M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Oui à la vie, non à l'avortement : des réponses à vos questions

Ci-bas vous trouverez les affirmations les plus communes ou les situations souvent évoquées pour justifier l'avortement. Cliquez l'une d'entre elles pour en connaître la réponse en faveur de la vie et contre l'avortement :

1. C'est mon corps, mon choix.

2. C'est juste un amas de cellules.

3. La contraception n'est pas efficace à 100 %.

4. Et si la femme a été violée ?

5. Pourquoi mettre au monde un enfant si on a pas les moyens pour l'élever ?

6. L'avortement est une solution à la surpopulation.

7. Si la vie de la femme est en danger, l'avortement est justifié.

8. L'avortement est une procédure sécuritaire.

9. L'avortement ne concerne pas les hommes.

10. L'avortement illégal a causé la mort de beaucoup de femmes.

11. Pourquoi mettre au monde un enfant qui sera handicapé, triste, battu, déformé, malade?

12. Au lieu de s'acharner sur l'avortement, pourquoi ne pas s'occuper des enfants qui meurent de faim dans le monde ?



1. C’est mon corps, mon choix.

pas-ton-corps-pas-ton-choix.png

Il est vrai que les gens parlent de l’avortement comme le « choix d’une femme ». Le problème c’est que ce choix est en conflit direct avec le droit de vivre de l’enfant à naître. Une femme a peut-être le droit de faire ce qu’elle veut de son propre corps, mais certainement pas du corps de quelqu’un d’autre. Dès la conception, un nouvel être est créé, et cela est confirmé par la science [1] . Une récente enquête a révélé que 59 % des Canadiens aimerait que la vie humaine soit protégée avant la naissance. [2]  

2-corps.jpg

Voici un témoignage d'une femme qui, quand elle était tout petite, a survécu à une tentative d'avortement. De quel droit porter atteinte à sa vie ?

(Voir ici une version de qualité visuelle inférieure mais avec sous-titres en français.

mon-corps-pas-mon-choix-final.JPG

  (retour)
 

2. C’est juste un amas de cellules.

Les promoteurs de l’avortement veulent faire croire aux femmes que leur enfant n’est rien d’autre qu’un amas de cellules. En fait, des recherches scientifiques démontrent qu’avant le 25e jour, le cœur de l'enfant commence à battre. Au 30e jour, il a déjà son propre réseau sanguin, ses yeux, ses oreilles, et sa bouche. [3] À la sixième semaine, on perçoit de l’activité dans son cerveau. [4] Le bébé bouge et nage dans le ventre de sa mère à la septième semaine. À la huitième semaine, tous les organes sont déjà en place… le développement progresse, et à la onzième semaine, le bébé peut saisir des objets dans ses mains. Il approche la complétude au premier trimestre. Et tout alors qu’au Canada (en 2009), 41.2 % des avortements provoqués déclarés par les hôpitaux étaient faits entre les semaines 9 et 12 du développement de l’enfant. [6]

Une nouvelle vie humaine commence à la conception – ça, c’est la seule position raisonnable. En ce moment même, il y a des gens qui poussent pour que l’être humain soit défini d’un point de vue arbitraire. L’enfant devient un objet de nos désirs (ou de nos refus) à la place de le respecter dans sa propre dignité. En Australie, il y a deux travailleurs en éthique qui pensent que le meurtre des enfants nouveau-nés pourrait être justifié en certains cas [7] . Mais où allons-nous avec cela? La destruction totale de la protection de la vie? L’homicide légal des plus petits et des plus vulnérables?

Finalement, il est important de savoir que l’enfant à naître peut ressentir la douleur à partir de la 20eme semaine de grossesse (si ce n’est pas plus tôt). La recherche scientifique montre qu'à partir de 12 semaines, et certainement rendu à 20 semaines, l’enfant à naître a toute l’anatomie et la biologie nécessaire pour percevoir et sentir la douleur. [8]    (retour)

Voici une vidéo intitulée "L'odysée de la vie" qui retrace le développement de la vie humaine de la conception à la naissance.

À lire absolument: 

12 faits étonnants qui prouvent l'humanité de l’enfant à naître dès le premier trimestre

(retour)

 

3. La contraception n’est pas efficace à 100 %.

C’est vrai. Une étude américaine datant de 2002 affirme que 54% des femmes ayant subi un avortement utilisait une forme ou autre de contraception durant le mois où elles auraient conçu.  La contraception n’est donc nullement à 100 % efficace. La seule manière de s’assurer à 100 % de ne pas tomber enceinte quand on ne veut pas d’enfants est l’abstinence sexuelle.

Il est important de noter que les contraceptifs hormonaux ont aussi été liés à une augmentation de risque de certains cancers. La Société Américaine du Cancer a publié un document qui indique que l’utilisation récente du contraceptif oral est un facteur qui augmente le risque de cancer du sein, et l’utilisation à long terme du contraceptif oral est liée à un risque augmenté de cancer cervical. [9]

Comme alternative à la pilule, il existe la Méthode de l’Ovulation Billings (MOB), une méthode naturelle et efficace qui est utilisée par plusieurs couples. Une étude récente en Chine a montré que « l’efficacité d’utilisation de la MOB est bien supérieure à celle du stérilet TCu220c, l’un des DIU les plus populaires utilisé en Chine. » [10]

Si vous êtes jeune et vous ne vous sentez pas prête à avoir un enfant, il serait recommandable de ne pas vous engager dans une relation sexuelle. Chaque action à des conséquences — il est important de respecter le fait que l’acte sexuel, en lui-même, entraîne la possibilité de la création d’un nouvel être humain.   (retour)

 

4. Et si la femme a été violée?

Premièrement, il est important d’expliquer que le viol constitue juste 1 % des raisons pour l’avortement [11] . La majorité des femmes choisissent d’avorter leurs enfants pour des raisons sociales ou économiques [12] .

Dans le cas de viol, il est absolument nécessaire que l’agresseur soit puni par la loi. Le viol est un acte de violence, et la victime doit être assistée au maximum. Cela dit, il n’est pas juste de tuer un enfant sous prétexte qu’il a été conçu dans le viol. L’avortement ne peut pas être utilisé comme une vengeance pour les mauvaises actions des autres. Si la mère ne peut pas soutenir l’enfant, elle devrait considérer l’adoption, qui est une alternative non violente qui répond aux besoins de l’enfant et de la mère.

À lire :


(retour)


5. Pourquoi mettre au monde un enfant si on n’a pas les moyens pour l’élever?

Il y a plusieurs femmes enceintes qui manquent de ressources financières pour élever un enfant. Dans ce cas, il y a plusieurs options. La première, c’est de demander de l’aide aux amis et à vos proches. S’il n’y a aucune personne pour vous offrir du support, vous pouvez appeler des agences téléphoniques comme Enceinte-Inquiète (1-855-871-4442) qui vous dirigeront vers des centres pour les femmes enceintes. Ces organisations vous aideront à trouver ce dont vous avez besoin, que ce soit un logement, des habits, de la nourriture, du soutien financier, ou bien du support émotionnel.

Il est important de reconnaître qu’à la place d’investir des milliers de dollars dans l’industrie de l’avortement, le gouvernement pourrait utiliser cet argent pour aider les femmes enceintes. L’avortement est utilisé comme un raccourci dans le monde médical et gouvernemental — il élimine les membres non voulus pour réduire les coûts pour la société. Cette mentalité est très mauvaise pour l’avenir du Québec, car nous avons besoin de ces enfants pour continuer à bâtir un Québec fort. (retour)


6. L’avortement est une solution à la surpopulation.

La surpopulation de la planète est plutôt mythe que réalité. Au rythme actuel du déclin démographique, le taux mondial de fécondité devrait être en dessous du seuil de renouvellement des générations peu après 2020. Au Québec, la population est très rapidement en train de vieillir, ce qui causera de graves problèmes sociaux et économiques. Selon des projections de l’Institut de la statistique de Québec, il est possible qu’au Québec « la population âgée surpasse en nombre la population des jeunes en 2019. » [13] Cela signifie qu’il y aura une réduction du nombre et de la proportion de personnes jeunes, la population qui travaille deviendra de plus en plus âgée et difficile à remplacer, et il y aura une explosion du nombre de personnes âgées. En 2009, au Québec, l’avortement légal a pris la vie de 27,139 enfants. [14] Combien d’autres vont être tués chaque année? (retour)

 

7. Si la vie de la femme est en danger, l’avortement est justifié.

Dans les cas où la vie de la mère est en danger, la majorité des personnes contre l’avortement sont d’accord que la mère doit poursuivre tout traitement médical (par exemple, chimiothérapie) dont elle a besoin, même s’il y a la possibilité d’effets négatifs sur l’enfant. Si le bébé meurt au cours du traitement de la mère, c’est considéré un avortement involontaire (comme une fausse couche). Un avortement involontaire, du point de vue moral, n’est pas condamnable parce que l’intention n’est pas de tuer l’enfant à naître.  (retour)

 

8. L’avortement est une procédure sécuritaire.

Premier élément de réponse:

avortement-pas-securitaire.jpg

Deuxièment, même si le terme « syndrome post-avortement » n’est pas reconnu au niveau médical, il est bien connu au niveau individuel. Il y a plein de témoignages de femmes qui on subit un avortement [15] . Les risques de syndrome physique et mental à la suite d’un avortement sont suffisamment hauts pour avouer que l’avortement ne devrait pas être présenté comme une procédure simple et sécuritaire — au minimum il faut reconnaître que ce n’est pas vrai dans tous les cas. Selon une étude récente de la Scandinavie, l’avortement serait quatre fois plus mortel pour une femme que de donner naissance à son enfant [16] . La liste de répercussions négatives potentielles est longue et sérieuse. Au niveau mental, les femmes ayant subi un avortement sont 6 fois plus suicidaires par rapport aux femmes qui ont donné naissance à leurs enfants. Plusieurs femmes ont aussi été atteintes de dépression, syndromes post-traumatiques, trouble du comportement alimentaire, toxicomanie, et des problèmes chroniques de relation avec les autres [17] . La liste des effets physiques inclut : hémorragie, infection, embolisme, complication d’anesthésie, et grossesse extra-utérine [18] . La recherche montre aussi que l’avortement élève le risque de cancer du sein, du cerveau, et des poumons [19] . Une étude dans un grand journal médical a révélé que 31 % des femmes américaines qui on subit un avortement ont souffert de problèmes de santé [20] .

Pour d'autres études et témoignages portant sur les effets néfastes de l'avortement, lire notre dossier spécial (pdf):

avortement-dossier-special.jpg

  (retour)

 

9. L’avortement ne concerne pas les hommes.

Il est facile de penser que l’avortement touche que les femmes, mais en réalité l’avortement affecte aussi beaucoup d’hommes. Il y a des témoignages de conjoints qui auraient voulu garder leurs enfants, mais leurs partenaires n’ont pas voulu écouter. L’enfant à naître est liée au père et à la mère — ce n’est pas tout seul que la mère a créé ce nouvel être humain. Alors les hommes, eux aussi, on leur mot à dire en ce qui concerne l’avortement. L’avortement frappe les femmes, mais aussi les conjoints, les grands-parents, les amis, les enfants, et la société entière. [21] Une étude montre que sur 40 hommes qui ont permis à leurs partenaires d’avoir un avortement, 35 ont subi des syndromes post-traumatiques à la suite de l’avortement. Ces effets comprennent : tristesse, pensées persistantes du bébé, énervement, culpabilité, anxiété, troubles de sommeil, problèmes sexuels, et toxicomanie [22] . Finalement, une étude montre que 39 % des Québécois pense que l’avortement ne devrait pas être légal en toutes circonstances [23] — mais la grande majorité n’est pas au courant que l'avortement est permis à tout moment, jusqu’à la naissance de l’enfant, et pour n’importe quelle raison. (retour)

 

10. L’avortement illégal a causé la mort de beaucoup de femmes.

On dit également : "On ne retournera pas aux aiguilles à tricoter!" ou bien on parle de femmes qui se "chacutaient" en utilisant des cintres pour s'auto-avorter quand l'avortement était illégal.

pro-avortement.jpg
(Manifestation pro-avortement -- Source )

C'est une façon d'agir sur les émotions en évoquant le spectre d'une hécatombe.

Or, sur la base des données de Statistiques Canada [a] (causes de décès, 1964-2005) dans les 5 ans avant la légalisation de l'avortement en 1969, 44 femmes sont décédées à la suite de complications d'avortements illégaux. Au cours de la même période, toutefois, 23 sont décédées de fausses couches. De la légalisation de l'avortement en 1988 à 2005, 19 femmes sont mortes de complications d'avortements légaux mais il y a eu une diminution semblable de décès suite à des fausses couches: 10 au cours de la même période. On a observé des réductions similaires pour toutes les complications obstétricales. On est donc en droit de conclure que la véritable cause de la réduction de la mortalité maternelle aux cours des années qui suivirent la légalisation de l'avortement a été la mise en œuvre générale de meilleurs soins médicaux et non la légalisation. [b]

Autrement dit, la légalisation n'a pas sauvé qui que ce soit, ce sont les progrès de la médecine qui ont sauvés des vies.

Qui plus est, la pénalisation de l'avortement ferait plutôt baisser le taux de mortalité maternelle: Sur la base des données fournies par Hogan et ses collègues [c] , des pays comme le Salvador, le Chili, la Pologne, et le Nicaragua, qui interdisent désormais l'avortement après l'avoir préalablement autorisé, n'ont pas vu leur taux de mortalité maternelle s'aggraver. Il a même baissé. En revanche, l'Afrique du Sud a vu son taux de mortalité maternelle s'aggraver après la légalisation de l'avortement.

Aussi, il est important de savoir que la légalisation de l’avortement a fait énormément grimper le nombre d’avortements au Québec. En 1971 (soit deux ans après la légalisation au Canada de l'avortement), il y avait jusqu’à 1,275 avortements, mais en 2010, le nombre est monté rapidement jusqu’à 26,124 [24] . La perte de tous ces enfants devrait nous faire réfléchir : est-ce que des restrictions sur l’avortement sont nécessaires pour l'avenir du Québec?

Finalement, si l'avortement illégal est horrible, l’avortement légal ne l'est-il pas autant ? Ce n’est pas parce qu’on légalise l’avortement que les conséquences sont moins sérieuses. Que l’avortement soit légal ou pas, le résultat final reste le même : le meurtre d’un enfant innocent. Les instruments peuvent avoir une apparence plus propre, les docteurs peuvent avoir plus de confiance en eux-mêmes, mais le problème n’est pas résolu. Il y a encore des femmes qui sont forcées d’avorter par leur partenaire ou leur famille. Il y a encore des cas de viols, et il y aura toujours des situations difficiles — mais l’avortement n’aide pas à mettre fin à ces injustices. Au contraire, l’avortement amplifie et permet de masquer une mentalité tordue des relations sexuelles et de l’enfantement. Pour protéger les femmes, il faut apprendre la dignité et le respect. Cela commence par un fondement de compréhension pour le fait que la femme, elle, peut enfanter — et que lorsqu’elle est enceinte, son corps et son esprit doivent être soutenus.  (retour)



11. Pourquoi mettre au monde un enfant qui sera handicapé, triste, battu, déformé, malade?

enfant-a-naitre.jpg

Comme premier aspect de réponse, il faut être conscient que personne ne peut prévoir l’avenir d’un enfant et affirmer qu’il sera triste, battu, etc. Rappelons cette évidence que c’est dans les pays Africains que les enfants ont le plus beau sourire et témoignent d’une joie de vivre, lorsqu’ils ont le minimum vital, qu’aucune population occidentale, pourtant très riche matériellement, ne peut revendiquer. Les prédictions sur l’avenir des enfants ne sont que cela, des prophéties de Nostradamus pour faire peur aux adeptes de charlatans diplômés ou pas.

Deuxièmement, que même si un enfant peut vivre des moments de tristesse, ce que tous les enfants et tout être humain vit, il y aura aussi des joies. Ce n’est pas un hasard si la légende fondatrice du bouddhisme repose sur une phrase voulant décrire le sort de l’humanité : « Sire, les hommes souffrent et sont malheureux ». Si l’on voulait éradiquer les enfants à naître qui risquent de souffrir dans leur vie terrestre, il ne faudrait permettre aucune naissance. Et sous-estimer également le pouvoir de résilience des enfants malheureux qui pourront un jour connaître le bonheur.

Pour ce qui est des handicaps et maladie, il faut rappeler que chaque enfant est unique au monde, et que jamais il n’y a eu, jamais il n’y aura un autre enfant identique à celui qui est devant nous. Même les jumeaux dits « identiques » ont leur différence. Supprimer un enfant, c’est supprimer son unique chance de respirer, de connaître la vie.

Et se rappeler aussi, ce que cet enfant trisomique dit à sa mère pour la consoler du handicap qui l’affecte : « Ne t’en fais pas maman, j’ai toujours un cœur pour aimer. » Ce qui peut manquer cruellement à ceux qui aimeraient les éliminer. Si l’essentiel est invisible pour les yeux, il y a certainement des personnes handicapées plus belles que bien des biens portants! Et ce petit poème de Cécile, jeune trisomique écrivant à son professeur qui savait aimer ces personnes avec un handicap, le dit avec sagesse :

« Mon Dieu, s’il vous plaît,
Veillez sur « mon Ami ».
À ma famille, je déplais,
Lui me trouve un peu jolie,
Car il connaît de quoi mon cœur est fait.
Il y en a de beaux certes
Mais le sont-ils réellement,
Ceux qui se moquent impunément? »
(Poème tiré de : LEJEUNE, CLARA. La Vie est un bonheur, Jérôme Lejeune, mon père, Éditions Critérion, Paris, 1998, p.43-44)

Chaque être humain est une « histoire sacrée » (Jean Vanier)
(retour)

 

12. Au lieu de s'acharner sur l'avortement, pourquoi ne pas s'occuper des enfants qui meurent de faim dans le monde ?

On pourrait poser la même question à la Société du cancer (pourquoi s'acharner sur cette maladie, puisqu'il y en a d'autres) ou à un pompier (pourquoi seulement sauver des gens du feu, et non de la noyade?). Mais jamais on ne pose de telles questions, car on comprend bien que tous ne sont pas habilités à secourir à tous. C'est seulement dans le cas des gens qui défendent les enfants à naître qu'on se plaint d'une nécessaire spécialisation et d'une division des tâches. 

Nous nous réservons le droit de nous spécialiser dans la défense des enfants à naître, car ces derniers en ont grandement besoin: il se trouve que si les gens en général sont conscient de l’importance de prendre soin, d’aimer et de sauver les enfants après la naissance, par une grave inconscience et beaucoup d’ignorance, beaucoup de gens ne perçoivent pas l’importance de sauver aussi les enfants non visibles, ceux protégés par la peau du ventre de leur maman, mais que l’on s’apprête à dépecer, démembrer, à brûler par injection saline, ou à tuer sans anesthésiants par injection létale.

D’où le choix de mettre l’accent sur la défense des 42 millions d’enfants avortés annuellement , l’avortement étant facilement la première cause de décès violents au monde (pdf).

Dans le monde y a plus de 115 000 enfants tués chaque jour par avortement, dont 80 au Québec. Nous avons pensés qu’il valait la peine de s’y attarder… (retour)

9-mois.jpg

© 2012-2014, Campagne Québec-Vie


Références:  
  [1] Carlson, B.M. (1996). Patten's Foundations of Embryology (6 th edition, p. 3). New York: McGraw-Hill.   England, M. A. (1996). Life Before Birth (2 nd edition, p. 31). England: Mosby-Wolfe.   Moore, K. L. (1988). Essentials of Human Embryology (p. 2). Toronto: B.C. Decker Inc.,   Moore, K. L. & Persaud, T.V.N. (1993). Before We Are Born : Essentials of Embryology and Birth Defects (4 th edition, p. 1). Philadelphia: W.B. Saunders Company.   Silver, L. M. (1997). Remaking Eden: Cloning and Beyond in a Brave New World (p. 39). New York : Avon Books. (retour)
 
  [2] Abacus Data Inc. (2011). Canadian Public Opinion on Abortion: A survey of 1,007 Canadians. Retrieved April 5, 2012, from http://abacusdata.ca/wp-content/uploads/2011/05/Abortion-Report-May-11-2011.pdf (retour)
 
  [3] Lejeune, J., & Liley, A.W. (1977). In R. Sassone (Ed.), The Tiniest Humans (p. 69), Library of Congress No. 77-7681 1.  (retour)
 
  [4] Hamlin H. (1964). Life or Death by EEG. Journal of the American Medical Association . 190 (2), 112-114. (retour)
 
  [6] Canadian Institute for Health Information : Induced Abortions Performed in Canada in 2009 . Retrieved April, 5, 2012, from http://www.cihi.ca/CIHI-ext-portal/pdf/internet/TA_09_ALLDATATABLES20111028_EN (retour)
 
  [7] Giubilini, A., & Francesca Minerva. (2012). After-birth Abortion: Why Should the Baby Live? Journal of Medical Ethics . Retrieved March 15, 2012, from http://jme.bmj.com/content/early/2012/03/01/medethics-2011-100411.full (retour)
 
  [8] Anand, K. J. S. (2006). Fetal Pain? Pain: Clinical Updates. 14:2, 1-4.   Brusseau R. (2008). Developmental Perspectives: is the Fetus Conscious? International Anesthesiology Clinics. 46:3, 11-23.   Brusseau, R. & Myers, L. (2006). Developing consciousness: fetal anesthesia and analgesia. Seminars in Anesthesia, Perioperative Medicine and Pain. 25 , 189-195.   Gibbins S. & Golec L. (2007). “It Will Not Hurt a Bit,” “What You Do Not Know Cannot Hurt You,” and Other Myths About Fetal Surgical Pain. Newborn & Infant Nursing Reviews. 7:4 , 224-226.   Glover V. (1999). Fetal pain: implications for research and practice. British Journal of Obstetrics and Gynaecology. 106, 881-886.   Simons, S. H. & Tibboel, D. (2006). Pain perception development and maturation. Seminars on Fetal and Neonatal Medicine. 11, 227-231.   Vanhalto, S. & Van Nieuwenhuizen, (2000). O. Fetal Pain? Brain & Development . 22, 145-150. (retour)
 
  [9] American Cancer Society. (2011). Global Cancer Facts & Figures (2 nd edition, No.861811). Retrieved April 5, 2012 from http://www.cancer.org/acs/groups/content/@epidemiologysurveilance/documents/document/acspc-027766.pdf (retour)
 
  [10] Qian S. Z. (1999). Natural Fertility Regulation . In S. G. Gu & , S.Z. Qian, et al., (Eds.), Reproductive Health (pp. 574-579) . Beijing: People’s Publishing House. Retrieved April 5, 2012.  (retour)
 
  [11] Finer, L. B., Lori, F. F., Lindsay, A., Dauphinee, S. S., & Ann, M. M. (2005). Reasons U.S. Women Have Abortions: Quantitative and Qualitative Perspective. Perspectives on Sexual and Reproductive Health. 37.3 , 110-18. Retrieved March 15, 2012, from http://www.guttmacher.org/pubs/journals/3711005.html   (retour)
 
  [12] Finer, L. B., Lori, F. F., Lindsay, A., Dauphinee, S. S., & Ann, M. M. (2005). Reasons U.S. Women Have Abortions: Quantitative and Qualitative Perspective. Perspectives on Sexual and Reproductive Health. 37.3 , 110-18. Retrieved March 15, 2012, from http://www.guttmacher.org/pubs/journals/3711005.html   (retour)
 
  [13] Thibault, N., Létourneau, E., & Girard, C. Méthodologie, démographie et enquêtes spéciales. Institut de la statistique du Québec. (2004). Perspectives démographiques, Québec et régions, 2001-2051. Retrieved April 5, 2012, from http://www.stat.gouv.qc.ca/publications/demograp/pdf/tendance2001_2051.pdf  
(retour)
 
  [14] Canadian Institute for Health Information : Induced Abortions Performed in Canada in 2009 . Retrieved April, 5, 2012, from http://www.cihi.ca/CIHI-ext-portal/pdf/internet/TA_09_ALLDATATABLES20111028_EN
(retour)  
 
  [15] Silent No More Awareness Campaign. Retrieved April 5, 2012, from http://silentnomoreawareness.org/testimonies/index.aspx
(retour)
 
  [16] Abortion Four Times Deadlier Than Childbirth: New Studies Unmask High Maternal Death Rates From Abortion. (2000). The Post-Abortion Review , 8 (2) Retrieved April 5, 2012 from http://afterabortion.org/2000/abortion-four-times-deadlier-than-childbirth/
(retour)
 
  [17] Belsey, E. M. et al. (1977). Predictive Factors in Emotional Response to Abortion: King's Termination Study – IV. Social Science and Medicine 11 , 71-82. Berger, C. et al. (1984). Repeat Abortion: Is it a Problem? Family Planning Perspectives 16(2), 70-75. Bracken, M. (1975). First and Repeated Abortions: A Study of Decision-Making and Delay, Biosocial Science 7 , 473-491. Burke, T. & Reardon, D. (2002). Forbidden Grief: The Unspoken Pain of Abortion (p. 189 & p. 293). Springfield, IL: Acorn Books. Cougle, J. R., Reardon, D. C., & Coleman, P. K. (2003). Depression Associated With Abortion and Childbirth: A Long-Term Analysis of the NLSY Cohort. Medical Science Monitor 9 (4), 105-112. Freeman, E. et al. (1980). Emotional Distress Patterns Among.Women Having First or Repeat Abortions. Obstetrics and Gynecology 55 (5), 630-636. Henshaw, S. (1988). The Characteristics and Prior Contraceptive Use of U.S. Abortion Patients. Family Planning Perspectives, 20 (4), 158-168. Reardon, D.C. & Ney, P.G. (2000). Abortion and Subsequent Substance Abuse. American Journal of Drug and Alcohol Abuse 26 (1), 61-75. Rue, V.M. et. al., (2004). Induced abortion and traumatic stress: A preliminary comparison of American and Russian women. Medical Science Monitor 10 (10), SR5-16. Sherman, D. et al. (1985). The Abortion Experience in Private Practice. Women and Loss: Psychobiological Perspectives, ed. W.F. Finn, et al. (New York : Praeger Publishers, 1985) 98-107.
(retour)
 
[18] Kaunitz, A.M. (1985) “Causes of Maternal Mortality in the United States, Obstetrics and Gynecology 65 (5).   (retour)
 
[19] Fujimoto, I. et al. (1985). Epidemiologic Study of Carcinoma in Situ of the Cervix. Journal of Reproductive Medicine 30 (7), 535.   Howe, H. L. et al. (1989). Early Abortion and Breast Cancer Risk Among Women Under Age 40. International Journal of Epidemiology 18 (2), 300-304.   Le, M-G. et al. (1984). Oral Contraceptive Use and Breast or Cervical Cancer: Preliminary Results of a French Case- Control Study. In J.P. Wolff et al. (Eds.) Hormones and Sexual Factors in Human Cancer Etiology (pp. 139-147). New York, Excerpta Medica.   LaVecchia, C. et al. (1992) Reproductive Factors and the Risk of Hepatocellular Carcinoma in Women. International Journal of Cancer 52, 351.   Parazzini, F. et al. (1989) Reproductive Factors and the Risk of Invasive and Intraepithelial Cervical Neoplasia. British Journal of Cancer 59 , 805-809.   Pike, M.C. (1981). Oral Contraceptive Use and Early Abortion as Risk Factors for Breast Cancer in Young Women. British Journal of Cancer 43 , 72.   Stewart, H.L et al. (1985) Epidemiology of Cancers of the Uterine Cervix and Corpus, Breast and Ovary in Israel and New York City. Journal of the National Cancer Institute 37 (1), 1-96.   Weiss, N. (1983). Events of Reproductive Life and the Incidence of Epithelial Ovarian Cancer. Amercian Journal of Epidemiology, 117 (2), 128-139.   (retour)
 
[20] Rue, V.M. et. al. (2004). Induced abortion and traumatic stress: A preliminary comparison of American and Russian women. Medical Science Monitor 10 (10), SR5-16.   (retour)
 
[21] « A propos du Syndrome Post-Abortif. » Interview du Dr. Philip Mango, psychiatre à L'Institut pour le Développement Humain de New York. Propos recueillis par Florence Brière-Loth, Parue dans Famille Chrétienne n° 771, octobre 1992. Retrieved May 23, 2012 from http://www.cpdh.info/~cpdhpdf/vie06/SPAInterviewMango.pdf
(retour)  
 
[22] Coyle, C.T. (1997). Forgiveness intervention with postabortion men. Journal of Consulting and Clinical Psychology, 65 (6), 1042-1046. Gordon, R. A. & Kilpatrick, C. (1977). A program of group counseling for men who accompany women seeking legal abortions. Community Mental Health Journal, 13, 291-295. 
(retour)
 
[23] Angus Reid Strategies Poll June 2008. “Canadians Uphold Abortion Policy, Split on Health Care System’s Role” June 4 to June 5, 2008. Retrieved May 23, 2012 from http://www.angus-reid.com/wp-content/uploads/archived-pdf/2008.06.20_Abortion.pdf .  
(retour)
 
[24] Interruptions volontaires de grossesse (nombre, rapport pour 100 naissances et taux pour 1 000 femmes), hystérectomies, ligatures, vasectomies, réanastomoses et vasovasostomies, Québec, 1971-2010. Régie de l'assurance-maladie du Québec. Institut de la statistique du Québec. 13 décembre 2011. Retrieved May 23, 2012 from http://www.stat.gouv.qc.ca/donstat/societe/demographie/naisn_deces/naissance/415.htm

(retour)