M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement Noël 2019

bébé Jésus

2631 $ recueillis -- Objectif : $7500 -- il reste 11 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de nous aider, en ce temps des fêtes, à promouvoir la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Petteri Taalas, responsable de l’Organisation météorologique mondiale : « Arrêtez de vous inquiéter, faites des bébés »

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

Au milieu de la crainte grandissante des réchauffistes devant ce qu’ils appellent le « changement climatique anthropique » et des gestes absurdes posées par plusieurs gouvernements (comme la taxe carbone), une voix plus raisonnable s’élève pour calmer les esprits. Petteri Taalas, chef de l’agence des Nations Unies consacrée au climat affirme que le « changement climatique » est moins calamiteux que ne le prétendent les alarmistes de tous poils. Par conséquent, pour M. Taalas, les gens ordinaires ne devraient pas s’adonner à des restrictions drastiques devant prétendument sauver la planète, comme ne pas avoir d’enfants, selon Acton Institute :

Le changement climatique est peut-être un problème, mais il ne détruira pas le monde. C’est ce qu’affirme le chef de l’agence des Nations Unies consacrée au climat. Il ajoute que les jeunes gens ne doivent pas arrêter d’avoir des enfants. Selon lui, la rhétorique alarmiste des « catastrophistes et extrémistes » selon laquelle les bébés vont détruire la planète « ressemble à l’extrémisme religieux » et « fera peser un poids supplémentaire » sur les jeunes femmes en « provoquant de l’anxiété ».

Je m’arrête un instant pour faire remarquer encore une fois l’étrange charabia moderne ; l’expression « extrémisme religieux » est employée ici comme référence du nec plus ultra des mentalités portant à poser des gestes inconsidérés, fanatiques et néfastes. En soi, être « extrémiste » ne devrait rien signifier de plus que d’être prêt à aller jusqu’au bout d’un raisonnement, d’être logique, rationnel et conséquent ; aller aux extrêmes. Ainsi l’« extrémisme » n’est pas en soi pernicieux, le mauvais « extrémisme » est celui qui contient une ou plusieurs erreurs à sa base, le conduisant ainsi à de mauvaises conclusions et à des gestes fâcheux. Inutile d’en dire beaucoup sur l’accolement du mot « religieux » à celui d’« extrémisme », comme si la religion était forcément dépourvue de raison (ce qui est largement le cas dans toutes les religions, sauf une). Par ailleurs, l’emploi du mot « extrémistes » dans son acception (tordue) moderne à propos des réchauffistes montre qu’il n’est pas l’apanage de la religion (à moins que le réchauffisme ne soit une religion).

Laissez un commentaire Lire la suite

Bataille autour de l’avortement en Belgique

Par Pour une école libre au Québec ― Photo : Unsplash

En Belgique, 90 % des députés francophones votent en faveur de l’allongement des délais de l’avortement alors que 60 % des députés flamands sont contre et que deux sondages indiqueraient que 65 à 75 % de la population francophone est contre ce énième projet de loi.

On assiste à une forte mobilisation en Belgique contre le ixième projet de loi bioéthique de libéralisation totale de l’avortement porté par une majorité dite « progressiste » de 60 % du parlement tandis qu’une lettre de 750 médecins et soignants opposés au projet de loi vient d’être publiée.

Après deux premiers votes reportés en commission parlementaire en deux semaines, les partis opposés viennent de réussir à le reporter une nouvelle fois d’une semaine, voire de deux.

Le Centre d’Action Laïque, à la pointe du lobby proavortement

Derrière ce ixième projet de loi proavortement, le très puissant lobby du Centre d’Action Laïque (CAL) qui en fait une croisade depuis des années.

Le Roi Baudouin avait mis sa couronne en jeu en 1990 sur cette question.

Cette fois, le CAL a rassemblé une majorité dite « progressiste » de 60 % des voix (90 députés sur 150), familles communistes-socialistes-vertes-libérales du nord et du sud du pays, composée de :

  • D’une part, 90 % des 59 députés francophones, soit tous les partis hormis le CdH (ex-social-chrétien devenu « humaniste ») et l’un ou l’autre député MR (centre libéral).
  • D’autre part, une minorité de 40 % des 91 députés néerlandophones. En effet, la majorité flamande constituée de la NV-A (centre droit nationaliste), du CD&V (chrétien-démocrate) et du VB (droite nationaliste) s’oppose au projet de loi. À noter que les 2 candidats à la présidence du CD&V se sont clairement exprimés contre ce projet de loi et en font une condition à leur entrée dans un gouvernement.
Laissez un commentaire Lire la suite

La Hongrie se retire du concours Eurovision, car celui-ci est trop LGBT

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Framing the World/Flickr

La télévision publique hongroise s’est officiellement retirée d'Eurovision, concours de chansons télévisé, et ce, sans en avoir donné la raison. Le Journal The Guardian, qui s’est penché sur la question, pense avoir trouvé la réponse : ce serait parce que le gouvernement hongrois trouverait le concours trop LGBT… ce qui est une excellente raison.

CNEWS rapporte donc, avec un large penchant en faveur des homosexuels, des travestis et des transgenres, et un vocabulaire bien à la mode, que la raison du retrait est la suivante :

Elle est résumée dans les mots d’un commentateur proche du Premier ministre d’extrême-droite Viktor Orbán, un certain Andras Bencsik, qui après le retrait de la Hongrie du concours, a dépeint l’Eurovision comme un « repaire » de la communauté homosexuelle.

Admirez au passage l’emploi du mot « extrême-droite ». CNEWS continue :

Toujours selon le Guardian, l’homme aurait même très exactement comparé le concours à « une flottille homosexuelle ».

Un vocabulaire issu de l’armée — et plus exactement de la marine — faisant dire à Andras Bencsik, que l’Eurovision met à mal « la santé mentale de la Hongrie », qui « serait meilleure si le pays ne participait pas au concours. »

« Beaucoup de jeunes pensent que c’est une émission tout public mais durant ce show, le goût du public est détruit à coups de travestis hurlants et de femmes à barbe », a-t-il ajouté.

Bref, encore un geste sensé de la Hongrie.

Laissez un commentaire

Le juge lesbien qui s’est fait refuser la communion cherche noise au prêtre, qui est soutenu par son évêque


Juge Sarah Smolenski.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo :

Mettons d’abord les choses au point, le juge Sarah Smolenski s’est fait interdire par le Père Nolan, au téléphone, de se présenter à la table de communion parce que cette femme est « mariée » avec une autre femme. Notons aussi que le juge Smolenski a présidé à des centaines de « mariages » entre personnes de même sexe. Soulignons enfin que cet avertissement, fort charitable, car il lui évitait de se faire rebuter devant les paroissiens, serait survenu après que le juge Smolenski se soit montré à la messe avec l’épinglette de la « fierté gaie », selon LifeSiteNews :

Le Père Nolan avait dit à Smolenski, lors d’une conversation privée au téléphone, de ne pas se présenter pour communier. Cet appel s’est produit après qu’elle et d’autres paroissiens aient récemment porté des épinglettes de la fierté gaie à l’église.

Toujours est-il que le juge Smolenski a rendu l’affaire publique en allant porter sa plainte devant les médias.

Sarah Smolenski, juge en chef de la Cour du conté de Kent au Michigan, avait auparavant essayé de démettre le Père Scott Nolan de ses fonctions d’aumônier de la Catholic Lawyers Association of Western Michigan, intrigant pour ce faire par le biais d’une lettre contresignée par un autre juge et envoyée le 11 octobre aux membres de l’association. D’après ces deux juges, plusieurs de leurs confrères auraient contacté le Père Nolan pour qu’il démissionne, en vain. La lettre faisait référence à un autre fait qui serait arrivé dans la paroisse du Père Nolan, St. Stephen’s à East Grand Rapid, selon un autre article de LifeSiteNews :

Dans sa lettre, Smolenski a attiré l’attention sur un incident où le Père Nolan a refusé de donner l’Eucharistie à ce qu’elle a appelé « deux femmes légalement mariées » qui se sont présentées à la sainte table pendant la Messe. Smolenski a dit que la décision de Nolan était « blessante et humiliante » et qu’elle a causé « beaucoup de difficultés à la paroisse et à la communauté en général ». Sans preuve, elle allègue qu’il a refusé la communion à des femmes « parce qu’elles sont gaies ».

Une lecture charitable de la situation pourrait être la suivante : le Père Nolan leur a refusé la communion parce qu’il pensait ou savait même qu’elles étaient des homosexuelles actives. [Portaient-elles des épinglettes ?] L’Église enseigne que les actes homosexuels sont intrinsèquement désordonnés et sont un des quatre péchés qui crient au ciel pour la vengeance. Les personnes qui persistent obstinément dans un état public de péché ne doivent pas être admises à la communion, selon le canon 915 du Code de droit canonique.

Notons enfin que le Père Nolan a l’appui de son évêque, du diocèse de Grand Rapids, Mgr David Walkowiak, pour l’affaire la plus récente.

Laissez un commentaire

Premier ministre de Hongrie Orbán : le salut de l’Europe est dans le secours aux chrétiens persécutés


Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie)

À Budapest en Hongrie a eu lieu la seconde conférence Internationale sur la persécution chrétienne (ceux qui sont persécutés sont les chrétiens, s’entend) qui a commencée le 26 novembre, et est supposée se terminer le 28 du même mois. Plusieurs personnalités y sont présentes : Premier ministre de Hongrie Viktor Orbán, le cardinal Gerhard Ludwig Müller, ex-préfet de la Congrégation pour la doctrine de la foi, le cardinal Péter Erdõ, primat de Hongrie et bien d’autres encore, d’après Church Militant.

Viktor Orbán, Premier ministre de Hongrie, y a donné un discours le 26 novembre, émettant l’idée selon laquelle le salut de l’Europe reposait, en partie du moins, sur le secours que l’on porte aux chrétiens persécutés, dénonçant au passage l’inertie et l’indifférence des gouvernements européens devant les tribulations des chrétiens. Extrait de LifeSiteNews :

Selon Edward Pentin du National Catholic Register, Orbán a déclaré : « Je suis convaincu que ceux qui pourraient sauver l’Europe et nous apporter la plus grande aide, sont ceux que nous aidons en ce moment. Nous semons une graine, donnons aux persécutés ce dont ils ont besoin et recevons en retours la foi chrétienne, l’amour et la persévérance. »

Le Premier ministre hongrois a également expliqué que l’identité chrétienne de son pays l’obligeait à aider les autres communautés chrétiennes.

« Les Hongrois croient que les valeurs chrétiennes mènent à la paix et au bonheur, et c’est pourquoi notre Constitution stipule que la protection du christianisme est une obligation pour l’État hongrois », dit-il.

« Cela nous oblige à protéger les communautés chrétiennes persécutées du monde entier. »

Orbán a souligné le grand nombre de chrétiens parmi ceux qui souffrent pour leur foi, face à l’indifférence de la majeure partie de l’Europe.

« Quatre personnes sur cinq persécutées pour leur foi sont des chrétiens et quelque 245 millions de chrétiens dans le monde sont victimes de persécutions extrêmes », clama-t-il.

« Et pourtant, l’Europe reste silencieuse ! » poursuit-il.

Laissez un commentaire Lire la suite

Une étude douteuse affirmant que l’avortement n’augmente pas les tentatives de suicide

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : freepik

21 novembre 2019 (LifeSiteNews) — Une nouvelle étude a attiré l’attention des médias grand public sur ses conclusions selon lesquelles l’avortement n’augmenterait pas la probabilité qu’une femme tente de se suicider, mais un éminent chercheur pro-vie affirme que les faits indiquent tout le contraire.

Mardi, The Lancet a publié une étude réalisée par une équipe de chercheurs de l’Université du Maryland qui a examiné les données sur l’avortement et l’automutilation de plus de 500 000 femmes au Danemark.

« Nous avons constaté que les femmes qui ont eu des avortements présentaient un risque plus élevé de tentatives de suicide non mortelles que les femmes qui n’ont pas eu d’avortement », conclut-il. « Cependant, comme le risque accru était le même l’année précédant et l’année suivant l’avortement, il n’est pas attribuable à l’avortement. Ainsi, les politiques basées sur l’idée que l’avortement augmente le risque de tentatives de suicide chez les femmes désinformées. »

Commentant l’étude sur The Daily Mail, Jenneke van Ditzhuijzen de l’Université d’Amsterdam a suggéré que les tentatives de suicide pourraient être attribuées non pas à l’avortement lui-même, mais à d’autres facteurs relatifs à une grossesse non désirée, comme la violence domestique ou la stabilité des relations. « Cela ne signifie pas qu’avoir un avortement indique que les femmes traversent une période difficile ou que les symptômes de problèmes mentaux sont attribuables à l’avortement, affirme-t-elle, mais plutôt que certaines femmes courent un risque élevé d’adversités multiples à un certain moment de leur vie, ce qui pourrait inclure une grossesse non désirée et un avortement. »

Michael New, professeur invité de l’Université catholique d’Amérique et chercheur de l’Institut Charlotte Lozier (CLI), informe LifeSiteNews que les conclusions de l’étude sont limitées par certaines lacunes méthodologiques et que l’étude elle-même est incompatible avec un ensemble de preuves provenant d’autres études.

Laissez un commentaire Lire la suite

Poursuite judiciaire : Une patiente de Planned Parenthood laissée seule tombe et se casse le cou

Par Cassy Fiano-Chesser (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Une femme de 26 ans poursuit Planned Parenthood pour avoir été laissée seule suite à l’insertion d’un dispositif intra-utérin (DIU), être tombée et s'être cassé [partiellement] le cou. Morgan Castro affirme qu’elle a été ignorée quand elle dit au personnel qu’elle se sentait étourdie, qu’ils ont été négligents dans ses soins et qu’elle a perdu connaissance après l’intervention.

Les détails du procès, obtenus par la Pro-Life Action League, rapporte les faits de l’incident présumé. Castro s’est rendue dans un centre de Planned Parenthood sur la rue LaSalle Drive à Chicago, en Illinois, pour se faire poser un DIU. « Après l’insertion du stérilet, Morgan s’est sentie étourdie », peut-on lire dans le compte-rendu du procès. « Morgan a informé le fournisseur de soins de santé de ces symptômes. Après avoir été informé des étourdissements de Morgan, le prestataire de soins de santé a quitté la chambre, laissant Morgan seule et sans surveillance. Morgan a perdu connaissance et est tombée de la table sur le sol. »

Les étourdissements et même les évanouissements ne sont pas rares après la pose d’un DIU, ce que le site internet de Planned Parenthood admet lui-même.

Après être tombée par terre, Morgan aurait été laissée là, allongée sur le plancher et inconsciente, jusqu’à ce que l’employé de Planned Parenthood revienne et la trouve dans l’état où elle était. Elle signala des douleurs à la tête et au cou et fut transportée en ambulance à l’hôpital Presence St. Joseph’s, où plusieurs fractures ont été découvertes dans sa colonne vertébrale. Ses blessures étaient suffisamment graves pour qu’elle dût ensuite être transférée dans un autre hôpital, où on lui a posé une orthèse cervicale de type Halo.

Alors que les DIU sont de plus en plus répandus, les femmes souffrent de plus en plus de leurs complications. Une femme intenta un procès après avoir souffert de complications potentiellement mortelles ; une autre femme dut subir des amputations et de multiples opérations après que son DIU eût transité dans son corps et provoqué une septicémie. D’autres femmes ont souffert d’autres effets secondaires terribles [...] Il arrive souvent qu’on ne les prévienne pas suffisamment des effets secondaires potentiels qu’elles risquent de subir, ce qui rend le consentement éclairé impossible. [Bien qu’utiliser un contraceptif ne soit pas un choix éclairé...]

L’établissement de Planned Parenthood où Morgan s’est rendue également notoire en soi ; il s’agit du même établissement où Tonya Reaves est morte des négligences de l’avortoir suite à un avortement. Avec Reaves, l’avorteur n’avait pas réussi à terminer l’avortement, avait perforé son utérus et avait peut-être sectionné son artère utérine. Cela a entraîné des saignements catastrophiques dont le personnel de Planned Parenthood ne s’est pas occupé pendant plus de cinq heures. En fait, ils n’ont jamais même appelé le 911 ; le temps que Reaves reçoive les soins médicaux appropriés à l’hôpital, il était trop tard. Elle décéda tragiquement.

Planned Parenthood prétend fournir « des soins, quoiqu’il arrive » (care, no matter what). C’est leur devise. Pourtant, le traitement qu’ils réservent aux femmes montre qu’ils s’en fichent.

Laissez un commentaire

Le nouveau président d’Argentine s’engage à légaliser l’avortement le plus tôt possible


Alberto Fernández, nouveau président d'Argentine.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Todo Noticias/YouTube/Wikimedia Commons

Le nouveau président d’Argentine est pressé de légaliser l’avortement dans son pays, selon LiveActionNews :

Le nouveau président Alberto Fernández, qui prendra ses fonctions le 10 décembre, s’est engagé à faire avancer un projet de loi visant à légaliser l’avortement, et cela comme l’un de ses premiers actes officiels.

Selon le Guardian, Fernández a déclaré dans une entrevue, accordée le 17 novembre à Pagina 12, qu’il avait l’intention d’aider la légalisation de l’avortement : « Je suis un activiste pour mettre fin à la criminalisation de l’avortement... Il va y avoir un projet de loi proposé par le président. » Quand on lui a demandé quand il soumettrait le projet de loi au Congrès, Fernández répondit : « Dès notre arrivée. »

Ce geste marquerait un revirement majeur depuis 2018, lorsque les pro-vie ont résisté à l’immense pression des militants de l’avortement et des groupes internationaux pro-avortement qui cherchaient à légaliser l’avortement. Bien qu’alors la mesure proposée pour dépénaliser l’avortement eût été adoptée par la chambre basse de l’Argentine, le Sénat argentin la rejeta par un vote de 38 contre 31.

Laissez un commentaire

Un prêtre catholique du Michigan refuse la communion à un juge homosexuel


La juge Sarah Smolenski.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Capture d'Écran sur Wood TV

Voilà un prêtre qui tient fermement à l’enseignement de l’Église catholique, le mettant en pratique. Extrait de LifeSiteNews :

Un prêtre catholique d’East Grand Rapids, au Michigan, aurait refusé la Sainte Communion à un juge de comté, parce que cette femme avait contracté un prétendu « mariage » avec une autre femme.

Selon un reportage sur le site Wood TV, le père Scott Nolan de l’Église catholique St. Stephen a récemment contacté par téléphone le juge Sara Smolenski pour l’informer qu’à cause de son « mariage » il ne pouvait recevoir la communion. Smolenski prétend : « Il a dit : “Parce que vous vous êtes mariée à Linda dans l’État du Michigan, vous ne pouvez pas accepter la [C]ommunion”, c’est ce qu’il a dit. »

Le juge Smolenski aurait été « marié » à une autre femme depuis 2016. Il prétend être membre de la paroisse depuis 62 ans et l’article indique qu’il a récemment fait un don de 7 000 $ aux fonds d’entretien de la paroisse. Selon l’article, certains membres de la paroisse soutiennent le P. Nolan, tandis que d’autres demandent son renvoi et cherchent à rencontrer l’évêque local.

« Smolenski, qui siège à la Cour depuis près de 30 ans, vient d’une famille d’éminents membres de la communauté, dont son père, qui était également juge à la cour du district, et son frère, un juge de la cour d’appel de l’État », indique l’article de Wood TV.

L’enseignement de l’Église Catholique :

L’Église catholique enseigne que [le but premier du] mariage est l’union à vie d’un homme et d’une femme en vue de la procréation et de l’éducation des enfants. L’Église enseigne que les actes sexuels homosexuels sont par nature de graves péchés.

En ce qui concerne l’administration de la Sainte Communion, le droit de l’Église catholique précise, dans le canon 915 du Code de droit canonique de 1973, que ceux qui « persistent avec obstination dans un péché grave et manifeste, ne seront pas admis à la sainte communion. »

Laissez un commentaire

Priorité du Parti libéral du Canada : plus d’euthanasies

Par Alex Schadenberg (Euthanasia Prevention Coalition) — Photo : Shutterstock

Le gouvernement libéral du Canada a annoncé que l’une de ses priorités sera d’accroître le nombre de décès par injection létale (euthanasie), aussi connue sous le nom d’Aide médicale à mourir au Canada.

La presse canadienne rapporte :

Avant même qu’il ne prête serment dans son nouveau Cabinet, on presse Justin Trudeau de demander à son nouveau ministre de la Justice d’agir prestement afin que la loi canadienne sur l’aide à mourir soit moins restrictive.

Le Premier ministre a déclaré qu’il se conformera à la décision judiciaire de septembre qui a déclaré inconstitutionnelle l’exigence selon laquelle seules les personnes proches de mourir peuvent avoir droit à l’aide médicale pour mettre fin à leurs souffrances.

Le mouvement de pression de l’euthanasie exige également que le gouvernement supprime l’exigence selon laquelle une personne doit être capable de consentir au moment de l’injection mortelle.

Tout cela a pour base le fait que le gouvernement libéral n’a pas interjeté appel de la décision d’un tribunal québécois qui a annulé l’article de la loi canadienne sur l’euthanasie qui exige que le décès naturel d’une personne soit raisonnablement prévisible.

Ce qui est particulièrement inquiétant, c’est le double discours du gouvernement libéral. Au printemps dernier, le gouvernement a annoncé qu’aucun changement ne serait apporté à la loi avant la fin de l’examen quinquennal, qui devait commencer en juin 2020. Quel est l’objectif d’un examen quinquennal si le gouvernement élimine les restrictions prévues par la loi avant l’examen ?

Les données récentes sur l’euthanasie au Québec indiquent qu’il y a eu 1331 décès par euthanasie entre le 1er avril 2018 et le 31 mars 2019. Les données indiquent également que 13 des décès ne répondaient pas aux critères de la loi, y compris trois décès par euthanasie pour fracture de la hanche.

En juillet dernier, Alan Nichols (62 ans), qui était en bonne santé physique et est pourtant mort par euthanasie à Chilliwack, en Colombie-Britannique. Juste après, la famille de Nichols tentait de comprendre comment l’euthanasie d’Alan avait pu être approuvée.

Le gouvernement ne devrait pas étendre l’euthanasie alors que la loi fait déjà l’objet d’abus.

[Sans compter l’immoralité de l’euthanasie.]

Laissez un commentaire