M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

L’avortement d’un enfant atteint d’anomalies fœtales a laissé à une femme du chagrin et des regrets

Par Lisa Bast (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : lightfield studios/Adobe Stock

L’auteur Jenny Foster et son (ex-)mari avaient une fille de deux ans et étaient aux anges lorsqu’ils ont appris qu’ils attendaient un fils. Mais leur bonheur a été de courte durée lorsqu’une échographie réalisée à 16 semaines a révélé plusieurs problèmes médicaux préoccupants : un gros kyste sur le rein du bébé, un trou dans son système ventriculaire, l’absence de septum auriculaire et une malformation cérébrale. Le radiologue néonatal a conseillé au couple d’avorter.

« La décision de prendre la vie du fils que je voulais tant m’a brisé l’âme », a déclaré Mme Foster à Live Action News lors d’une récente entrevue. « À l’époque, je ne marchais pas avec le Seigneur et mon mari était athée. Je ne savais pas quoi faire. »

Pressions pour avorter

La jeune maman a subi une amniocentèse pour déterminer si les malformations médicales avaient une composante génétique. Elle a appris par la suite que son fils n’avait pas de malformation cérébrale, mais les autres diagnostics médicaux ont été confirmés. « Il n’y avait aucune composante génétique dans les malformations de mon fils », a-t-elle déclaré. « Le conseiller génétique nous a dit que les malformations congénitales dont mon fils était atteint se produisent dans environ 25 % des cas. J’ai appris plus tard qu’environ 120 000 familles par an recevaient un mauvais diagnostic prénatal. »

Les médecins ont fait pression sur elle pour qu’elle mette fin à sa grossesse. Foster a raconté à Live Action News que son obstétricien l’a informée qu’il ne se sentirait pas à l’aise pour commettre l’avortement si elle attendait plus longtemps. « Apparemment, il pensait qu’il n’était pas assez compétent pour avorter un bébé à un stade avancé de la grossesse, alors il m’a demandé de faire l’opération immédiatement », a déclaré Foster.

Après avoir longuement réfléchi à sa décision et n’ayant pas d’autre choix, elle a décidé d’avorter.

« Lorsque j’ai senti mon fils bouger pour la première fois à 14 semaines, c’était un sentiment de joie », a-t-elle expliqué. « Jusqu’au moment où on m’a administré l’anesthésie, alors que j’étais allongée sur la table d’examen, je pouvais sentir le mouvement. C’était déchirant. »

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Une procédure bâclée

Après l’avortement, elle a commencé à avoir des infections rénales. Au bout de trois mois, elle a compris que quelque chose n’allait pas, mais n’a pas réalisé à l’époque que ces infections étaient le résultat de l’avortement. « Je me suis promenée pendant tout ce temps avec des parties du corps de mon fils encore en moi », a-t-elle déclaré.

Une dilatation et une évacuation (D&E) ont été nécessaires pour extraire les parties restantes du corps, ce qui lui a donné l’impression d’avoir perdu son fils une seconde fois. Le traumatisme de l’expérience a laissé une marque indélébile sur son esprit, et elle a finalement été diagnostiquée comme souffrant du Syndrome de stress post-traumatique.

« Pendant la dilatation et l’expulsion, le médecin a inséré une tige d’algue dans le col de mon utérus pour le dilater afin de pouvoir retirer les parties du corps. Mais cela m’a causé un traumatisme au col de l’utérus », a-t-elle expliqué. « Par la suite, j’ai connu une multitude de problèmes médicaux tels que des infections de la vessie et des reins, un kyste sur le col de l’utérus et un utérus irritable et j’ai dû subir d’autres interventions chirurgicales. » Elle a par la suite développé une fibromyalgie et un cancer de la thyroïde, ajoutant à ses difficultés.

Une nuit, incapable de dormir, elle se rendit dans le salon et remarqua la Bible familiale sur la table basse. Elle l’a prise et a feuilleté le Psaume 81.

