M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Né à 23 semaines, un bébé minuscule bat les pronostics

Par Nancy Flanders (LiveActionNews) — traduit par Campagne Québec-Vie

George est né en juillet 2018, son arrivée étant plutôt prévue pour le mois d’octobre. Sa mère était à seulement 23 semaines de grossesse lorsqu’elle a accouché, et le bébé ne pesait qu’une livre et cinq onces. Il n’était pas plus grand qu’une seringue. Malgré les prédictions des médecins disant qu’il allait mourir, il est récemment sorti de l’hôpital.

Selon le site internet Mirror, Hannah Rose et Daniel Bownes, les parents de George, qui est né une semaine avant la limite de l’avortement au Royaume-Uni, se sont fait dire par les médecins qu’il avait une chance sur un million qu’il survive.

« J’étais convaincue qu’il allait mourir alors c’est vraiment un miracle qu’il soit avec nous aujourd’hui », a mentionné Hanna au Mirror. « Chaque jour que nous passons avec lui représente une vraie bénédiction. »

Le monde d’Hanna « s’est effondré » lorsqu’elle eut des contractions à un peu plus de cinq mois de grossesse. Quatre jours passèrent avant de donner naissance à George, à 23 semaines et 6 jours de grossesse. Puisque le bébé n’avait pas encore 24 semaines, les médecins n’allaient pas intervenir pour lui sauver la vie. Hanna avait peur de donner naissance à un bébé mort-né.

L'article continue après cette publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

George était « fougueux », mais, dans les minutes qui ont suivi sa naissance, il a dû être placé à l’intérieur d’un sac en plastique dans un incubateur et mis sous respirateur artificiel. Selon la page Go Fund Me de la famille, George attrapa, à l’âge de six jours seulement, l’entérocolite nécrosante néonatale (ENN), une maladie courante dans l’intestin des bébés prématurés. Bien qu’il fût si jeune que sa peau en était transparente, les médecins lui ont opéré les intestins. Au cours de l’intervention, son foie fut accidentellement entaillé, ce qui a nécessité une stomie d’urgence et des transfusions sanguines. Après l’intervention, George attrapa une méningite ainsi qu’une septicémie, une maladie mortelle contractée lorsque le corps passe une très longue période de temps à combattre une infection. Son corps eut un choc septique. On a dit aux parents de George que son support de vie serait éteint.

« Mon bébé n’a même pas encore ouvert les yeux, il n’a pas pu voir sa maman ni son papa, il n’a même pas pleuré », a écrit Hanna sur sa page Go Fund Me.

Les médecins étaient certains que George n’avait que quelques minutes ou heures à vivre, ainsi la famille demanda à l’aumônier de l’hôpital de venir le voir pour le bénir. Puis, miraculeusement, George commença à montrer quelques progrès, ce qui stupéfia tous les médecins.

« C’était terrible ; le vicaire est venu le bénir et s’est assis avec lui, on nous a dit qu’il valait mieux éteindre son respirateur artificiel, a dit Hanna. Nous lisions [des prières] pour lui et soudain, sa tension artérielle a augmenté… C’était incroyable. »

George a été un miracle. Il a passé 26 longues semaines à l’hôpital, où il a souffert de septicémie à quatre reprises, avant de finalement obtenir son congé pour rentrer à la maison. Il pèse maintenant plus de six livres, mais a toujours besoin d’une bouteille d’oxygène. Plus tard, il aura besoin d’une intervention chirurgicale au cœur.

« Il a prouvé à tout le monde qu’ils avaient tort et il est allé à l’encontre de toutes les connaissances des professionnels, a déclaré Hanna. Nous pensons qu’il va continuer de nous émerveiller et qu’avec l’aide nécessaire, il pourra s’épanouir. »

Publicité



Laissez un commentaire