange que cela puisse paraître, nous — et moi — avons grandi dans un « monde éveillé ». Seulement, à l’époque, la théorie de la race critique était appelée « socialisme scientifique » et était enseignée à l’université de la même manière que le « wokisme » est enseigné dans votre pays. Une dictature socialiste au quotidien : voilà dans quoi nous avons grandi. Le politiquement correct, la novlangue d’Orwell, le contrôle de l’État sur la place publique, l’expropriation de la propriété privée et la stigmatisation de la droite.

Chers amis américains et visiteurs de l’étranger,

Sous le communisme, nous avions une blague sur la possibilité de plaisanter sous le communisme. Et la blague était qu’un concours de blagues politiques était organisé en Union soviétique, avec les conditions suivantes : le concurrent arrivant troisième gagnait un voyage tout compris de deux semaines en Sibérie, le second un voyage d’un an et le grand gagnant un voyage à vie.

Amis américains,

Si vous sentez que cette plaisanterie prend de plus en plus de sens pour vous, le moment est venu de passer à l’action. Quoi qu’il en soit, nous nous sommes levés et, à la fin des années 1980, nous avons décidé que cela suffisait. Nous voulions retrouver notre pays et notre liberté ; nous voulions retrouver la liberté de notre pays. Les communistes n’ont pas laissé passer cela sans réagir : attaques policières, interdictions, écoutes téléphoniques, infiltration d’agents de l’État, menaces et chantage. Mais nous avons persévéré, et nous avons gagné. Les soviétiques dehors, les communistes par terre. Nous pensions avoir enfin obtenu ce que nous voulions, mais nous nous trompions : sous la dictature, les libéraux et les conservateurs avaient conclu un pacte anticommuniste, mais à la première occasion suivante, les libéraux se sont rangés du côté des communistes. Il s’est avéré qu’ils étaient en fait des alliés naturels. Si je ne me trompe pas, ce type d’alliance pécheresse a également été observé aux États-Unis. Summa summarum, la vie publique après la première élection [en Hongrie après le communisme] a été dominée par les post-communistes, les libéraux et les progressistes, et la droite hongroise a été terrassée. Lorsque mon ami Donald Trump a remporté l’élection présidentielle américaine en 2016, l’une de ses principales promesses concernait la nécessité de « drainer le marécage ». Le président Trump a des mérites indéniables, mais il n’a néanmoins pas été réélu en 2020. Il a fini comme notre premier gouvernement conservateur et chrétien en 2002 : nous avons gouverné de manière remarquable — après tant d’années, je peux peut-être me permettre cette immodestie — mais nous avons été entraînés par le marécage de la gauche hongroise. Et puis, entre 2002 et 2010, nous avons vu ce qui se passe généralement dans de telles circonstances : les socialistes ont dépensé l’argent du peuple. La Hongrie s’est endettée, l’économie est entrée en récession, l’inflation est devenue incontrôlable, le chômage a augmenté et les gens n’ont pas pu payer leurs factures. La violence dans les rues a éclaté et les groupes paramilitaires étaient en marche. C’était il y a longtemps, mais n’oublions pas : des séries de meurtres à motivation ethnique ont scandalisé l’opinion publique. La gauche avait tellement réduit les dépenses de la police qu’elle était incapable de maintenir ne serait-ce qu’un semblant d’ordre, la loi protégeant les auteurs [de crimes] plutôt que les victimes.

Chers amis américains,

Je pense que vous avez vu des choses semblables. Les Écritures disent ce qui suit : « On reconnaît chaque arbre à ses fruits. » Eh bien, les fruits d’un gouvernement progressiste parlent d’eux-mêmes : la ruine économique et la violence dans les rues. Lorsqu’un gouvernement de gauche arrive au pouvoir, l’histoire se termine presque toujours de la même manière. Mais, chers amis, en 2002, nous avons organisé un mouvement populaire et une résistance intellectuelle avec les troupes qui nous restaient après notre défaite électorale. Nous n’avons pas adopté une attitude défensive, et nous ne nous sommes pas résignés à notre statut de minorité ; nous avons joué pour gagner et avons proclamé la Reconquista.

Chers amis,

Le plan a réussi. En 2010, nous sommes revenus. Nous avions travaillé pendant huit ans : étape par étape, brique par brique, nous avions lutté et nous avions construit. La formule est complète. La Hongrie est le laboratoire dans lequel nous avons testé l’antidote à la domination des progressistes. Nous avons raccroché nos blouses, ce printemps la Hongrie a reçu sa quatrième dose, et je peux vous annoncer la chose suivante : le patient est complètement guéri. Le médicament est en libre accès, gratuit, et comprend douze points — que je vais partager avec vous maintenant. Au bénéfice de nos amis étrangers, douze est le chiffre porte-bonheur des combattants de la liberté hongrois.

Comment la Hongrie est devenue un bastion des valeurs conservatrices et chrétiennes en Europe, en 12 points

Le premier point de la formule hongroise est de jouer selon nos propres règles. La seule façon de gagner est de refuser d’accepter les solutions et les voies offertes par les autres. Comme le disait Churchill, avoir des ennemis est un signe certain que l’on fait quelque chose de bien. C’est pourquoi nous ne devons pas nous décourager d’être diffamés, d’être qualifiés de déplorables ou d’être traités à l’étranger comme des fauteurs de troubles. En fait, il serait suspect que rien de tout cela ne se produise. N’oubliez pas que ceux qui jouent selon les règles de leurs adversaires sont certains de perdre.

Deuxième point : le conservatisme national en politique intérieure. La cause de la nation n’est pas une question d’idéologie, ni même de tradition. La raison pour laquelle les églises et les familles doivent être soutenues est qu’elles sont les éléments constitutifs de la nation. Cela signifie également qu’il faut rester du côté des électeurs.

Nous avons décidé d’arrêter les migrations et de construire le mur à notre frontière sud parce que les Hongrois ont dit qu’ils ne voulaient pas d’immigrants illégaux. Ils ont dit : « Viktor, construis ce mur ! » Trois mois plus tard, la barrière frontalière était en place. Le secret est de ne pas trop réfléchir : la clôture hongroise est une simple structure en mailles de chaîne avec des détecteurs de mouvement, des miradors et des caméras ; mais cela suffit, à condition que les gens veuillent protéger leur pays. Le talon d’Achille des progressistes est précisément qu’ils veulent imposer leurs rêves à la société. Mais pour nous, ce danger est aussi une chance, car lorsqu’il s’agit de questions importantes, en réalité les gens n’aiment pas les rêves fébriles de la gauche. Il faut trouver les questions sur lesquelles la gauche est complètement déconnectée de la réalité et les mettre en évidence — mais d’une manière qui puisse être comprise par des gens qui ne sont pas des intellos.

Troisième point : l’intérêt national en politique étrangère. Les progressistes pensent toujours que la politique étrangère est une bataille d’idéologies : une bataille entre le bien et le mal, dans laquelle le cours de l’histoire sera décidé une fois pour toutes. Mais à mon avis, chers amis, il y a eu au moins quatre de ces « dernières grandes batailles » au cours des cent dernières années. Quelque chose ne tourne pas rond dans ce concept. Notre réponse devrait être une antithèse claire et simple aux progressistes : la Nation d’abord ! La Hongrie d’abord ! L’Amérique d’abord ! Nous avons besoin d’une politique étrangère basée sur nos intérêts. Ce n’est pas toujours facile, car le monde de la politique étrangère est souvent compliqué. Prenez la guerre dans notre pays voisin. La Russie est l’agresseur, et l’Ukraine la victime. Nous condamnons l’agresseur et aidons la victime de l’agression. Mais en même temps, nous savons que l’Ukraine ne défend pas la Hongrie. C’est une idée absurde ! La Hongrie peut être défendue par l’OTAN et les forces de défense hongroises. En proportion de notre population, nous avons accueilli le plus grand nombre de réfugiés, et le peuple hongrois est heureux d’aider. Ils sont heureux d’aider, mais ils ne veulent pas payer le prix de la guerre, car ce n’est pas leur guerre et ils n’en tireront aucun bénéfice. Ils savent très bien que la guerre s’accompagne de sanctions, d’une inflation galopante et d’une stagnation économique ; ils savent que la guerre appauvrit toujours les gens. Nous ne devons pas céder aux voix des sirènes, aussi tentantes soient-elles. Notre objectif est de rétablir la paix, et non de poursuivre la guerre, car c’est ce qui est dans notre intérêt national. La Hongrie d’abord !

