M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Une mère rejette l’avortement : « Pourquoi cette vie innocente devrait-elle être détruite parce que je ne me sens pas prête ? »


David Lauren et leur bébé.

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo :

Une tornade a frappé. Puis les confinements COVID-19 sont arrivés et son mari a perdu son emploi. Vivant à des milliers de kilomètres de sa famille, Lauren a déclaré que la nouvelle de sa grossesse pendant cette période tumultueuse a été ressentie comme un fardeau plutôt qu’une bénédiction.

Lors d’un entretien avec The 700 Club, cette mère du Tennessee a déclaré qu’elle et son mari, David, avaient failli avorter leur bébé à naître. Même s’ils étaient chrétiens et savaient que l’avortement était une erreur, la peur les a poussés à envisager de détruire la vie de leur fils.

Mais grâce à l’aide d’une conseillère d’un centre local de ressources pour la grossesse, le couple a choisi la vie. Aujourd’hui, Lauren dit que leur petit garçon est « une véritable bénédiction ».

Il y a environ trois ans, Lauren dit qu’elle a laissé la peur l’envahir lorsqu’elle a découvert qu’elle était enceinte.

« Sur le coup, je n’arrivais pas à penser autre chose que : ma vie est finie, ma vie est finie », s’est-elle souvenue.

Elle a fait le test de grossesse pendant un violent orage et, deux heures plus tard, elle a dû se cacher dans la baignoire, car une tornade traversait leur ville. La tornade a endommagé et détruit de nombreuses maisons de leur région, ce qui a renforcé les craintes de Lauren.

Peu de temps après, le coronavirus a frappé les États-Unis et son mari a perdu son emploi. Entre les dégâts causés par la tempête, leur perte de revenus et leur maison éloignée de leur famille, Lauren a déclaré que David et elle avaient décidé qu’il n’y avait aucun moyen de garder leur bébé.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Mais au fond d’elle-même, elle savait que c’était la mauvaise chose à faire. Lauren a raconté au The 700 Club qu’elle évitait ses amis chrétiens et ne parlait pas [de sa grossesse] à sa mère, car elle avait peur qu’ils la jugent. Elle se souvient s’être sentie coupable rien qu’en pensant à l’avortement.

Ayant toujours l’intention d’aller jusqu’au bout, Lauren dit qu’elle avait décidé de trouver quelqu’un — un étranger — pour la conseiller par la suite. C’est alors qu’elle a décidé de contacter le centre local de ressources pour la grossesse.

« Je savais que cette décision (d’avorter) allait m’anéantir sur le plan émotionnel et que j’avais besoin de parler à quelqu’un qui ne me connaissait pas et qui pourrait simplement être là et traverser ce processus avec moi », a-t-elle déclaré.

Cette personne était Rachel, une conseillère pro-vie qui a passé plus d’une heure à parler avec Lauren de ses craintes et à l’encourager à repenser sa décision. Lauren a déclaré que Rachel l’a aidée à réaliser que ce qu’elle s’apprêtait à faire était un péché et qu’en fait elle le savait.

« Au fond de moi, je savais que l’avortement était mal. Je le savais... Je devais vraiment me demander s’il en était bien ainsi », a-t-elle déclaré. « Pourquoi détruire cette vie innocente parce que je ne me sens pas prête ? Est-ce une raison suffisante pour avorter ? »

Grâce à Rachel, Lauren dit qu’elle et David ont choisi la vie pour leur fils.

Aujourd’hui, Lauren dit qu’ils sont très reconnaissants pour leur petit garçon, et ils peuvent voir qu’il a été en quelque sorte l’instrument dont Dieu s’est servi pour transformer leur vie et la rendre meilleure.

« Notre fils a tout simplement changé et adouci nos cœurs », dit-elle.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.