M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

« Censure » : le gouvernement Trudeau critiqué par Poilievre au sujet du nouveau registre des baladodiffuseurs


Justin Trudeau.

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Shutterstock

2 octobre 2023, Ottawa, Ontario (LifeSiteNews) — En raison des nouveaux pouvoirs accordés par le projet de loi C-11, la Loi sur la diffusion continue en ligne, l’organisme de réglementation de la radiodiffusion du Canada a maintenant ordonné que certains services de diffusion en ligne et baladodiffuseurs « s’enregistrent » auprès du gouvernement d’ici le 28 novembre 2023, un ordre qui a été ridiculisé en ligne comme s'agissant d'une « censure » pure et simple par un certain nombre de personnalités éminentes.

Dans un communiqué de presse diffusé vendredi dernier, le Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) a annoncé ces nouvelles règles « afin de moderniser le cadre de la radiodiffusion au Canada et de veiller à ce que les services de diffusion en continu en ligne contribuent de manière significative au contenu canadien et autochtone ».

Tout service de diffusion en continu en ligne qui offre du contenu au Canada, y compris les baladodiffuseurs, est soumis aux nouvelles règles. Les règles stipulent que pour l’instant, seuls les services de diffusion en continu et les baladodiffuseurs qui gagnent plus de 10 millions de dollars ou plus en revenus annuels « doivent remplir un formulaire d’enregistrement au plus tard le 28 novembre 2023 ».

« L'enregistrement [qui] recueille des informations de base, n'est requis qu'une seule fois et peut être effectué en quelques étapes seulement », a déclaré le CRTC.

Le CRTC impose également de nouvelles « conditions » aux services de diffusion en ligne en continu et aux baladodiffuseurs, notamment l’obligation pour ces « services de rendre le contenu disponible d’une manière qui n’est pas liée à un service mobile ou Internet spécifique ».

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Bientôt, les services de diffusion en continu et les baladodiffuseurs seront également tenus de fournir ou de produire davantage de « contenu canadien et autochtone », selon des règles que le CRTC est en train d’élaborer. Le CRTC indique qu’il tiendra une audience publique de trois semaines à partir du 20 novembre pour décider des « contributions » que les radiodiffuseurs traditionnels et en ligne doivent apporter.

Pour l’instant, les règles excluent les services de jeux vidéo ou les livres audio, ainsi que les utilisateurs individuels des plateformes de médias sociaux.

Le chef de l’opposition canadienne, Pierre Poilievre, chef du Parti conservateur, a fustigé les nouvelles règles de « censure » dans un message publié sur les réseaux sociaux lundi.

« Nous avions prévenu que la loi de Justin Trudeau sur la censure en ligne allait censurer ce que les gens peuvent voir et dire en ligne », écrit M. Poilievre sur X (Twitter).

« Les libéraux l’ont nié. Maintenant, c’est exactement ce qu’ils font ».

M. Poilievre a déclaré que « les conservateurs abrogeront la censure de M. Trudeau et rétabliront la liberté d’expression en ligne pour tous » s’ils forment le gouvernement lors des prochaines élections.

En pratique, le projet de loi C-11 prévoit que le CRTC supervise la réglementation des contenus en ligne sur des plateformes telles que YouTube et Netflix, afin de s’assurer que ces plateformes promeuvent des contenus conformes à une série de lignes directrices.

Le projet de loi lui-même a fait l’objet d’immenses critiques en raison de ses implications sur la liberté d’expression, au point que même les géants de Big Tech, YouTube et Apple, qui ont tous deux l’habitude de mettre en place leurs propres formes de censure à l’égard des utilisateurs, avaient déjà demandé au Sénat de bloquer le projet de loi avant qu’il ne soit adopté en avril.

Selon Elon Musk, Trudeau tente d’« écraser » la liberté d’expression au Canada

La nouvelle des nouvelles exigences du CRTC en matière d’« inscription » s’est rapidement répandue et a suscité une vive réaction de la part du milliardaire Elon Musk, propriétaire de X, qui n’a pas tardé à fustiger Trudeau au sujet de la nouvelle réglementation.

« Trudeau essaie d’écraser la liberté d’expression au Canada », écrit Musk sur X.

« Honteux ».

À la fin de l’année dernière, Elon Musk, qui possède la nationalité canadienne, a déclaré que c’était la première fois qu’il « entendait » parler de l’imminence d’une réglementation canadienne sur la censure de l’internet, et il s’est depuis lors fait l’avocat de la liberté d’expression sur l’internet.

[...]



Laissez un commentaire