Quatrième point, chers amis : nous devons avoir nos propres médias. Nous ne pouvons dénoncer les idées insensées de la gauche progressiste que si nous disposons de médias qui nous aident à le faire. Les opinions de gauche ne semblent être majoritaires que lorsque les médias contribuent à les amplifier. La racine du problème est que les médias occidentaux modernes s’alignent sur les opinions de la gauche. Les reporters ont été formés à l’université par des personnes ayant des opinions progressistes de gauche. Et dès qu’une personnalité conservatrice apparaît dans les médias, elle est critiquée, attaquée, diffamée et vilipendée. Je connais l’ancienne éthique de la démocratie occidentale, selon laquelle les partis politiques et la presse doivent être séparés. C’est ainsi que les choses devraient être. Mais, chers amis, les démocrates aux États-Unis, par exemple, n’obéissent pas à ces règles. Essayez simplement de compter combien d’organes de presse sont au service du parti démocrate : CNN, le New York Times, la liste est longue — je pourrais continuer jusqu’à la nuit. Naturellement, le Grand Old Party a lui aussi des médias alliés, mais ils ne font pas le poids face à la domination des libéraux sur les médias. Mon ami Tucker Carlson se tient debout, seul et inébranlable. Son émission a les meilleurs chiffres d’audience. Qu’est-ce que cela signifie ? Cela signifie qu’il devrait y avoir des émissions comme la sienne jour et nuit — ou, comme vous dites, 24 heures sur 24, 7 jours sur 7.

Cinquième point : exposer les intentions de votre adversaire. Comme condition de victoire, le soutien des médias est nécessaire, mais pas suffisant. Il faut aussi briser les tabous. Peut-être n’ai-je pas besoin de présenter cela à mes amis américains, car quel briseur de tabous est plus grand que le président Donald Trump ? Mais on peut toujours mettre la barre plus haut : nous devons non seulement briser les tabous d’aujourd’hui, mais aussi les tabous de demain. Ici, en Hongrie, nous exposons ce que la gauche prépare avant même qu’elle ne passe à l’action. Au début, ils le nient, mais le succès est d’autant plus grand lorsqu’il apparaît que nous avions raison depuis le début. Par exemple, il y a la question de la propagande LGBTQ ciblant les enfants. C’est encore une nouveauté ici, mais nous l’avons déjà détruite. Nous avons soulevé la question au grand jour et organisé un référendum à ce sujet. L’écrasante majorité des Hongrois a rejeté cette forme de sensibilisation des enfants. En révélant très tôt ce que la gauche préparait, nous l’avons mise sur la défensive, et lorsqu’elle a attaqué notre initiative, elle a finalement été contrainte d’admettre la réalité de son plan. Permettez-moi de citer à nouveau le général Patton : « Un bon plan, violemment exécuté maintenant, vaut mieux qu’un plan parfait la semaine prochaine. »

Sixième point : économie, économie, économie. Nous savons tous que la gauche veut faire fonctionner l’économie selon des notions abstraites. C’est un piège pour la droite. Ne tombez jamais dans le piège ! Lorsque nous sommes arrivés au pouvoir, nous avons décidé que nous ne devions mener que des politiques économiques qui profitent à la majorité des électeurs. Ici, en Hongrie, nous avons une devise à ce sujet : « Même ceux qui n’ont pas voté pour nous finissent par s’en sortir mieux ». En cela, nous sommes à l’opposé des progressistes : même ceux qui ont voté pour eux se retrouvent dans une situation pire. En fin de compte, les gens veulent des emplois : les gens veulent des emplois, pas des théories économiques. Les gens veulent faire un pas en avant dans la vie, et les gens veulent une meilleure vie pour leurs enfants que celle qu’ils ont eue. Si un gouvernement de droite est incapable d’offrir tout cela, il est voué à l’échec.

Notre septième point : ne pas se laisser pousser à l’extrême. Je dis cela parce que les théories extrêmes de la conspiration surgissent de temps en temps à droite — tout comme les utopies extrêmes surgissent régulièrement à gauche. Si nous regardons de plus près, nous constatons qu’en fait, les gens ne veulent ni l’un ni l’autre. Mais, chers amis, quelle est la différence entre le déni de la science par l’extrême droite et le déni de la biologie par les mouvements LGBTQ ? La réponse est simple : il n’y a aucune différence. Nous devons rendre à César ce qui appartient à César, à Dieu ce qui appartient à Dieu, et à la science ce qui appartient à la science. Nous pouvons gagner une immense popularité sur les forums Internet en promouvant des théories de la conspiration — et en effet, il y a parfois du vrai dans ces théories ; mais en réalité, nous nous aliénerons une grande partie de l’électorat, nous nous retrouverons poussés en marge, et finalement nous perdrons.

Huitième point : lisez tous les jours. Un livre par jour éloigne la défaite. Je sais que cela peut paraître étrange. Je ne suis pas moi-même un universitaire, mais le fait est qu’aucune invention n’a encore surpassé le livre en tant que véhicule pour comprendre et transmettre des idées. Le monde devient de plus en plus complexe, et nous devons consacrer du temps à le comprendre. Moi, par exemple, je consacre une journée entière par semaine à la lecture. La lecture nous aide également à comprendre ce que nos adversaires pensent et où leur pensée est défectueuse. Si nous savons cela, le reste n’est que technique. Nous devons traduire tout cela dans le langage de l’action quotidienne et de la communication politique. Il est vrai que le « spin doctor » (conseiller en relations publiques) est une espèce utile ; mais la compréhension du problème doit être faite par nous, les décideurs politiques.

Neuvième point : ayez la foi. Le manque de foi est dangereux. Si vous ne croyez pas qu’il y aura un jugement final et que vous devrez rendre compte de vos actions devant Dieu, vous penserez que vous pouvez faire tout ce qui est en votre pouvoir. Encourageons donc les jeunes politiciens conservateurs potentiels à s’engager dans la foi. Au départ, je ne voyais pas cela comme une priorité, mais j’ai appris que si nous consacrons du temps à notre foi, le succès viendra plus facilement. Je suis député depuis trente-deux ans, et je commence ma dix-septième année en tant que Premier ministre. Je tiens compte des paroles du prophète Isaïe, qui a dit : « Si vous ne restez pas fermes dans votre foi, vous ne subsisterez pas. » En politique, chers amis, c’est la loi.

Dixième point : faites-vous des amis. Nos adversaires, les libéraux progressistes et les néo-marxistes, ont une solidarité illimitée : ils se soutiennent les uns les autres. En revanche, nous, les conservateurs, sommes capables de nous chamailler sur la moindre question. Et nous nous étonnons ensuite de la façon dont nos adversaires nous acculent.

Nous possédons effectivement une sophistication intellectuelle, et nous nous soucions de la nuance intellectuelle. Mais si nous voulons réussir en politique, nous ne devrions jamais regarder ce sur quoi nous sommes en désaccord, mais plutôt chercher notre terrain d’entente. Je vais vous donner un exemple. Le Vatican est l’un de nos plus importants alliés européens. C’est un allié en tant que gardien des valeurs chrétiennes, dans le soutien aux familles, et ensemble nous affirmons qu’un père est un homme et qu’une mère est une femme. Nous sommes ensemble pour la paix et pour les réfugiés d’Ukraine. Mais en ce qui concerne l’immigration clandestine, notre pensée diverge. Il ne faut pas regarder les questions sur lesquelles nous pouvons nous engager dans des disputes passionnées, mais chercher des moyens de travailler ensemble. Croyez-moi, si nous ne le faisons pas, nos adversaires nous abattront un par un.

Onzième point : construire des communautés. Mes amis, au fil des ans, j’ai également appris qu’il n’y a pas de succès politique conservateur sans communautés qui fonctionnent. Moins il y a de communautés et plus les gens sont seuls, plus les électeurs vont vers les libéraux ; et plus il y a de communautés, plus nous obtenons de votes. C’est aussi simple que cela. Je n’ai pas besoin de vous l’expliquer : les États-Unis ont les clubs, les sociétés et les communautés qui fonctionnent le mieux au monde. Ce que nous devons comprendre, c’est qu’une entité politique doit englober ces communautés.

Et enfin, le douzième point : créer des institutions. Pour réussir en politique, il faut des institutions et des instituts. Qu’il s’agisse de groupes de réflexion, de centres éducatifs, d’ateliers de talents, d’instituts de relations extérieures, d’organisations de jeunesse ou autres, ils doivent avoir un aspect politique. N’oublions pas que les politiciens vont et viennent, mais que les institutions demeurent avec nous pendant des générations. Elles, les institutions, ont la capacité de renouveler intellectuellement la politique. De nouvelles idées, de nouvelles pensées et de nouvelles personnes sont nécessaires, encore et encore. S’ils viennent à manquer, nous manquerons de munitions et notre adversaire n’aura aucune pitié pour nous faire tomber.

Chers amis,

Le monde entier connaît d’énormes changements. Il est étrange mais vrai que les idéologies destructrices du fascisme et du communisme sont nées en Occident. Nous n’avons jamais pensé que les communistes pourraient revenir non seulement de l’Est, mais aussi de l’Occident. Nous voyons maintenant que les progressistes menacent l’ensemble de la civilisation occidentale, et le véritable danger ne vient pas de l’extérieur mais de l’intérieur. Vous, chers amis américains, faites face à cette situation aux États-Unis, tandis que nous l’affrontons dans l’Union européenne. Nous avons affaire aux mêmes personnes : des bureaucrates sans visage, formés à l’idéologie, qui siègent à Washington DC et à Bruxelles. Des libéraux progressistes, des néo-marxistes enivrés par le rêve de l’égalité, des personnes à la solde de George Soros, les partisans de la société ouverte. Ils veulent abolir le mode de vie occidental que vous et nous aimons tant : ce pour quoi vos parents se sont battus pendant la Seconde Guerre mondiale et la guerre froide, et ce pour quoi nous nous sommes battus lorsque nous avons chassé les communistes soviétiques de Hongrie.

Mes amis,

Nous devons reprendre le combat, et dans ce combat nous ne pouvons réussir que si nous sommes ensemble et organisés. Nous devons reprendre en main les institutions de Washington et de Bruxelles. Nous devons être, les uns pour les autres, des amis et des alliés. Nous devons coordonner le mouvement de nos troupes, car nous faisons face à un grand défi. L’année décisive sera 2024 : vous aurez des élections présidentielles et législatives, et nous aurons des élections au Parlement européen. Ces deux lieux définiront les deux fronts de la bataille qui se joue pour la civilisation occidentale. Aujourd’hui, nous ne détenons ni l’un ni l’autre. Pourtant, nous avons besoin des deux. Nous avons deux ans pour nous préparer. La leçon hongroise est que nous n’avons pas de solution miracle. Nous n’avons que du travail. Nous devons le faire. Allons-y et faisons-le ! Merci et bonne chance !

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire