M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Elle a perdu quatre frères et sœurs à cause de l'avortement — aujourd'hui, elle est pro-vie

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : studentsforlife/Instagram

Lors de la Marche pour la Vie à Washington, le mois dernier, une femme a défilé en tenant une pancarte sur laquelle on pouvait lire : « Quatre de mes frères et sœurs ont été avortés. Choisissez la vie ». Elle s'est arrêtée pour raconter son histoire à Students for Life of America, et celle-ci a été partagée sur les comptes de médias sociaux du groupe pro-vie.

Élevée dans un milieu "pro-choix, pro-avortement", elle a expliqué qu'elle avait dû réfléchir à la question de l’avortement provoqué lorsqu'elle a appris que chacun de ses parents avait perdu deux enfants par avortement à des moments différents.

« Je marche pour mes quatre frères et sœurs », explique-t-elle, « parce qu'il n'y a pas de tombe. Il n'y a aucun endroit où déposer des fleurs. Ils n'ont pas de nom, pas de date de naissance, pas de date de décès. Ils n'ont donc pas eu de voix ».

Elle a déclaré qu'à l'adolescence, son père avait deux amies qui s'étaient fait avorter. Il lui en a parlé lorsqu'elle avait une vingtaine d'années et ils ont eu une conversation franche sur l'avortement. Elle a ajouté qu'il lui avait également parlé des deux avortements que sa propre mère avait subis. Le premier avortement a eu lieu avant sa conception et a été pratiqué parce que sa mère estimait à l'époque qu'elle « n'était pas prête » à avoir un enfant. Le second avortement a été pratiqué entre trois et six mois après que sa mère l'ait mise au monde.

L'article continue ci-dessous...

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

« Elle ne voulait pas vivre une deuxième grossesse ». « Elle n’y tenait pas ».

Ces histoires ont eu un impact profond sur les pensées de cette femme concernant l’avortement.

« Cela a vraiment changé mon point de vue », dit-elle, « parce que j’ai été élevée en faveur du choix, en faveur de l’avortement, et quand je suis sortie avec quelqu’un et que j’ai réfléchi aux arguments, je me suis dit : “Je ne pense pas que je puisse supporter cela plus longtemps. Je ne peux pas faire ça.” Parce que plus je pensais aux raisons qu’ils donnaient, vous savez, “C’est le choix de votre mère”, [plus je me disais] “Je ne veux pas passer par là”, “Je ne me sens pas comme ça”. Plus je réfléchissais à la raison pour laquelle on m’avait eue, plus je me disais que j’étais celle qui arrivait au moment le plus commode ».

Cette prise de conscience — que sa vie était essentiellement due au hasard — l’a fait devenir davantage pro-vie. Ses pensées et ses sentiments font écho à ceux d’autres personnes qui ont perdu des frères et sœurs à cause de l’avortement.

Comme la femme de la Marche, Penelope a réalisé, après avoir appris l’avortement de sa mère, qu’elle avait été épargnée par l’avortement parce qu’elle n’était pas « trop gênante ».

« Le fait de savoir que je n’étais pas assez gênante pour finir comme ma sœur, et le fait que ma mère ait ressenti le besoin de faire ce qu’elle a fait par vulnérabilité, pression et panique font que je me sens coupable d’avoir été épargnée et de ne pas avoir pu l’aider à choisir la vie à ce moment-là », a expliqué Penelope.

Une autre sœur survivante a expliqué la douleur qu’elle a ressentie après avoir appris l’avortement de sa mère. « Nous avons laissé tomber et j’ai oublié », ont-ils écrit. « Mais je n’avais pas vraiment oublié. Je n’y ai pas pensé consciemment pendant des années ». Elle ajoute que des années plus tard, « soudain, je me suis retrouvée à penser à mon petit frère ! J’ai été désorientée et j’ai perdu le contrôle de la voiture pendant un moment, alors que je fondais en larmes parce que je l’avais perdu. J’étais stupéfaite de ma réaction, mais je ne pouvais pas me débarrasser de la tristesse et de la nostalgie de l’avoir connu ».

Un autre survivant a expliqué : « Je n’ai pas oublié mes frères et sœurs et je ne les oublierai jamais. Ils me manquent, bien que je ne les aie jamais connus ».

Un autre a déclaré : « Je me suis rendu compte que si l’un d’entre eux était né, je n’aurais pas été “l’aîné”, mais l’avant-dernier. Plus j’y pensais, plus je ressentais une certaine crise d’identité ».

Le Dr Philip Ney, pédopsychiatre canadien qui a commencé à utiliser la psychothérapie pour les personnes blessées par les abus et l’avortement dans les années 1980, a découvert que les mères qui avaient avorté avaient du mal à tisser des liens avec leurs futurs enfants. Les enfants ayant grandi dans des familles ayant avorté présentaient un état similaire à celui des survivants des camps de concentration et des catastrophes naturelles. Il l’a appelé le syndrome des survivants de l’avortement. Le programme Hope Alive du Dr Ney aide les personnes qui souffrent de la perte d’un frère ou d’une sœur à la suite d’un avortement.



Laissez un commentaire

Ensemble, défendons la vie de la conception à la mort naturelle. Suivez ce lien pour en savoir plus.