M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Profiler n’est pas péché

Par Jean Tardy (Campagne Québec-Vie) ― Photo : Wirestock/Adobestock

Notre époque impose de plus en plus des interdits et des tabous à notre jugement particulier, nous interdisant de catégoriser certains comportements ou même certains genres de personnes d’après nos observations. Inutile de dire que cet interdit de penser va bien plus loin, c’est une attaque en règle contre la raison, contre le bon sens. En toute chose nous devons exercer un prudent jugement, et c’est pourquoi, entre autres, profiler n’est pas péché (il y a bien sûr des profilages absurdes dont on reconnaît tout de suite la teneur idéologique et le manque de profondeur, en plus d’être une attaque contre la raison : « vous êtes un homme donc vous ne pouvez pas parler d’avortement »). — A. H.

C’est intelligent et utile

Il y a quelques années, en 2016, j’ai fait le pèlerinage de Compostelle, par la voie d’Arles, de Montpelier à Santiago. Arrivé à Toulouse, je fis une pause pour m’acheter des bottines et des semelles orthopédiques. Après environ 250 kilomètres, je souffrais d’une tendinite aiguë et je m’étais rendu compte que des sandales ne suffiraient pas pour compléter ce périple.

Comme j’avais quitté le chemin pour quelques jours, je devais me loger « en ville ». J’ai donc réservé, sur Airbnb, une chambre économique en banlieue de Toulouse. En m’approchant de l’endroit, je découvre que mon hôte logeait dans un HLM entouré d’une clôture de fer au milieu d’un quartier maghrébin. Une demi-douzaine de jeunes hommes aux allures méditerranéennes jasaient tranquillement dans l’enclos, près des portes.

Je me suis, alors, demandé : « Est-ce vraiment sage, pour un vieux blanc qui boite en traînant son sac, de pénétrer dans une enceinte clôturée et côtoyer des Maghrébins oisifs sans même savoir à quelle porte il doit sonner ? »

Ayant soupesé la question au meilleur de mes connaissances, je contactai les deux dames qui m’avaient hébergé la veille pour leur demander si elles pourraient m’accueillir de nouveau. Elles dirent oui et m’éloignant du HLM, j’allai passer, chez elles, quelques jours de calme et de bonheur en attendant mes nouvelles semelles.

J’avais fait du profilage, et pas n’importe quel profilage. C’était un profilage raciste, sexiste, âgiste, xénophobe, ethnoculturel et légèrement islamophobe. D’ailleurs, ce jugement superficiel était peut-être entièrement faux. Ces gens m’auraient probablement laissé passer sans m’importuner.

L'article continue ci-dessous...

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Aujourd’hui, les progressistes dénoncent à grands cris le racisme systémique. En effet, clament-ils, même si toutes les références raciales ont été rayées des lois, un racisme insidieux persiste encore dans les choix à peine visibles de milliers gens ordinaires dans des situations de tous les jours. Ils ont raison. En boitant pour aller ailleurs j’avais fait un choix imperceptible qui, répété des milliers de fois, devient une réalité détectable.

Eh bien, que ce soit raciste ou non, systémique ou non, je ferais exactement la même chose aujourd’hui. Ne disposant que d’apparences, j’ai jugé selon les apparences sans tenir compte des narratifs de propagande et des discours officiels. Je me suis plutôt fié à mes observations personnelles et à ces rencontres amicales où chacun partage ce qu’il sait de la vie sans se soucier si c’est correct ou non (des rencontres, en passant, que la dictature sanitaire étouffe de plus en plus).

Je conseille aux autres d’en faire autant : « Ignorez ce qui est officiel et approuvé et basez vos jugements sur ce que vous tenez pour crédible ; utilisez toujours toute l’information disponible, y compris les apparences. » En fait, depuis le déclenchement de cette pandémie j’irais plus loin : « Méfiez-vous des discours officiels qui sont au service d’agendas mondialistes. » Aujourd’hui…

Plus ça vient de haut, plus c’est faux.

Il est sage, juste et bon de baser ses choix sur ce que l’on connaît même quand ce sont des apparences. Il s’agit d’un comportement humain universel, pratiqué à toutes les époques, dans toutes les classes sociales et sur tous les continents. Quand les promoteurs de la pensée progressiste vous diront « qu’il ne faut pas penser comme ça » ; ignorez-les ! Basez vos jugements sur la vérité de vos vies et enseignez à vos enfants d’en faire autant :

Si ta fille part en voyage, rappelle-lui de faire du profilage.

Nos élites nous mentent sans cesse pour nous faire « progresser ». Ils nous servent, jusqu’à la nausée, des narratifs de contrôle déguisés en information et des messages de propagande maquillés en commerciaux. Les médias nous racontent ce qu’il faut croire pour qu’on fasse ce qu’ils veulent. Eh bien, les amis, rejetons une fois pour toutes, ces manipulations feutrées et réaffirmons ce simple droit de se servir de son jugement car…

Profiler n’est pas péché.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire