M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Les centres d’aide aux femmes enceintes, un élément important de la communauté


Carol Butler devant l'Haldimand Pregnancy Care and Family Centre à Dunnville en Ontario.

Par Angelica Vecchiato (The Interim) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Le Haldimand Pregnancy Care and Family Centre, situé à Dunnville, en Ontario, au sud d’Hamilton, aide les femmes à répondre à leurs besoins pendant la grossesse et la maternité depuis 18 ans.

L’établissement de 22 000 pieds carrés, un ancien bâtiment scolaire reconverti en centre de soins aux femmes enceintes, n’a pas toujours été situé sur la rue Adler Ouest. Carol Butler, directrice de l’établissement Haldimand, avoue que celui-ci a des origines modestes.

« Lorsque j’ai commencé, je n’avais même pas de téléphone. Nous avons commencé dans une petite pièce d’à peine 371 pieds carrés. Cependant, par la grâce de Dieu, nous sommes arrivés ici, à l’école, il y a huit ans », a déclaré Butler, originaire de Sterling, en Écosse.

Le centre propose de nombreux programmes, allant des cours d’éducation parentale aux programmes pour les mamans, en passant par la guérison après un avortement ou une fausse-couche. Une formation est offerte pour les pères ainsi que des conseils pour les hommes post-avortement. Le centre de Dunnville a également un emplacement satellite à Caledonia, qui offre des services similaires.

L’établissement fonctionne avec 10 employés rémunérés et environ 15 à 20 bénévoles avec un budget d’environ 400 000 $, qui couvre les salaires des employés, le loyer et les dépenses de programmation. Le Haldimand Centre n’est pas financé par le gouvernement. L’argent du budget provient de collectes de fonds et de dons.

En moyenne, Mme Butler estime qu’une cinquantaine de personnes visitent l’établissement chaque semaine, non seulement pour les programmes offerts, mais aussi pour les ressources matérielles, comme le lait maternisé, les couches et les vêtements pour bébé, facilement accessibles aux mères ou aux pères dans le besoin.

Selon Mme Butler, les femmes qui ont recours à l’avortement le font pour diverses raisons, dont la pression du conjoint, des difficultés financières et des relations familiales brisées. Ces femmes viennent souvent au centre, en quête d’informations et de conseils dans des situations difficiles.

Quels que soient les antécédents, la situation ou les besoins d’une femme, le message du centre est fondé sur l’amour et l’attention. « Nous sommes là pour aimer et aider la mère. Savoir que vous n’êtes pas seule est l’une des choses les plus importantes », a déclaré Mme Butler. « Pour les femmes favorables à l’avortement, nous leur demandons : “Pourquoi pensent-elles que l’avortement est une bonne chose ?” Nous les encourageons à s’arrêter et à réfléchir au choix qu’elles vont faire. Ont-elles assez d’informations pour prendre une décision en toute connaissance de cause ? »

Dans l’établissement, les femmes sont invitées à s’asseoir, à prendre le thé et à discuter de leurs problèmes dans un environnement sans jugement. L’accent est mis sur l’idée qu’il n’est pas nécessaire de se précipiter pour prendre une décision concernant leur grossesse. Le soutien émotionnel et matériel est abondant à la clinique.

Mme Butler, qui a également suivi une formation de doula, pense que son travail au centre Haldimand est voulu de Dieu. « Dieu m’a appelée à ce ministère pour prendre soin des gens de notre communauté ».



Laissez un commentaire