M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Un tribunal juge que le pasteur Artur Pawlowski qui avait défié le confinement COVID et tenu un service religieux, a été emprisonné à tort


Artur Pawlowski

Steven Ertelt -- LifeNews -- 22 juillet 2022 -- Washington, DC

Une cour d’appel canadienne a statué aujourd’hui que le pasteur Artur Pawlowski a été injustement arrêté, emprisonné et condamné à une amende pour avoir tenu un service religieux au mépris de l’interdiction des services religieux mise en place pendant le verrouillage COVID.

Au début du mois de mai 2021, le pasteur Artur Pawlowski, de la Street Church, en Alberta (Canada), a été arrêté et accusé d’avoir organisé un « rassemblement illégal en personne » et d’avoir « demandé, incité ou invité d’autres personnes » à se joindre au rassemblement. Son crime ? Avoir tenu un service religieux au mépris du confinement COVID canadien. Il risque 4 ans de prison à la suite de ce service.

Une vidéo du pasteur était déjà devenue virale lorsque des policiers avaient fait une descente lors d’une célébration de la Pâque dans son église d’Alberta et que le pasteur Pawlowski avait crié après les policiers jusqu’à ce qu’ils partent.

Un juge a déclaré le pasteur Pawlowski coupable d’outrage en juin 2021 et il risquait toujours quatre ans de prison pour avoir prétendument organisé un rassemblement illégal en personne, incité ou invité d’autres personnes à assister à un rassemblement illégal, ainsi que pour avoir fait la promotion du rassemblement et y avoir assisté.

Mais aujourd’hui, la Cour d’appel de l’Alberta a statué que l’injonction à son encontre, son arrestation, son emprisonnement, l’ordonnance de censure et les amendes à son encontre étaient illégaux.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Le panel de la Cour d’appel de l’Alberta, composé de la juge Barbara Lea Veldhuis, de la juge Michelle Crighton et de la juge Jo' Anne Strekaf, a ordonné à Alberta Health Services de rembourser à Artur Pawlowski et à son frère, Dawid, les coûts de leur appel et le remboursement de toute amende et pénalité payée. Le comité d’appel a conclu que l’injonction initiale interdisant les manifestations au nom de la santé publique « n’était pas suffisamment claire et non ambiguë ».

Le comité d’appel a également réduit les peines du propriétaire du restaurant, Chris Scott, au temps passé en prison et aux pénalités déjà payées.

Le jugement rendu vendredi matin se lit comme suit :

« Les appels des Pawlowski sont accueillis. Le constat d’outrage et l’ordonnance de sanction sont annulés. Les amendes qui ont été payées par eux doivent être remboursées. »

« Le juge en chambre a accordé à AHS des dépens payables par les Pawlowski conjointement d’un montant de 15 733,50 $, calculé à 2,5 fois la colonne 1. Cette condamnation aux dépens est annulée et les Pawlowskis se voient attribuer leurs dépens payables par AHS dans les procédures inférieures et devant cette Cour, calculés sur la même base. »

Le pasteur Artur Pawlowski de Calgary et son frère, Dawid, ont tous deux été arrêtés et emprisonnés après avoir été jugés coupables d’outrage à une ordonnance ex-parte du tribunal obtenue par les services de santé de l’Alberta pour restreindre les « rassemblements publics illégaux ».

Pawlowski a déjà vu quelque chose de similaire en termes de persécution des chrétiens.

« J’ai grandi en Pologne sous la botte des Soviétiques, derrière le rideau de fer », a précédemment déclaré Pawlowski au Daily Caller. « Ce que je vois en ce moment? Je vois tout s’intensifier et passer à un nouveau niveau. Ils agissent exactement comme les communistes agissaient lorsque j’étais jeune, lorsque les pasteurs et les prêtres étaient arrêtés, et que certains étaient assassinés. Beaucoup ont été torturés. »

Pawlowski s’est aussi entretenu récemment avec le Daily Wire et a averti que les Américains sont persécutés dans leur propre pays.

« J’ai grandi sous le communisme, le socialisme, sous les bottes des Soviétiques dans un pays où vous n’aviez absolument aucune liberté. Pas de liberté d’expression, pas de liberté de religion, pas de liberté d’association, pas de liberté de presse. »

« Pour avoir été en désaccord avec le gouvernement, pour avoir simplement partagé votre cœur sur quelque chose que vous avez vu ou entendu, vous pouviez être torturé, arrêté, battu, condamné à des années de prison -- juste parce que vous aviez une opinion différente de celle du gouvernement de l’État. »

« En Pologne, si vous écoutiez une autre source d’information que les grands médias approuvés par les communistes, vous pouviez aller en prison pendant cinq ans. Si vous étiez pris en possession d’un pamphlet qui n’était pas approuvé par le gouvernement, vous pouviez aller en prison pour un an ou deux », a poursuivi M. Pawlowski.

Il se souvient qu’« avant qu’ils ne vous condamnent, vous étiez torturé, battu par la police ». L’anarchie régnait et la Constitution de la République populaire de Pologne n’était plus qu’un simple morceau de papier. « Il n’y avait rien qui ressemblait à la justice et à l’État de droit. Il y avait 50 000 communistes au pouvoir, qui asservissaient 36 millions de Polonais à l’époque. Ce que je vois aujourd’hui, c’est une approche similaire. Une loi à la fois, une atteinte à nos droits à la fois. »

Le sénateur du Missouri Josh Hawley a précédemment condamné cette persécution.

« Je suis troublé par le fait que nos voisins canadiens sont effectivement contraints de se rassembler dans des lieux secrets et non divulgués pour exercer leur liberté fondamentale de culte », a écrit le républicain du Missouri. « Franchement, je m’attendrais à ce que ce genre de répression religieuse ait lieu en Chine communiste, et non dans une nation occidentale importante comme le Canada. L’arrestation par les autorités canadiennes de dirigeants religieux et la saisie de biens d’église, entre autres actions répressives, semblent constituer des violations systématiques, continues et flagrantes de la liberté de religion. »

Hawley a décrit comment une « vidéo déchirante » montrait les enfants du pasteur Stephens « sanglotant en tenant la main de leur père à travers la fenêtre garnie de barreaux d’une voiture de police ».

« La violation présumée du pasteur Stephens était la tenue d’un service de culte en plein air dans un parc, qui a apparemment été découverte par un hélicoptère de la police qui survolait les lieux », a déclaré le sénateur.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire