M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Été 2021

prière

2232.00 $ recueillis -- Objectif : $ 10 000 -- Il reste 2 semaines -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Merci de votre don en ces temps cruciaux pour nous. Avec votre aide, nous continuerons de faire la promotion de la foi, la famille et la vie, de la conception à la mort naturelle. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Un médecin canadien démis de ses fonctions après avoir dénoncé les effets secondaires du vaccin covid sur ses patients

Par Anthony Murdoch — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

Lytton, Colombie-Britannique, 26 mai 2021 (LifeSiteNews) — Un médecin de famille canadien affirme avoir été puni par son autorité sanitaire locale parce qu’il a fait part de ses inquiétudes concernant les effets secondaires qu’il a observés chez certaines personnes ayant reçu le vaccin Moderna contre le COVID-19 au sein de sa communauté.

« Je ne suis plus autorisé à travailler aux urgences », a déclaré le Dr Charles Hoffe, de Colombie-Britannique, selon un rapport de True North News.

Le Dr Hoffe a ajouté que sa suspension des services d’urgence est survenue à la fin du mois d’avril, après que l’autorité sanitaire locale ait « suspendu » ses privilèges cliniques « pour le crime d’avoir provoqué une “hésitation vaccinale”, pour avoir parlé de mes patients souffrant d’effets secondaires graves après un vaccin. »

Dans une lettre datée du 5 avril, Hoffe avait écrit à Bonnie Henry, responsable de la santé de la province de Colombie-Britannique, qu’il était « assez alarmé par le taux élevé d’effets secondaires graves de ce nouveau traitement », en référence aux injections de Moderna COVID-19 administrées à 900 personnes, pour la plupart indigènes, à Lytton, en Colombie-Britannique.

M. Hoffe a déclaré avoir observé le décès d’un patient, de « nombreuses » réactions allergiques, ainsi que trois personnes présentant des déficits neurologiques « invalidants » complétés par des douleurs chroniques, qui ont persisté « pendant plus de 10 semaines après leur premier vaccin ».

« En résumé, dans notre petite communauté de Lytton, en Colombie-Britannique, nous avons une personne décédée et trois personnes qui semblent devoir être handicapées de façon permanente, après avoir reçu leur première dose du vaccin Moderna. L’âge des personnes touchées varie de 38 à 82 ans », a écrit M. Hoffe.

1 réaction Lire la suite

La Chine a mené la politique de l’enfant unique durant des décennies, à présent les couples hésitent à avoir plus d’enfants

Par Mary Szoch et Arielle del Turco (LifeSiteNews) — Photo : PxHere

2 juin 2021 (Family Research Council) — Lundi dernier, dans le but d’inverser le taux de natalité en baisse rapide de la Chine, les autorités chinoises ont annoncé l’extension de la politique nationale des deux enfants à trois. La politique des trois enfants est la troisième itération de la politique chinoise de l’enfant unique, instituée en 1979, dans le but de ralentir la croissance démographique. La politique de l’enfant unique a été menée avec une brutalité effrénée et s’est avérée trop efficace.

Dans le cadre du mandat de l’enfant unique, les femmes chinoises étaient autorisées à avoir seulement un enfant. Les femmes enceintes d’un second bébé ont été forcées d’avorter et ont ensuite été stérilisées. Celles qui ont réussi à se cacher jusqu’à la naissance du deuxième enfant ont été condamnées à une amende, rétrogradées au travail et rejetées socialement. Les deuxièmes enfants des familles ont été exclus des coupons de rationnement, laissant les familles qui ont défié la politique en danger de famine. Dans certaines régions du pays, des responsables gouvernementaux ont séparé les seconds enfants de leurs familles peu de temps après leur naissance. Sans surprise, la politique a empêché 400 millions de naissances et a provoqué une baisse drastique de la population chinoise.

Aujourd’hui, les dirigeants chinois observent une population vieillissante et une jeune main-d’œuvre en diminution, résultat direct de la campagne visant à limiter les naissances. Prévoyant la catastrophe économique imminente et espérant grandement maintenir l’avantage démographique du pays, les décideurs espèrent redresser la barre avec le dernier assouplissement des restrictions à la naissance. Le gouvernement chinois pense qu’il peut changer de politique et que la réalité des tendances démographiques changera de la même façon du jour au lendemain. Cela sous-estime grossièrement les dommages causés par la politique de l’enfant unique au cours de plus de trois décennies.

1 réaction Lire la suite

Un saint pour le mois de juin, Charles Lwanga — tout autre chose que les fredaines LGBT


Saint Charles Lwanga.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (modifiée) : Wulman83/Wikimedia Commons

En ce mois de juin — que certains appellent bizarrement le mois de la « fierté », sous-entendant par-là toute sorte de pratiques énumérées dans le sigle LGBT (bien qu’il y en aurait davantage paraît-il…) — dédié au Sacré-Cœur de Jésus, il est bon de se rappeler les saints qui ont leur fête inscrite ce mois-ci, comme saint Jean-Baptiste, décapité pour avoir rappelé à Hérode qu’il ne pouvait pas prendre la femme de son frère…

Aujourd’hui, jeudi 3 juin, c’est la fête de saint Charles Lwanga et de ses compagnons martyrs.

Savez-vous pourquoi il a été exécuté ? Ayant refusé, ainsi que ses compagnons, de participer au vice contre nature du roi Mwanga, et s'étant ainsi attirer la colère de cet individu, il a refusé d’apostasier.

Des jeunes chrétiens déjà, qui étaient « pages » du roi avaient été victimes de sa vindicte, décapités ou percés d’un coup de lance, saint Joseph Mkasa, qui avait reproché au roi ses débauches, et saint Denis Sebuggwawo, qui avait instruit dans la foi un autre page. Après l’assassinat de ce dernier, le roi, qui détestait les chrétiens en partie pour le refus qu’il se faisait opposer, fit comparaître devant lui les autres pages chrétiens, selon EWTN :

Saint Charles Lwanga, qui avait succédé à Joseph Mkasa à la tête des « pages », baptisa secrètement quatre d’entre eux qui étaient des catéchumènes ; parmi eux, saint Kizito, un garçon de treize ans que Lwanga avait sauvé à plusieurs reprises des desseins du roi. Le lendemain matin, tous les pages furent rassemblés devant Mwanga, et les chrétiens reçurent le l’ordre de se séparer des autres : sous la conduite de Lwanga et de Kizito, l’aîné et le plus jeune, ils s’exécutèrent — quinze jeunes hommes, tous âgés de moins de vingt-cinq ans. Ils furent rejoints par deux autres personnes déjà arrêtées et par deux soldats. Mwanga leur demande s’ils avaient l’intention de rester chrétiens. « Jusqu’à la mort », répondirent-ils. « Alors mettez-les à mort ! »

Le lieu d’exécution désigné, Namugongo, était à trente-sept miles, et le convoi partit immédiatement. Trois des jeunes gens furent tués sur la route ; les autres subirent un emprisonnement cruel de sept jours à Namugongo pendant qu’on préparait un immense bûcher. Puis, le jour de l’Ascension, le 3 juin 1886, ils furent emmenés, dépouillés de leurs vêtements, ligotés et enveloppés dans des nattes de roseau. Les fagots vivants furent déposés sur le bûcher (un des garçons, saint Mbaga, fut d’abord tué d’un coup sur la nuque par ordre de son père qui était le bourreau en chef), et on y mit le feu.

Comme saint Charles Lwanga et ses compagnons martyrs, refusons de participer, ne fût-ce qu'en agitant un drapeau arc-en-ciel, aux débauches LGBT.

Saint Charles Lwanga et ses compagnons, priez pour nous qui sommes au milieu d’un monde pervers et décadent.

1 réaction

Une religieuse courageuse met en garde contre le vaccin covid, citant de nombreux décès et blessures graves


Mère Marilla.

Par Michael Haynes — Traduit par Campagne Québec-Vie

Londres, 2 juin 2021 (LifeSiteNews) — La fin de semaine dernière, à Londres, au Royaume-Uni, les manifestants contre le confinement ont été accueillis par des religieuses catholiques du couvent historique de Tyburn, dont l’une a révélé qu’on lui avait demandé de prier pour « 50 personnes qui sont mortes » à la suite de la réception des vaccins expérimentaux contre le COVID-19. La courageuse religieuse a par la suite accordé une puissante entrevue par courriel à LifeSiteNews, fournissant des détails choquants sur les incidents qui avaient été confiés aux prières du couvent, exhortant les gens à garder espoir et à renforcer leur vie de prière face à ce qui est finalement une « bataille entre le bien et le mal ».

À Londres, les manifestants de la marche Unite for Freedom [S’unir pour la liberté], qui protestaient contre les restrictions liées au coronavirus et les passeports vaccinaux, ont été accueillis par un groupe de religieuses en liesse alors qu’ils passaient devant Marble Arch.

L’une des sœurs, Mère Marilla, la mère générale s’est adressée aux manifestants, les encourageant alors qu’ils défilaient dans les rues de la capitale.

« Vous avez été créés à l’image et à la ressemblance de Dieu. Vous êtes nés libres », a-t-elle déclaré. « Ne les laissez pas vous priver de vos libertés. »

Elle a également mis en garde contre les injections expérimentales tant vantées contre le coronavirus. « Protégez les enfants, et ne les laissez en aucun cas avoir ce vaccin, il tue des gens », a-t-elle déclaré.

« Depuis janvier, on m’a demandé de prier pour 50 personnes qui sont mortes. Je suis religieuse depuis 28 ans, et pendant toute ma vie, on ne m’a jamais demandé de prier pour quelqu’un qui est mort, ou même, qui a été blessé par un vaccin. [En fait, cela est arrivé,] une seule fois, en 2015, pour une jeune fille, mais depuis janvier de cette année, 2021, 50 personnes pour lesquelles on nous a demandé de prier sont mortes à cause du vaccin. »

Son avertissement n’est pas sans données à l’appui. Aux États-Unis, les données montrent qu’« entre le 14 décembre 2020 et le 21 mai, un total de 262 521 événements indésirables ont été signalés au Vaccine Adverse Event Reporting System (VAERS), dont 4 406 décès — soit une augmentation de 205 par rapport à la semaine précédente — et 21 537 effets secondaires graves, soit une augmentation de 3 009 depuis la semaine dernière ».

1 réaction Lire la suite

Le Parlement européen veut suspendre les fonds européens aux pays membres restreignant le plus l’avortement

Par Olivier Bault (Présent) — Photo : Guillaume Périgois/Unsplash

Le 2 juin, lors de sa première session plénière en présentiel, à Strasbourg, depuis le début de la pandémie, le Parlement européen prévoyait de revenir à la discussion sur le mécanisme de conditionnalité qui permettra de suspendre de paiement de fonds européens en fonction du respect des principes de l’état de droit et des « valeurs européennes » (telles qu’énumérées, en termes très généraux, à l’article 2 du Traité sur l’UE).

Ce mécanisme, également appelé « mécanisme d’état de droit » par les médias, existe depuis le 1er janvier dernier, mais il n’a été utilisé contre aucun pays du fait que la Pologne et la Hongrie ont obtenu au sommet européen de décembre, en échange du retrait de leur veto sur le budget et le Plan de relance, un ajournement de l’application de la procédure tant que la Cour de Justice de l’UE ne se sera pas prononcée sur sa conformité aux traités européens. Or, en dépit de ce qui avait été convenu au sommet de décembre des chefs d’État et de gouvernement, le Parlement européen exige de la Commission européenne qu’elle se serve dès aujourd’hui de ce mécanisme « d’état de droit » pour suspendre les fonds à la Pologne et à la Hongrie.

Dans le même temps, les eurodéputés membres de la « Commission des droits des femmes et de l’égalité des genres » (sic) travaillent sur une résolution qui pourrait être utilisée comme arme contre certains pays indociles, en étendant les valeurs européennes aux questions sociétales qui relèvent pourtant de la compétence exclusive des États membres au regard des traités (qui devraient être respectés s’il s’agissait réellement de respecter l’état de droit).

Le 11 mai, ils ont adopté un « Rapport sur la situation concernant la santé et les droits génésiques et sexuels dans l’Union, dans le cadre de la santé des femmes ». Les « droits génésiques et sexuels » en novlangue bruxelloise désignent d’abord et avant tout un droit à la contraception et aussi à l’avortement « sûr et légal ». Les eurodéputés prétendent dans ce rapport destiné à servir de base à une future résolution que « la santé et les droits sexuels et génésiques reposent sur les droits de l’homme, constituent des éléments fondamentaux de la dignité humaine », et ils postulent un plein accès à des services d’avortement sûrs et légaux, aux moyens de contraception et à l’éducation sexuelle (dans sa version LGBTiste promue par l’OMS en Europe). Ils s’inquiètent en même temps de « la montée du discours extrémiste qui menace le respect des droits sexuels et génésiques tant à l’intérieur qu’à l’extérieur de l’Union ». Ils appellent les États membres « à contrer tous les efforts visant à utiliser la pandémie comme prétexte pour restreindre davantage la santé et les droits sexuels et génésiques ».

Première visée, la Pologne a été mentionnée à plusieurs reprises dans les discussions en commission et elle est au centre de l’attention de la majorité progressiste et eurofédéraliste, adepte de la culture de mort, au Parlement européen depuis le jugement du Tribunal constitutionnel polonais rendu en octobre 2020 qui a interdit les avortements eugéniques, visant le plus souvent les enfants touchés par la trisomie 21.

Et puisque le projet de résolution s’inquiète de « la montée du discours extrémiste », il mérite d’être signalé que la discussion sur le rapport « Mati » (du nom du rapporteur croate) a donné lieu à des discours particulièrement radicaux des partisans de l’avortement et a montré combien l’idée même du respect de l’état de droit est secondaire pour la majorité progressiste, quand il s’agit d’imposer leur idéologie mortifère et extrémiste, justement, à tous les pays membres. L’ECLJ a d’ailleurs très bien expliqué en mars en quoi ce projet de résolution empiète sur les compétences des états membres et est incompatible avec le respect du droit.

1 réaction

Canada : le projet de loi C-233 contre l’avortement sélectif selon le sexe a été rejeté en 2e lecture

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo (rognée) : IgorVetushko/Depositphotos

Le projet de loi C-233 de Mme Cathay Wagantall, visant à interdire l’avortement sélectif en fonction de l’enfant à naître au Canada, a été rejeté par 248 voix contre et 82 voix pour dans la Chambre des communes. 81 conservateurs et un indépendant (ancien conservateur expulsé de son parti par une direction progressiste), Derek Sloan, ont voté pour le projet de loi C-233, tandis que le reste du Parti conservateur et de la Chambre ont voté contre. Il est à noter que le propre chef de parti de Mme Wagantall, Erin O’Toole, a voté contre son projet de loi (pourquoi donc certains pro-vie l’ont-ils soutenu pendant la course à la chefferie ?). Pierre Poilièvre, député conservateur assez en vue, a aussi voté contre C-233.

Quelle profonde décadence ! Quelle profonde incohérence également, ils prétendent protéger les femmes et ils rejettent toute mesure qui pourrait les sauver avant la naissance…

1 réaction

Un enseignant suspendu pour avoir refusé de mentir à ses élèves en leur disant qu’un « garçon biologique peut être une fille »

Par Doug Mainwaring — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

Leesburg, Virginie, 1er juin 2020 (LifeSiteNews) — Un enseignant d’une école publique a été placé en congé administratif pour avoir osé informer le conseil scolaire du comté, lors d’une réunion publique, que ses politiques d’affirmation de genre nuisent aux enfants et constituent un abus d’enfant.

Lors d’une audience du conseil des écoles publiques (LCPS) du comté de Loudoun, en Virginie, mardi dernier, l’enseignant de l’école primaire Byron « Tanner » Cross a expliqué qu’il partageait la préoccupation du conseil pour les élèves qui luttent contre la dysphorie de genre, mais qu’il était fortement en désaccord avec les politiques et les méthodes prescrites par le LCPS.

« Je parle par amour pour ceux qui souffrent de dysphorie de genre », a déclaré Cross. « Dimanche dernier, l’émission “60 Minutes” a interviewé plus de trente jeunes qui ont effectué une transition, mais qui ont l’impression d’avoir été induits en erreur en raison de l’absence de réaction critique et de la facilité avec laquelle ils ont pu modifier leur corps en trois mois seulement. Ils sont maintenant en train “détransitionner”. »

« J’aime tous mes étudiants, mais je ne leur mentirai jamais, quelles qu’en soient les conséquences », a poursuivi Ross. « Je suis un enseignant, mais je sers Dieu en premier, et je n’affirmerai pas qu’un garçon biologique¹ peut être une fille et vice versa parce que c’est contre ma religion. C’est mentir à un enfant, c’est abuser d’un enfant, et c’est pécher contre notre Dieu. »

Deux jours après sa présentation, le conseil d’administration de la LCPS a envoyé à M. Cross une lettre indiquant qu’il était placé en congé administratif « dans l’attente d’une enquête sur l’allégation selon laquelle il a eu une conduite qui aurait perturbé le fonctionnement de l’école primaire de Leesburg ».

M. Cross n’a désormais plus accès aux bâtiments et terrains de la LCPS et il lui est interdit de participer aux activités scolaires et extrascolaires.

1 réaction Lire la suite

Le lierre et l’Arbre

Arbre-lierre-foret-bois-natureparasite-pikist.jpg

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) — Photo : Pikist

Les limites des libertaires

Depuis le début, une minorité s’oppose farouchement à la gestion de cette pandémie et au putsch planétaire qui l’accompagne. Trois catégories d’individus la composent : les experts, les libertaires et les traditionalistes.

Des milliers d’experts ; médecins, épidémiologistes, infirmières, chercheurs se sont levés avec beaucoup de courage, pour s’opposer aux aspects arbitraires et même dangereux des mesures sanitaires. Leur apport inspirant est une source inestimable d’information pour ceux qui cherchent à comprendre ce qui se passe derrière les narratifs de la propagande médiatique. Cependant, l’opposition des experts porte presqu’uniquement sur la dimension sanitaire de l’événement. Par ailleurs, l’opposition des deux autres groupes, les libertaires et les traditionalistes, vise surtout son caractère politique. Je traiterai ici des libertaires et, dans le prochain article, des traditionalistes.

Au début d’octobre 2020, j’ai participé à une manifestation anti masque à Rimouski. Je me suis alors retrouvé, moi, le straight, l’intégriste chrétien qui récite son chapelet, plongé au milieu d’une foule bigarrée d’écolos un peu rêveurs ; d’adeptes de cristaux, de complots bizarres et de forces cosmiques ; de « peace and love » ; d’anarchistes doux et, bizarrement, de partisans de Donald Trump. (En fait, je découvrais pour la première fois que je n’étais pas le seul Québécois à soutenir Trump. Telle est l’étendue du contrôle médiatique !)

Quel plaisir que cette manif ! Sous ce verni culturel, je côtoyais des gens plus sympas les uns que les autres, des originaux et des individualistes amants de la liberté. C’étaient aussi des gens plus courageux et plus sérieux dans leurs convictions qu’il n’y paraissait.

Comme tant de Québécois, ils masquaient leur véritable stature sous des apparences un peu trop délabrées. Si j’en avais hélé un en l’appelant « Sire », il se serait dérobé. « J’suis juste un gars ordinaire », aurait-il répondu. Pourtant, sous les T-shirts à logo, le joual et le kitsch nouvel âge, c’est bien ce que je voyais autour de moi : de vrais chevaliers livrant bataille pour sauver Dame Liberté.

1 réaction Lire la suite

La ville de Lubbock au Texas interdit l’avortement sur son territoire et devient « Sanctuaire pour les enfants à naître »

Par Micaiah Bilger (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : Freepik

La ville de Lubbock, au Texas, est de nouveau libérée des avortements depuis que ses habitants ont adopté en mai une ordonnance interdisant le meurtre des bébés à naître.

L’ordonnance « Sanctuaire pour les enfants à naître » est entrée en vigueur mardi et, selon les défenseurs de la vie, le Centre Planned Parenthood de Lubbock a donc cessé de pratiquer des avortements.

Pendant sept ans, aucun avortement n’avait été pratiqué à Lubbock, après la fermeture du dernier centre d’avortement en 2013. L’année dernière (2020), cependant, Planned Parenthood y a ouvert un nouvel établissement et a commencé à avorter des bébés à naître en avril. Ce changement a suscité une action rapide de la part des défenseurs de la vie dans la ville et, le 1er mai 2021, les résidents ont voté massivement en faveur d’une ordonnance interdisant les avortements dans les limites de la ville.

Cette ordonnance est maintenant appliquée. Mardi, Mark Lee Dickson, directeur de Right To Life of East Texas et fondateur de l’initiative Sanctuary Cities for the Unborn, a confirmé que Planned Parenthood se conforme à l’ordonnance.

« Planned Parenthood est bien avisée de cesser de pratiquer des avortements à Lubbock », a-t-il déclaré à LifeNews. « Nous sommes impatients de voir d’autres villes du Texas faire ce qui est nécessaire pour protéger leurs villes des avortements qui sont commis dans leur territoire. En ce moment, nous voyons beaucoup d’intérêt à Centerville, San Angelo et Tyler, et nous avons bon espoir de voir ces villes et d’autres interdire l’avortement à l’avenir. »

1 réaction Lire la suite

Floride : DeSantis signe une loi excluant les hommes des compétitions féminines

Par Calvin Freiburger — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : 10 Tampa Bay/YouTube

Tallahassee, 1er juin 2021 (LifeSiteNews) — La Floride est le dernier en date des États à réserver les sports féminins pour les femmes véritables, alors que le gouverneur républicain Ron DeSantis a signé une nouvelle loi qui exclura les hommes biologiques¹ qui revendiquent le statut de transgenre pour les compétitions avec le sexe opposé, dans les programmes sportifs spécifiques en fonction du sexe.

La loi sur l’équité dans les sports féminins avait été déclarée morte par ses opposants après avoir été mise de côté par les républicains du Sénat à quelques jours de la fin de la session législative. Mais les républicains ont relancé la mesure à la fin du mois d’avril en la rattachant à un projet de loi sur les écoles à charte.

« Les équipes sportives ou les sports désignés pour les femmes ou les filles ne peuvent être ouverts aux étudiants de sexe masculin », indique la nouvelle loi. « Aux fins du présent article, la déclaration du sexe biologique² d’un élève sur son certificat de naissance officiel est considérée comme ayant correctement indiqué le sexe biologique² de l’élève à la naissance si la déclaration a été déposée au moment de la naissance de l’élève ou à une date proche. » Les athlètes féminines concernées par les violations peuvent intenter une action en dommages et intérêts.

La loi sur l'équité dans les sports féminins permettra aux femmes et aux jeunes filles de Floride d'être en mesure de concourir sur un pied d'égalité. Cela permettra d'assurer des opportunités comme les bourses universitaires, qui seront réservées aux athlètes féminines pour les années à venir.

— Ron DeSantis (@GovRonDeSantis) 1er juin 2021

« En agissant pour défendre le sport féminin en Floride aujourd’hui, le gouverneur Ron DeSantis a solidifié sa réputation de conservateur intrépide qui fera face aux attaques de l’élite “éveillée” afin de faire ce qui est juste pour ses électeurs », a déclaré le président de l’American Principles Project, Terry Schilling, qui a rejoint DeSantis lors de la cérémonie de signature du projet de loi. « C’est exactement la qualité que les électeurs recherchent si désespérément dans leur leadership national. »

1 réaction Lire la suite