M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un législateur proavortement veut imposer la vasectomie après trois enfants

Par Micaiah Bilger - Traduit par Campagne Québec-Vie - Photo : LifeNews

4 octobre 2021 Harrisburg, Pennsylvanie (LifeNews) - Un législateur proavortement de l’État de Pennsylvanie a récemment proposé un projet de loi absurde sur la vasectomie forcée qui établit une fausse comparaison entre la procédure de stérilisation et l’acte de tuer un enfant humain unique et vivant par avortement.

Selon The Epoch Times, le représentant de l’État Christopher Rabb, député démocrate de Philadelphie, a annoncé dans un mémo officiel au début du mois son intention de présenter ce projet de loi. La législation obligerait tous les hommes, ou « inséminateurs », « à subir une vasectomie dans les six semaines suivant la naissance de leur troisième enfant ou leur 40e anniversaire, selon la première éventualité ».

M. Rabb n’a pas caché que son projet de loi est une « parodie » de la loi texane sur le battement de cœur, qui sauve chaque jour jusqu’à 100 bébés de la violence de l’avortement.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Se moquant du mécanisme d’application privé de la loi texane, son projet de loi permettrait aux femmes  « d’intenter une action civile pour des grossesses non désirées contre les inséminateurs qui conçoivent injustement un enfant avec elles » et créerait une récompense de 10 000 dollars « pour signaler aux autorités compétentes les fraudeurs qui ne se sont pas conformés à cette loi dans le délai imparti », selon l’article.

The Epoch Times a souligné que la note de M. Rabb était pleine de « double sens sexuel » et qu’il a refusé de commenter son choix de langage.

« Mon mémo public résume un projet de loi parodique que je vais présenter afin de sensibiliser le public à la manière dont le gouvernement porte injustement atteinte à la liberté personnelle des femmes et à leur autonomie corporelle », a déclaré M. Rabb au média.

Il a également déploré la rareté d’un « dialogue constructif » sur cette question.

Mais Mike Straub, un porte-parole du président républicain de la Chambre des représentants, Bryan Cutler, a montré au média que le projet de loi de Rabb montre l’intention contraire.

« Le député Rabb ne souhaite pas essayer de travailler “ensemble”, avec nous, pour résoudre les problèmes auxquels le gouvernement est confronté », a indiqué Straub.

Les républicains contrôlent l’Assemblée législative de Pennsylvanie, et M. Straub a affirmé que le projet de loi de M. Rabb n’avait aucune chance de passer.

Ce projet de loi est un coup de publicité en faveur de l’avortement, mais il révèle clairement le refus des partisans de l’avortement de reconnaître les différences scientifiques fondamentales entre l’avortement et tous les autres « droits reproductifs » et questions de santé. La régulation des naissances et la stérilisation empêchent [en principe] la conception d’une vie humaine, et les soins de santé soignent les problèmes du corps et soulagent la douleur. Les avortements ne font rien de tout cela; leur but est de tuer, rien de plus.

Le but d’un avortement est de tuer directement, intentionnellement, un enfant dans l’utérus. Scientifiquement, il est bien admis que la vie d’un être humain unique, doté de son propre ADN, commence au moment de la conception; le sexe du bébé, la couleur de ses yeux et de ses cheveux et d’autres caractéristiques sont déjà déterminés. Son ADN ne ressemble à celui d’aucun autre être humain qui ait jamais existé ou qui n’existera jamais.

Les avortements ne sont pas des soins de santé, et pourtant, depuis 1973, près de 63 millions de bébés à naître ont été tués lors d’avortements.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire