M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Planned Parenthood l’a poussée à avorter, mais elle a choisi la vie

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : lightfield studios/Adobe Stock

Dans une tribune récente publiée dans Newsweek, Jessica Riojas, une Californienne, a raconté une histoire beaucoup trop courante : s’étant retrouvée enceinte de façon inattendue pendant ses études, elle a consulté un centre de Planned Parenthood (PP) pour discuter des options qui s’offraient à elle. Mais au lieu de lui donner des conseils, les responsables du centre lui ont dit que sa seule « option » était l’avortement.

Riojas explique :

... J’ai découvert que j’étais enceinte. Comme la plupart des autres étudiantes dans ma situation, je me suis sentie seule, effrayée, incertaine de mon avenir et incroyablement mal préparée. Je me suis rendue au centre local de Planned Parenthood, où un conseiller a essayé de me convaincre que j’étais irresponsable, que je n’étais pas prête à être mère et que l’avortement était ma seule option.

Heureusement, quelque chose en elle lui disait que l’avortement n’était pas vraiment le seul choix qu’elle avait. Riojas a expliqué que, bien que ne se considérant ni pro-vie ni pro-choix à l’époque, elle avait pris dans un stand d’information de Students for Life l’image en relief d’un enfant à naître à 12 semaines de grossesse. Cette figurine lui plaisait et elle la gardait dans sa voiture. Après avoir parlé avec les conseillers de PP, elle a de nouveau contemplé la représentation grandeur nature d’un enfant à naître et elle a su qu’elle garderait son enfant.

Mme Riojas affirme qu’elle était la cible parfaite pour l’industrie de l’avortement : elle n’avait pas beaucoup d’argent et elle espérait terminer ses études. Les défenseurs de l’avortement affirment que les femmes dans cette situation sont incapables d’élever un enfant, mais Mme Riojas était mieux placée pour le savoir et elle leur a prouvé le contraire. Elle a déclaré qu’au cours du semestre où elle a donné naissance à sa fille, elle a obtenu une moyenne de 4,0 GPA. Elle a terminé son diplôme de premier cycle à l’université et a enchaîné avec une maîtrise en orthophonie. Elle travaille maintenant à plein temps comme orthophoniste, tout en étant mère.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Le mouvement en faveur de l’avortement ne veut pas que vous connaissiez des histoires comme la mienne », a déclaré Mme Riojas.

Malheureusement, l’expérience de Mme Riojas avec Planned Parenthood est courante, et beaucoup de femmes ne s’en tirent pas aussi bien qu’elle. Si Mme Riojas a compris que PP lui vendait un mensonge, de nombreuses femmes sont amenées à croire qu’elles n’ont pas d’autre choix. Live Action News a déjà rapporté combien les organismes de planification familiale mentent aux femmes et les poussent à avorter. Certaines de ces histoires incluent le témoignage d’anciennes employées ayant subi un avortement.

Planned Parenthood a une incitation financière claire à pousser l’avortement ─ son rapport annuel 2018-2019 a révélé que le géant de l’avortement a tiré 110 millions de dollars de revenus excédentaires pour l’année. L’avortement est de loin le plus grand moteur de ces bénéfices. D’anciens travailleurs de PP ont admis qu’ils recevaient des quotas d’avortement à respecter chaque mois.

Mme Riojas reconnaît que de nombreuses femmes sont poussées à avorter parce qu’elles se trouvent dans des situations impossibles. Mais elle voulait partager son histoire pour que d’autres puissent voir qu’il y a de l’espoir. « L’avortement n’était pas ce dont j’avais besoin », a-t-elle déclaré. « Ce dont j’avais besoin, c’était de vraies informations sur la grossesse et le développement du fœtus, la vérité sur ce que je pouvais faire en tant qu’étudiante enceinte et des gens pour m’offrir un soutien moral et pratique. Le centre d’avortement ne m’a rien dit ─ et ne m’aurait jamais rien dit ─ de tout cela. Mais tout cela était disponible, et l’est encore pour les femmes aujourd’hui ».

Il existe des centres de ressources pour la grossesse dans tout le pays, et ils offrent le soutien et les services dont les femmes et les familles ont besoin pour choisir la vie. Alors que Planned Parenthood vend le mensonge que l’avortement est le seul choix, les centres de grossesse fournissent les ressources nécessaires pour aider les familles dans le besoin.

« N’écoutez pas les entreprises comme Jackson [Jackson Women's Health Organization, Mississippi] [ou PP], qui manipulent des femmes vulnérables afin de vendre leur “meilleur” ─ voire leur seul et unique ─ produit. Les femmes n’ont pas besoin d’avorter pour réussir », a déclaré Mme Riojas.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire