M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Profession de foi de «diversité» dans les universités «laïques»


Campus Royce Hall de l'Université de Californie.

Billet de blogue d’Augustin Hamilton (Campagne Québec-Vie) — Photo : Praytino/Flickr

Les universités « laïques » commencent à mettre en place des professions de foi de « diversité », ce qui est assez illogique en soi, car la « diversité » signifie aussi la diversité d’opinions, dont celle d’être contre la diversité. Ainsi demander de quelqu’un qu’il prête allégeance à la « diversité » exclut de facto la diversité intransigeante, tel que voulu.

Cependant, ce qui devrait nous préoccuper est le tournant de plus en plus mauvais que prennent ces universités, supposées être des lieux de savoir et d’enseignement, devenant davantage des usines où l’on parachève l’endoctrinement reçu dans le système scolaire et dans la société en général ; des laboratoires où la vérité ne sera qu'un vain mot. Les mots « inclusion », « diversité », « accueil » et « équité » se sont vus donner d’étranges significations ces derniers temps, dont l’acceptation du « transgenrisme ». Extrait du New York Post :

De nombreuses universités religieuses ont historiquement utilisé une « profession de foi » pour soutenir leur mission religieuse. Mais alors que ces politiques sont en voie de disparition, un autre type de déclaration religieuse est de plus en plus courante dans les collèges laïques, à savoir la déclaration de diversité.

Les professeurs et les autres membres du corps professoral sont incités à s’engager en faveur de l’« équité » et de l’« inclusion » et à expliquer de quelle façon ils ont agi dans le passé pour remplir cet engagement. Et tout comme pour la version religieuse, le but de ces politiques est d’assurer l’uniformité des croyances.

Prenons l’exemple de l’Université de Californie, à Los Angeles. Pour être pris en considération pour les postes menant à la permanence, les candidats doivent rédiger un énoncé complet décrivant leur engagement envers la diversité. Selon les lignes directrices de l’UCLA, la mesure dans laquelle un professeur favorise l’équité, la diversité et l’inclusion est un facteur clé pour progresser sur la voie de la permanence.

[...] Le non-dit, est la signification exacte de la « diversité » et comment l’atteindre. L’engagement à la diversité implique-t-il d’apporter une aide supplémentaire aux élèves des minorités ? Cela signifie-t-il qu’il faut se prononcer en faveur de la titularisation de professeurs transgenres, même s’ils ne l’ont pas méritée sur le fond ? Ou s’agit-il simplement de fournir une salle de classe où les élèves sont libres d’apprendre suffisamment pour satisfaire aux exigences ?

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire