M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Le complexe développement de l’enfant à naître

Par Brian Clowes (Human Life International) ― Traduit par Campagne Québec-Vie

Il existe deux façons de discuter de la chronologie des étapes du développement fœtal : l’âge menstruel et l’âge gestationnel. Ces termes peuvent être quelque peu déroutants car ils sont basés sur des points de départ différents. L’âge gestationnel, qui commence à la fécondation, est un cadre temporel basé sur le point de vue de l’enfant à naître. La chronologie de l’âge menstruel commence deux semaines plus tôt, à la dernière période menstruelle, et est figurée du point de vue de la mère. Le cadre le plus souvent utilisé dans les discussions sur le développement de l’enfant à naître est l’âge menstruel.

Ainsi, la fécondation a lieu à deux semaines d’âge menstruel [ou d’aménorrhée*] et l’implantation environ une semaine plus tard. Au stade de la fécondation donc, les instructions génétiques de la mère et du père se combinent pour former un zygote, à peine visible à l’œil nu. [1] Cette cellule unique contient plus d’informations que cinquante ensembles des 33 volumes de l’Encyclopedia Britannica.

En ce premier jour de vie, les quatre premières divisions cellulaires ont lieu pendant que le zygote descend des trompes de Fallope vers l’utérus, tout en étant nourri et protégé par le corps de la mère.

Cinq à neuf jours plus tard, ce zygote s’implante dans l’utérus [d’où il tirera sa subsistance*]. À compter de l’implantation et jusqu’environ huit semaines, il est désigné sous le nom d’embryon.

Environ deux semaines après la fécondation (environ quatre semaines d’aménorrhée) survient l’arrêt des menstruations, causé par les hormones émises par l’enfant à naître. C’est à cet âge que la première cellule cérébrale complète de l’enfant apparaît.

À trois semaines, le cœur du bébé est à un stade de formation avancé. Ses yeux commencent à se former. Son cerveau, sa colonne vertébrale, et son système nerveux sont pratiquement complets.

À un peu plus de trois semaines (24 jours), son cœur commence à battre.

À quatre semaines, sa taille a été multipliée par dix mille ; il mesure maintenant entre six et sept millimètres (environ ¼ de pouce). Ses muscles se développent. Des bourgeons de bras et de jambes sont visibles. Le sang du bébé est maintenant séparé de celui de sa mère, et coule dans ses veines. Les premières cellules du néocortex apparaissent — précisons que le néocortex est le siège de la pensée et des raisonnements complexes, caractéristique unique qu’aucun autre mammifère ne possède.

L'article continue ci-dessous...

La dernière superstition : un livre coup de foudre qui réfute l'athéisme

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

À cinq semaines, l’hypophyse [glande cérébrale produisant des hormones régulatrices du corps*], la bouche, les oreilles, et le nez prennent forme.

À six semaines, le cœur du bébé produit d’ores et déjà une énergie considérable, 20 % de celle d’un adulte. Son squelette cartilagineux est complètement formé et l’ossification (formation des os) commence. Le cordon ombilical s’est développé. Son cerveau coordonne le mouvement volontaire des muscles et le mouvement involontaire des organes. Des réactions réflexes sont présentes.

Vers les 43 jours, il produit des ondes cérébrales et celles-ci peuvent être enregistrées.

À 45 jours, il commence à faire des mouvements corporels spontanés et volontaires, et des bourgeons de dents de lait sont présents. Peu de temps après, tout juste à sept semaines, ses lèvres sont sensibles au toucher et ses oreilles ressemblent à celles de sa famille. Les premiers neurones apparaissent sur le dessus de sa moelle épinière, commençant la construction du tronc cérébral, lequel régule les fonctions vitales telles que la respiration, le rythme cardiaque, et la pression sanguine.

À huit semaines (deux mois), le bébé en gestation est bien proportionné ; il mesure environ 3,8 cm (1½ pouce) de long et pèse 9,4 g (1/30 d’once). Poumons exceptés, tous les autres organes sont présents, complets, et fonctionnels. Son cœur bat très fort. Son estomac produit des sucs digestifs, son foie fabrique des cellules sanguines, et ses reins fonctionnent. Ses papilles gustatives se forment et ses empreintes digitales uniques sont en train de se former. Ses paupières et la paume de ses mains sont sensibles au toucher. Sur les quarante-cinq générations de réplication cellulaire qui auront lieu jusqu’à l’âge adulte, les deux tiers (soit trente) ont déjà eu lieu. Il est maintenant constitué d’environ un milliard de cellules, contenant plus d’informations dans ses gènes que chaque mot échangé par chaque être humain depuis le début de l’espèce humaine [2].

À neuf semaines, l’enfant à naître est capable de plier ses doigts autour d’un objet placé dans sa paume. Ses ongles se forment et il suce son pouce.

À dix semaines, toutes les parties de son corps sont sensibles au toucher. Il avale, louche, et fronce les sourcils.

À onze semaines, il est capable de réaliser toutes les expressions du visage, en particulier de sourire. Il inspire constamment du liquide amniotique et continuera à le faire jusqu’à sa naissance. Il a des ongles de doigts et d’orteils. Ses papilles gustatives fonctionnent — ainsi, il boirait plus de liquide amniotique si celui-ci était sucré artificiellement, et moins s’il lui était donné un goût amer.

À la fin du troisième trimestre (douze semaines – moment où la plupart des avortements sont pratiqués), le bébé fait preuve d’une vigoureuse activité montrant une personnalité distincte. Les habitudes de sommeil diffèrent d’un bébé à l’autre. Certains bébés hoquettent constamment. D’autres pleurent. Le bébé peut donner des coups de pied ; il lui arrive de se retourner, de recroqueviller ou d’écarter ses orteils, de serrer le poing, d’ouvrir et de fermer la bouche, et de s’entraîner à respirer.

À treize semaines, ses expressions faciales ressemblent à celles de ses parents. Ses mouvements sont vigoureux et gracieux. Ses cordes vocales et ses organes sexuels externes sont présents, et le sexe du bébé peut être déterminé. Le bébé peut maintenant entendre très clairement.

À quatre mois, la maman peut sentir les premiers mouvements du bébé à naître : celui-ci peut saisir avec ses mains, nager, voire effectuer des culbutes. Il a maintenant des cils. On peut observer des mouvements oculaires rapides, indiquant qu’il est en train de rêver. Une forte lumière dirigée sur l’abdomen de la mère fera que le bébé bougera lentement les bras pour couvrir ses yeux. Une musique très forte l’incitera à se couvrir les oreilles.

À cinq mois (20 semaines), le bébé a ses propres habitudes de sommeil. Un bruit fort, comme une porte qui claque, peut le faire sursauter. Son audition possède une gamme de fréquences plus large que celle d’un adulte, tant dans les hautes que dans les basses. Il peut être amené à dormir par une musique douce.

À six mois, la plupart des bébés peuvent vivre hors de l’utérus si des soins appropriés leur sont prodigués. Des cheveux fins poussent sur sa tête et ses sourcils également, il a maintenant des cils. Il pèse environ 624 grammes (22 onces) et mesure à peu près 15 centimètres (9 pouces).

À sept mois, son poids dépasse le kilogramme (2,2 livres). Ses dents sont présentes. Ses mains sont en mesure de supporter tout son poids à ce moment-là. Il reconnaît la voix de sa mère. Sur les quarante-cinq générations de réplication cellulaire qui surviendront d’ici la maturité, trente-huit ont déjà eu lieu. Il a maintenant environ trois cents milliards de cellules.

À un mois de la naissance, son poids est d’environ deux kilos (4,4 livres). S’il naît maintenant, il a plus de quatre-vingt-dix pour cent de chances de survivre et d’être en parfaite santé.

Au cours des six dernières semaines de gestation, le bébé prend environ une once (environ 28 g) de poids par jour. Les hormones libérées par l’enfant enclenchent le travail de la mère. Le bébé le plus léger jamais né pour survivre en bonne santé pesait à peine 9,2 oz. Sur les 45 générations de réplication cellulaire qui auront lieu jusqu’à l’âge adulte, 41 ont déjà eu lieu au moment de la naissance. Le bébé compte maintenant environ deux billions (2 000 000 000 000) de cellules. Les quatre autres générations de réplication cellulaire occuperont toute l’enfance et le jeune âge adulte de la personne. Cela signifie qu’en termes de développement, nous passons plus de 90 % de notre vie in utero.

Le développement du fœtus et la cause pro-vie

Chacun devrait connaître sa propre histoire prénatale, non seulement parce qu'elle est si fascinante, mais aussi parce que nous pourrions un jour sauver nous-mêmes un enfant à naître grâce à ce récit du développement du fœtus. Les meilleurs outils pro-vie ne sont pas les photographies de bébés avortés tardivement, bien qu'il s'agisse en effet d'images très puissantes. Les images les plus convaincantes sont les magnifiques et nettes échographies en couleur de bébés à naître flottant paisiblement dans le ventre de leur mère, illustrant le développement du fœtus.

Les partisans de l'avortement le savent pertinemment. Lorsque les pro-vie installent des affiches ou des pancartes, représentant des enfants à naître vivants, dans un lieu public, les partisans de l'avortement s'y opposent souvent bruyamment et vont même jusqu'à vandaliser les présentoirs. [3] De plus, dans les rares cas où les partisans de l’avortement débattent avec les pro-vie, ils font de leur mieux pour censurer ces images d’ultrasons. Par exemple, l’avorteur de troisième trimestre Warren Hern écrivait en 1984 : « Nous répondons à toutes les demandes des écoles pour des présentations éducatives concernant l’avortement. Cependant, si les organisateurs veulent que les deux parties soient présentées, les présentations doivent être faites à des occasions différentes. Nous insistons pour que les deux parties ne présentent aucun support visuel ». [4]

En ce qui concerne l’échographie, Sarah Ackley, partisane de l’avortement, déclarait : « Le mouvement antiavortement peut, avec peu d’efforts, employer de telles images comme preuves de la personnalité du fœtus. Sans disposer jusqu’à présent d’un ensemble d’images d’une puissance comparable, le mouvement pour le droit à l’avortement restera probablement sur la défensive en ce qui concerne les questions relatives à la personnalité du fœtus ».

Les enfants à naître peuvent être les messagers les plus éloquents du mouvement pro-vie — mais uniquement si nous sommes leur voix. Cela signifie que nous devrions tous être très familiers avec le processus étonnant du développement du fœtus.


Notes

  1. Toutes les informations sur le développement du fœtus sont tirées du Taber’s Cyclopedic Medical Dictionary.
  2. La quantité totale d’informations communiquées depuis la création d’Adam et Ève a été contenue dans environ 12 milliards de livres de 180 pages et 55 000 mots chacun ; environ 500 milliards d’exemplaires de journaux, magazines, périodiques et bulletins d’information de toutes sortes, de 45 pages et 25 000 mots chacun en moyenne ; et environ 100 milliards de personnes ayant parlé en moyenne 7 500 mots par jour pendant une durée de vie moyenne de 45 ans. Cela représente un total de 12 331 910 000 000 000 000 de mots de communication transmis sous toutes les formes depuis le début de la vie humaine sur Terre (à quelques billions près).
  3. Il y a eu des dizaines d’incidents de vandalisme pro-avortement de pancartes et d’affiches pro-vie, y compris ceux montrant des enfants à naître en bonne santé. Pour obtenir de la documentation sur des milliers d’incidents de violence extrême pro-avortement, allant du meurtre de masse à des avortements bâclés mortels, consultez le site internet sur la violence liée à l’avortement à l’adresse http://www.abortionviolence.org. Note : ce site est actuellement en panne.
  4. Warren Hern, M.D. Abortion Practice [New York City : B. Lippincott Company], 1984, page 323.



Laissez un commentaire