« C’est à ce moment précis que j’ai consacré ma vie à Jésus », a déclaré Mme Foster à Live Action News. Mais sa foi s’est développée à petits pas alors qu’elle était aux prises avec le chagrin, la honte et le regret. Malheureusement, la perte de leur fils, parmi d’autres soucis, a eu des répercussions sur son mariage, et elle et son mari de l’époque ont divorcé six mois plus tard.

Trouver la guérison

« La pensée qui revenait sans cesse dans ma tête était la suivante : Je voulais ce bébé, je l’aimais, et pourtant j’ai consenti à mettre fin à sa vie », dit-elle. « Même si je savais que Dieu me pardonnait, il était difficile de me pardonner à moi-même pour la décision que j’avais prise et qui affectait tous les domaines de ma vie. C’était comme si l’auto-admonition m’aidait à expier mon péché. »

Bien qu’elle se soit finalement remariée, elle a gardé le secret de son avortement pendant près de 20 ans. Elle a remarqué que les responsables de son église étaient également silencieux sur le sujet de l’avortement. Une nuit de 2018, elle a senti le Seigneur parler à son esprit, lui disant qu’il était temps qu’elle raconte son histoire.

« Je voulais révéler tout ce que j’avais vécu », a-t-elle déclaré. « Je ne voulais pas édulcorer quoi que ce soit. C’est finalement une histoire de rédemption. »

Alors qu’elle effectuait des recherches pour son livre en 2019, Jenny Foster a été stupéfaite d’apprendre l’existence d’un hospice périnatal qui offre un soutien aux femmes ayant une grossesse à haut risque sans pression pour avorter. « Je pense que l’hospice périnatal donne aux familles comme la nôtre l’amour et les ressources nécessaires pour mener à terme des grossesses avec un diagnostic médical grave », a-t-elle déclaré. « Cette option ne nous a pas été présentée. J’aurais aimé que les hôpitaux et les prestataires de soins obstétriques adoptent de meilleures pratiques en 2000, car nous aurions eu un meilleur résultat. »

Ne plus être seule

Le besoin de faire face à ses démons a incité Foster à se rendre de Seattle, Washington, à Knoxville, Tennessee, à l’automne 2020 pour participer à la retraite « Deeper Still », qui adopte une approche chrétienne pour guérir des blessures de l’avortement. Elle est arrivée avec le manuscrit terminé de son livre, « Natty’s Pond », mais pendant son séjour, elle a été inspirée pour en écrire un chapitre supplémentaire.

« Il y avait tellement de couches que je devais travailler, mais Dieu est si fidèle », a-t-elle confié. « J’ai été honorée de rencontrer tant d’incroyables guerriers pro-vie, des conseillers de trottoir à ceux qui consacrent leur temps et leurs talents à aider les femmes à se remettre de l’angoisse de l’avortement. »

Au Monument national pour les enfants à naître de Chattanooga, dans le Tennessee, elle est arrivée au moment où la plaque commémorant son fils, qu’elle a appelé Nathan, allait être installée. Le personnel lui a gracieusement permis de monter la plaque à sa place -- un souvenir qu’elle chérit à jamais.

« On ne peut pas planifier ce genre de chose », dit-elle. « C’était Dieu à l’œuvre. J’aimerai toujours Nathan et il me manque tous les jours. Mais je suis reconnaissante de savoir que le Seigneur l’a reçu en un instant. »

« Natty’s Pond » a été publié le 11 novembre 2021, le jour de ce qui aurait été le 21e anniversaire de Nathan. Mme Foster continue de diffuser son message d’espoir aux femmes qui souffrent de la douleur de l’avortement.

« Les femmes doivent savoir qu’elles ne sont pas seules », dit-elle. « Il y a de fortes chances que quelqu’un qu’elles connaissent ait vécu des expériences similaires. Nous devons offrir de la compassion à celles qui en ont le plus besoin. »

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire