M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

L’Italie autorise le suicide assisté d’un homme handicapé

Par Bridget Sielicki (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : WaveBreakMediaMicro/Adobe Stock

Les autorités italiennes ont approuvé le suicide assisté d’un homme de 43 ans, identifié seulement comme Mario, qui est tétraplégique. Contrairement à de nombreux autres cas dans le monde où le suicide assisté n’est autorisé que pour les malades en phase terminale, Mario n’est pas atteint d’une maladie mortelle ; sa demande a été approuvée parce qu’il souffre beaucoup.

Selon Politico, Mario a été blessé de façon permanente dans un accident de la route il y a dix ans et il plaide depuis lors pour le droit à la mort. Il avait initialement prévu de se rendre en Suisse pour mettre fin à ses jours, mais il a préféré plaider pour la mort dans son pays d’origine, l’Italie.

Le comité gouvernemental qui a approuvé la demande de Mario est un comité d’éthique qui a conclu qu’il était sain d’esprit et qu’il souffrait énormément. Selon Reuters, le panel a décrété que Mario remplissait les conditions d’une décision de 2019 qui a déterminé qu’une personne doit être dans une souffrance chronique et intolérable afin d’être potentiellement admissible au suicide assisté.

« Je me sens plus léger, je me suis libéré de toutes les tensions que j’ai accumulées au fil des ans », a assuré Mario, selon le groupe de défense du droit à la mort Associazione Luca Coscioni.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Il est très regrettable que cela ait pris autant de temps, mais finalement, pour la première fois en Italie, un comité d’éthique a confirmé l’existence des conditions du suicide assisté pour une personne malade », a annoncé Filomena Gallo, l’avocate de Mario.

Le Père Massimo Angelelli, chef du bureau de la santé des évêques italiens, s’est exprimé après le jugement. « La vie est un bien reçu, qui doit être protégé et défendu, dans toutes ses conditions. Personne ne peut avoir pour mission d’apporter la mort à autrui. Notre conscience humaine nous interdit de le faire », a-t-il déclaré, selon le Catholic Herald UK.

Les partisans du suicide assisté et de l’euthanasie se défendent souvent en prétendant offrir une mort digne aux personnes en phase terminale, mais la présente décision est une approbation par l’État d’une mort qui n’est pas terminale. Il s’agit d’un dangereux précédent qui conduit rapidement sur une pente glissante, comme on l’a vu dans des pays tels que la Belgique, qui autorise l’euthanasie pour presque toutes les raisons, et les Pays-Bas, où un quart des décès sont provoqués d’une manière ou d’une autre.

La décision d’autoriser la mort de Mario en Italie intervient alors qu’un mouvement plus large s’efforce de légaliser le suicide assisté et l’euthanasie dans le pays. Une partie de ce plaidoyer a consisté en une campagne de pétition plus tôt cette année, qui a recueilli plus d’un million de signatures de soutien.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire