M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

Mgr Viganò : le mondialisme est satanique et prépare la venue de l’Antichrist

Mgr_Carlo_Maria_Vigano-7.jpg
Mgr Carlo Maria Viganò.

Texte de l’entrevue de Mgr Carlo Maria Viganò avec Paul Derogis, publié sur Médias-Presse-Info

Paul DEROGIS : Excellence, lors de son récent passage dans l’émission Géopolitique Profonde, interrogé sur ses contacts « romains », le président de Civitas, Alain Escada, a répondu que Mgr Viganò était aujourd’hui le seul prélat romain, hors de ceux sacrés sans le consentement romain, à combattre le Nouvel Ordre Mondial et à apporter son soutien à Civitas qui lutte également contre le mondialisme. Considérez-vous effectivement être une exception parmi les prélats romains ? Et si oui, comment expliquez-vous cette situation inquiétante ?

Mgr Viganò : Je ne prétends pas me considérer comme le seul Prélat à avoir dénoncé le plan subversif mondialiste : d’autres Évêques (très peu, en fait) ont exprimé leur inquiétude au sujet de l’idéologie woke, de la théorie du genre et de l’environnementalisme vert. Mais ce que je ne les ai pas entendus dénoncer, c’est la complicité de Bergoglio avec le Nouvel Ordre Mondial, qui a atteint des sommets d’asservissement à BigPharma pendant la farce pandémique, et au Forum Économique Mondial avec la fraude climatique. Je pense cependant que dans leur cœur, quelques-uns de mes Confrères commencent à ouvrir les yeux sur une crise qui n’a certainement pas commencé en 2013.

L’élément qui, à mon avis, doit être compris — pour que la dénonciation soit complète — est la relation miroir entre le coup d’État de l’État profond dans la sphère civile et celui analogue de l’Église profonde dans la sphère ecclésiastique. Les modes opératoires de l’action subversive sont identiques, tout comme les principes qui les animent et les objectifs qu’ils se fixent. Comprendre que le Concile Vatican II et le Novus Ordo ont été pour l’Église ce que la Révolution et la Déclaration des Droits de l’Homme ont été pour les sociétés civiles est indispensable, car à la base des deux couve la semence empoisonnée de la Révolution, c’est-à-dire la subversion de l’ordre naturel que Dieu a établi pour l’homme et pour les sociétés humaines.

Paul DEROGIS : Estimez-vous, comme le président de Civitas, que le mondialisme est d’essence satanique ?

Mgr Viganò : L’essence du mondialisme est satanique, et l’essence du satanisme est mondialiste. Parce que le plan de Satan est d’instaurer le règne de l’Antéchrist, lui permettant de parodier la vie terrestre du Christ, d’imiter Ses miracles avec des prodiges grotesques, d’entraîner les foules non pas avec la simplicité de la Vérité mais avec la tromperie et le mensonge. Le mondialisme constitue, pour ainsi dire, la mise en scène, le script et le scénario qui doivent préparer l’humanité à l’ascension politique de l’Antéchrist, à qui les dirigeants du monde — ses serviteurs — céderont les souverainetés nationales pour qu’il devienne une sorte de tyran mondial. Mais le royaume de l’Antichrist n’est pas créé à partir de rien : il faut d’abord effacer ce qui reste du royaume du Christ dans les institutions, dans la culture et dans la vie quotidienne des citoyens. La dissolution morale est l’un des moyens les plus simples de subjuguer les masses, en les encourageant au vice, en ridiculisant la vertu ; et bien sûr, en détruisant la famille naturelle, cellule fondamentale de la société. Une fois la famille démolie, les enfants deviennent de la marchandise, des produits que ceux qui ont de l’argent peuvent commander sur Internet, alimentant le vaste réseau criminel de plus en plus florissant, sans parler de l’industrie de la maternité de substitution. Divorce, avortement, euthanasie, homosexualité et pansexualisme, mutilations pour la transition de genre se sont révélés des outils efficaces pour éliminer non seulement la Foi révélée, mais aussi les principes les plus sacrés de la Loi naturelle.

L'article continue ci-dessous...

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Et il s’agit en effet d’une religion, celle qui est en train de s’instaurer avec l’idéologie woke ; une religion qui, comme la Religion véritable mais avec des buts diamétralement opposés, entend s’imposer dans la société, imprégner de ses dogmes les institutions, les lois, l’éducation, la culture, les arts, les activités humaines. Les globalistes appliquent les principes catholiques de la « royauté sociale », mais proclament Satan roi de la société : Te nationum præsides honore tollant publico : colant magistri, judices; leges et artes exprimant. Que les chefs des nations Vous glorifient par des honneurs publics ; Que les maîtres et les juges Vous confessent, Que les lois et les arts portent Votre marque. Ce sont les paroles de l’hymne du Christ Roi, mais nous les voyons appliquées de manière blasphématoire par les prêtres du Nouvel Ordre Mondial à leur roi, le Prince de ce monde, et à l’Antéchrist en son temps.

Attention cependant : le mondialisme, en tant qu’émanation de la pensée maçonnique et révolutionnaire, proclame apparemment la démocratie et condamne les régimes absolus ; mais en fait il sait très bien que la Monarchie de droit divin est la meilleure forme possible de gouvernement, parce qu’elle soumet tout le monde — y compris le roi lui-même, qui est le vicaire du Christ dans les choses temporelles — à une loi transcendante à laquelle chacun doit obéissance.

La censure de l’information non alignée sur le récit officiel, menée avec la complicité des plateformes sociales et des médias, est la même censure que les libéraux du XIXe siècle condamnaient sur leurs feuilles clandestines ; mais elle était alors appliquée pour empêcher la propagation d’erreurs philosophiques et de doctrines contraires à la vraie Religion catholique. Et ce n’est pas un hasard si la fiction démocratique a recours à des moyens de répression violente des manifestations populaires qui, dans une démocratie libre, devraient conduire à des barricades et à l’exécration internationale — je pense, entre autres, à Macron, un étudiant des Young Leaders for Tomorrow du Forum Économique Mondial de Klaus Schwab. Il ne suffit pas d’appeler « démocratie » une dictature pour qu’elle le devienne par enchantement, surtout lorsque le consentement des citoyens à ceux qui interprètent leur état d’esprit et leurs attentes constitue une menace pour la survie de ces parasites subversifs.

Si Civitas comptait une centaine de membres et avait un programme générique comme les partis « conservateurs » du système, cela n’inquiéterait personne ; s’ils l’attaquent et tentent de dissoudre ce mouvement politique, c’est parce qu’ils savent que n’étant pas manœuvrable avec de l’argent ou du chantage, s’il devait un jour obtenir des sièges, ses élus deviendraient incontrôlables. Le paradoxe apparaît dans son évidence lorsqu’on les voit accuser d’extrémisme un parti catholique français et en même temps envoyer des armes et de l’aide au régime Zelensky soutenu par des groupes néo-nazis qui pratiquent le nettoyage ethnique contre leurs citoyens russophones, persécutent les ministres de l’Église Orthodoxe russe (et aussi de l’Église Catholique de rite oriental, du côté hongrois), arborent des croix gammées et des symboles hitlériens, louent le criminel Bandera et célèbrent l’extermination des Juifs dont ce dernier fut responsable en Ukraine.

Je le répète : si la démocratie fonctionnait, ils ne laisseraient pas les citoyens jouer avec la farce des élections et l’illusion d’être représentés au Parlement. S’ils la permettent, c’est parce que l’oligarchie maçonnique sait qu’elle peut la contrôler à travers ses émissaires, placés partout. D’autre part, l’Antéchrist sera roi, pas président ; il exercera le pouvoir de manière absolue, totalitaire, dictatoriale. Et ceux qui croient en la fable de la démocratie découvriront trop tard qu’ils ont été trompés.

Paul DEROGIS : Le ministre de l’Intérieur cherche à dissoudre Civitas, seul parti catholique présent en France. Cette dissolution est loin d’être acquise et Civitas a annoncé se préparer à tous les recours juridiques envisageables si la menace était mise à exécution. Quel message adresseriez-vous à Civitas, ses dirigeants, ses membres et ses sympathisants en plus de votre belle déclaration sur X (ex-twitter) que nos lecteurs ont pu lire [Mgr Viganò mouche le recteur de Notre-Dame de Paris au sujet de Civitas] ?

Mgr Viganò : Souvenez-vous des paroles de Notre Seigneur : Si le monde vous hait, sachez qu’il m’a haï le premier. Si vous étiez du monde, le monde aimerait ce qui lui appartiendrait en propre. Mais parce que vous n’êtes pas du monde, et que je vous ai choisis du milieu du monde, à cause de cela, le monde vous hait. (Jn 15, 18-19). Et un peu plus loin : S’ils M’ont persécuté, ils vous persécuteront aussi (Jn 15, 20).

Je vous le demande donc : préférez-vous être approuvé et encouragé par le ministre de l’Intérieur d’une nation qui s’enorgueillit d’être fondée sur le sang des souverains légitimes de France ? qui nie la foi révélée par le Christ et piétine sa loi ? qui impose le culte public de l’athéisme, de l’impiété, de la perversion ? La guerre médiatique qu’ils mènent contre Civitas est une médaille dont on peut être fiers, en période de médiocrité et de vile courtisanerie. Les catholiques ne sont pas les ennemis de l’État ou de l’autorité civile. Si ceux qui gouvernent les considèrent comme tels, c’est parce qu’ils utilisent les institutions (temporelles et spirituelles) et l’autorité à leurs propres fins, et non pour le bien commun : c’est ce coup d’État mondial qui est la véritable menace à affronter.

Pensez aux Vendéens, persécutés pour les mêmes raisons, pour la même haine que Satan ne peut dissimuler sous les formalismes pharisaïques de la bureaucratie républicaine.

Et ce n’est pas à la République, ni au peuple qui vous soutient, mais à Dieu que vous devez demander de l’aide, à Notre Seigneur Jésus-Christ, qui est le Roi Universel, modérateur suprême du destin du monde, Seigneur de l’Histoire et du temps : si, en tant que Catholiques, vous croyez que tout pouvoir provient de Dieu (Rm 13, 1), vous devez aussi être persuadés que Sa Seigneurie est vraie, efficace, effective, réelle ! Et cette Seigneurie, que Civitas veut répandre et propager pour que le Christ règne à nouveau sur les Français, appartient à Dieu Tout-Puissant, qui peut enflammer les cœurs de Sa Charité et éclairer les esprits par la Foi, reconvertissant la France, l’Europe, le monde.

Si vous placez vos espoirs dans votre action médiatique, ou dans la stratégie à adopter devant les tribunaux, vous descendrez dans un champ où l’adversaire est certainement en avance et sera probablement le gagnant ; si en revanche vous savez être, par la cohérence de votre vie quotidienne, des Catholiques dignes de militer sous la bannière du Christ Roi, votre victoire est certaine, parce que le Christ a déjà vaincu le monde, et ce ne sont pas ces politiciens corrompus qui vous combattent, ces personnages sans morale, sans courage, sans honneur, qui empêcheront la défaite de l’Ennemi.

Paul DEROGIS : Un ancien ministre de l’Éducation nationale écrivait il y a quelques années que la République devait achever la Révolution française et qu’il fallait inventer une religion républicaine qui est la laïcité. De fait, nous assistons en France à une vaste opération intensive de déchristianisation, d’ailleurs facilitée par la complaisance d’un certain clergé, tel le recteur de Notre-Dame de Paris qui, sur un plateau de télévision, approuvait l’idée de dissoudre Civitas. Que dire à ceux nombreux, parmi les catholiques mais aussi parmi ceux en recherche spirituelle, qui se demandent quoi faire ?

Mgr Viganò : Cet ancien ministre a tout à fait raison. La Révolution se présente comme l’antinomie de l’ordre social-chrétien : elle s’approprie le pouvoir et l’autorité pour la subvertir à ses fins, étant pervertie dans ses principes, mais elle ne remet pas en cause le fait qu’un gouvernement, pour pouvoir poursuivre ses objectifs, doit être dirigé par une seule personne ou par une élite très restreinte. Ce que la Révolution n’accepte pas, c’est que ce soient les bons qui exercent le pouvoir en promouvant la paix, la stabilité et la prospérité. Comme je l’ai dit plus tôt, la Révolution partage la vision d’une antithèse entre le Bien et le Mal, mais rejette le Bien et promeut le Mal, blasphème le Christ et célèbre Satan, se moque de la sainteté et des vertus, tout en encourageant l’égoïsme et le vice. La Révolution ne veut pas l’abolition du pouvoir absolu : elle veut simplement être aux commandes ; elle ne veut pas l’abolition du pouvoir temporel : elle exige qu’il se plie au Nouvel Ordre, en niant l’Ordo Christianus, mais en maintenant son influence sur le corps social. La Révolution ne veut pas abolir la religion : elle veut que ce soit la religion de Satan et non plus la Religion du Christ, mais elle continue d’imposer des vérités à croire, des rites à célébrer, des pénitences à subir, des martyrs à invoquer.

C’est une très grave erreur de croire que la laïcité est un choix de neutralité de l’État : son imposition même repose sur un présupposé théologique qui décrète ex cathedra l’indifférence de l’autorité civile vis-à-vis de la Loi de Dieu et de la Seigneurie du Christ — Seigneurie tout à fait réelle et à laquelle personne n’a le droit de se soustraire. Ce n’est pas un choix de neutralité, mais une déclaration de guerre basée sur une vision du monde qui n’accepte pas de servir le Christ, pour servir Satan. Les cérémonies organisées lors de l’inauguration du tunnel du Saint-Gothard, les cérémonies d’ouverture des Jeux olympiques de 2012 et celles du Commonwealth l’année dernière, avec des chèvres et des symboles ésotériques, sont l’antinomie des processions, des temples votifs, des actes par lesquels les Autorités civiles des nations catholiques reconnaissaient publiquement le Règne social du Christ. La psychose climatique est elle aussi un culte public, totalement infondée scientifiquement, mais qui s’impose aux masses comme une vérité incontestable qui légitime religieusement, et donc moralement, l’élimination physique des personnes, considérées coupables d’émettre du dioxyde de carbone et méritant donc des punitions très sévères et l’extinction.

Hier, au nom du Bien et de la Vérité, les sacrifices humains et les rites païens étaient interdits ; aujourd’hui, au nom du « bien de la collectivité », un sérum génique expérimental a été imposé qui fauche des millions de victimes, et au nom de l’idéologie woke, les corps des mineurs sont amputés pour les faire ressembler à ce qu’ils ne sont pas et ne seront jamais, et ceux qui s’y opposent sont criminalisés, ostracisés, pointés du doigt comme ennemis publics. Les excommuniés vitandi du passé, au sujet desquels la rhétorique anticléricale a déchiré ses vêtements, nous sont aujourd’hui reproposés non pas dans la peau d’un Loisy, mais dans celles d’un no-vax ou de ceux qui remettent en cause les politiques vertes suicidaires. Les bons sont persécutés, les méchants récompensés. C’est le royaume dystopique de Satan : il ne peut être que le contraire du Règne social du Christ.

Paul DEROGIS : Constatez-vous ailleurs qu’en France la même hostilité du monde politique et des médias dominants à l’égard du catholicisme ?

Mgr Viganò : La première hostilité envers le Catholicisme, nous la voyons avant tout chez les représentants de l’église bergoglienne, cette église contrefaite qui « éclipse » la véritable Église du Christ. Depuis soixante-dix ans, l’église conciliaire poursuit son œuvre de démolition de l’Église Catholique : elle en falsifie la doctrine, subvertit sa morale, corrompt la liturgie, en efface la spiritualité, castre son zèle apostolique et paralyse son action sociale. L’église de Vatican II, si désireuse de se définir comme l’antithèse de « l’Église préconciliaire », a jeté les bases théologiques de la dissolution de la société. Toutes les erreurs doctrinales du Concile se sont traduites en erreurs philosophiques, politiques et sociales avec des résultats désastreux pour les Nations catholiques. Le retrait du dogme du Règne social de Notre-Seigneur de l’horizon conciliaire a trouvé une application concrète — avec le soutien de partis progressistes d’inspiration chrétienne, tels que la Démocratie Chrétienne en Italie — dans l’annulation de la Religion d’État et dans la sécularisation de la société, dont les lois ne devaient plus exprimer la Foi catholique mais répondre aux exigences d’une société multiculturelle et multireligieuse. Dignitatis Humanæ a en effet décrété le suicide de l’Église, puisque par ce Décret, le Concile a abdiqué le rôle salvifique exclusif — je répète : exclusif — que le Christ n’a confié qu’à l’Église Catholique. Pourquoi devrions-nous prêter foi à des évêques ou un pape qui nous disent que leur religion n’est pas préférable aux autres, dans lesquelles on peut de toute manière se sauver, pourvu qu’il y ait quelque chose dont il faille se sauver ? Vous remarquerez que le parallèle avec les institutions civiles est toujours présent : même l’État, démolissant le concept d’autorité et le discréditant avec des fonctionnaires corrompus, a renoncé à sa souveraineté et s’est livré aux pouvoirs supranationaux. Espérer que ces fonctionnaires corrompus — avec ou sans mitres — puissent permettre la solution du problème dont ils sont les auteurs et les coopérateurs est tout simplement absurde. Une purification radicale de l’autorité est nécessaire, avec un retour au Christ, reconnu comme unique détenteur du pouvoir de gouvernement, dans la sphère civile à travers les Rois et dans le domaine ecclésiastique à travers le Pape, les deux étant Ses vicaires et liés dans l’exercice du pouvoir à la volonté du Christ, qui détient ce pouvoir de plein droit.

À ceux qui se leurrent en croyant pouvoir détruire l’Église Catholique, je suggère de considérer la fin des grands hérésiarques et persécuteurs des Chrétiens : la tombe, la putréfaction, l’oubli. Julien l’Apostat est mort, comme tous les ennemis du Christ. Et l’Église a toujours survécu, parce qu’elle est le Corps mystique dont le Christ est le divin Chef. Non prævalebunt n’est pas un souhait, une espérance, une pieuse illusion : c’est la promesse du Verbe éternel du Père, et rien ne peut changer d’un iota ce que le Seigneur a décidé.

Paul DEROGIS : Avez-vous un conseil à délivrer aux prêtres de bonne volonté, désireux d’être fidèles à la doctrine catholique de toujours et déçus par l’attitude de leurs autorités ?

Mgr Viganò : L’autorité des Pasteurs Sacrés vient du Christ, unique détenteur du Pouvoir (potestas) dans l’Église. Le Pape et les Évêques exercent cette autorité en tant que vicaire : c’est le Christ qui la leur confie, afin qu’ils puissent l’exercer en vue des fins pour lesquelles Il l’a voulue. Dès qu’un pape utilise son autorité pour imposer quelque chose qui répugne à l’autorité du Christ, elle devient illégitime parce qu’elle coupe le cordon ombilical avec Dieu. Obéir à cette autorité, juste parce qu’elle maintient l’apparence d’une autorité sacrée, n’est pas de l’obéissance mais une servilité coupable.

Et pour que ce sujet très délicat n’apparaisse pas trop ancré à la théorie, je voudrais appeler à la barre non seulement la Vérité divine, mais aussi la Charité, toutes deux attributs essentiels de Dieu. Un fidèle ou un prêtre qui obéit aux Supérieurs ecclésiastiques ou civils par servilité, conscient d’accomplir une action douteuse ou intrinsèquement mauvaise, pose également un acte contre la Charité, parce qu’il se tait face à une action coupable, la ratifie par sa lâcheté et prive celui qui donne cet ordre mauvais de s’amender et de comprendre la gravité de ce qu’il fait. On n’aime pas les Supérieurs en suivant leurs ordres inconditionnellement et sans exercer un sain jugement critique, mais en étant à leurs côtés comme un fils qui assiste son père, couvre sa honte, sans ratifier ses erreurs et ses péchés. L’autorité n’existe pas sans une personne qui la recouvre : le Christ dans la glorieuse éternité du Ciel, le Pape Son Vicaire dans l’Église, les Souverains Ses vicaires dans les gouvernements temporels.

Si obéir au Pape va à l’encontre de l’obéissance au Christ, cela signifie que le Pape est sorti du chemin que Notre Seigneur a établi précisément pour que son autorité ne soit pas absolue, mais l’expression humble et fidèle de l’autorité divine de Celui qui a conquis l’humanité sur la Croix.

J’invite ces prêtres à considérer comment, dans le passé, leurs confrères se sont comportés dans des situations similaires. Qu’ils pensent aux persécutions dans l’Allemagne luthérienne, dans l’Angleterre d’Henri VIII et d’Élisabeth I, où il suffisait de porter la soutane ou de posséder un missel pour être torturé et écartelé. Qu’ils pensent à l’Espagne aux mains des Communistes et au Mexique dominé par la Franc-Maçonnerie, où des prêtres, des religieux et des religieuses ont été pendus ou fusillés pour ne pas avoir voulu renier Dieu. Enfin, qu’ils pensent aux Évêques et aux prêtres qui, il y a soixante ans, ont résisté à la révolution conciliaire et ont continué à célébrer la Messe Apostolique, et qui pour cette raison ont été chassés des diocèses, des paroisses et des monastères par ceux qui, entre-temps, prétendaient vouloir promouvoir le dialogue avec le monde. L’Histoire de l’Église est parsemée d’exemples héroïques de Saints et de Confesseurs de la Foi, qui n’ont jamais cédé aux pressions, aux chantages, aux menaces de ceux qui voulaient changer l’enseignement du Christ. Qu’ils pensent aux multitudes des chrétiens qui ont affronté le Martyre dans les premiers siècles, parce que dans un monde païen et œcuménique, la seule foi persécutée était la seule vraie Foi dans le Christ. Je n’arrive pas à concevoir la nonchalance avec laquelle les partisans de l’horrible réforme liturgique ont pu effacer de la prière publique des clercs la récitation de l’Heure canonique de Prime, dans laquelle le souvenir quotidien de ces morts héroïques dans le Martyrologe poussait les prêtres à une vie bien différente !

Et qu’ils pensent aussi à ceux qui, par peur ou pour ne pas perdre leur place, ont vilement choisi la voie du compromis, de l’acceptation des erreurs, de la délation de leurs confrères. Ils répondront de leurs actes devant Dieu, et non devant puissants de la terre.

Et si le Seigneur veut vous privilégier — comme il le fait toujours avec ceux qu’Il veut faire grandir sur le chemin de la perfection — avec des épreuves et des persécutions, sachez qu’Il vous aidera à porter votre croix, vous comblant de ses grâces et vous donnant la force d’affronter toutes les souffrances, les discriminations, les difficultés. Et si c’est la solitude qui vous effraie ou vous démoralise, sachez que, comme vous, beaucoup d’autres prêtres et religieux sont dans des situations similaires, et qu’en vous unissant et en vous confrontant les uns avec les autres, vous pourriez vous encourager et vous entraider. C’est pourquoi j’ai fondé Exsurge Domine.

Devant nous aujourd’hui, s’ouvre un chemin royal vers la sainteté, un chemin de la fin des temps qui exige des actes d’héroïsme et de courage, mus par l’amour inconditionnel pour le Seigneur et la sollicitude pour les âmes qu’Il a rachetées et que d’autres pasteurs indignes non seulement abandonnent, mais poussent dans l’abîme de la damnation éternelle, encourageant vices et hérésies.

Je leur demande, avec les paroles du Seigneur : Voulez-vous partir vous aussi ? (Jn 6, 67)

Paul DEROGIS : Nos lecteurs — plusieurs dizaines de milliers par jour venant des cinq continents — vous suivent avec grand intérêt et saluent votre courage et votre détermination. Pouvez-vous nous donner les adresses de vos sites et réseaux sociaux sur lesquels ils peuvent vous lire directement ?

Mgr Viganò : Comme je l’ai dit plus haut, l’Association Exsurge Domine que j’ai fondée il y a deux mois a pour but l’assistance spirituelle et matérielle aux prêtres, religieux et religieuses aujourd’hui persécutés par la secte bergoglienne en raison de leur fidélité au Christ.

Ceux qui, en 1534, ont exigé que le Clergé adhère par serment à l’Acte de Suprématie d’Henri VIII ou ceux qui en 1790 ont imposé la Constitution civile du Clergé ne sont pas très différents dans leurs principes et leurs objectifs de ceux qui aujourd’hui — avec la circonstance aggravante d’être des représentants de la Hiérarchie catholique — revendiquent substantiellement la même chose au nom de Vatican II ou du Synode sur la Synodalité. N’est-ce pas l’Assemblée Nationale qui a imposé l’élection des Évêques et des curés, qui est aujourd’hui prônée comme une conquête démocratique ? Et qu’y a-t-il de différent dans le comportement de Bergoglio par rapport à celui d’Henri VIII, quand il prétend légiférer en tant que chef de « l’église conciliaire et synodale » avec des actes de gouvernement visant à séparer le corps ecclésial de l’Église du Christ ?

Ceux qui veulent aider ces prêtres et religieux persécutés peuvent le faire de plusieurs façons, tout d’abord par la prière et l’aumône : sur le site exsurgedomine.org, il est possible d’envoyer des dons, ou de faire célébrer des Saintes Messes en en destinant les offrandes aux prêtres privés de leur gagne-pain. Il est également possible de nous contacter pour recevoir des conseils, une aide spirituelle, une indication pour guider sa vocation. Sur le site, il y a aussi une section où vous pouvez suivre l’avancement des travaux du premier projet important d’Exsurge Domine, qui consiste en la construction d’un monastère à attribuer à la communauté bénédictine de Pienza. Les engagements sont nombreux et très onéreux, mais nous espérons que saint Joseph, trésorier de la Providence, voudra inspirer les fidèles à nous aider.

J’en appelle à tous les bons prêtres : on a besoin de vous ! Il faut des prêtres bons et courageux qui organisent des célébrations pour des groupes de fidèles privés de la Messe traditionnelle par Traditionis Custodes ou qui ont été dégoûtés par les aberrations et les sacrilèges des messes novus ordo. De nombreux foyers n’attendent qu’un prêtre pour se rassembler autour de lui dans des chapelles domestiques. Il y a un besoin urgent de prêtres pour assurer les soins spirituels et l’administration des sacrements pour les communautés religieuses féminines — je pense en particulier aux carmélites d’Arlington, au Texas, qui font l’objet d’une attaque sans précédent de la part de l’Ordinaire et du Dicastère pour les Religieux sous les ordres de Bergoglio. Il faut unir nos forces, avec humilité et fermeté, pour qu’il reste un pusillus grex qui puisse reconstruire ce qui a été détruit. Nos enfants nous seront reconnaissants, comme l’ont été les enfants de ceux qui ont su résister à l’arianisme, à l’iconoclasme et à toutes les hérésies et persécutions du passé.

Et soyons clairs : nous n’avons pas la présomption de constituer une église parallèle de cathares, de « purs », mais nous voulons donner une réponse pour le temps qui sera nécessaire à une situation d’urgence et de crise. Personne ne veut usurper l’autorité des Pasteurs légitimes : organisons-nous plutôt pour résister aux pasteurs hérétiques et apostats, désobéissants à Notre-Seigneur et rebelles à son divin enseignement. Ce sont eux, et non les bons Catholiques, qui se placent en dehors de l’Église du Christ et c’est précisément pour cette raison que leur autorité est réduite à néant.

Prions pour être dignes de cette tâche et de pouvoir connaître le jour où la Sainte Église sera purifiée des sangliers qui la dévastent (Ps 79, 14). Dieu des armées, tournez-Vous et regardez du ciel, voyez et visitez cette vigne (ibid., 15).

Donné à MPI le 22 août 2023 en la fête du Cœur Immaculé de Marie

© Traduction de F. de Villasmundo pour MPI relue et corrigée par Mgr Viganò



Laissez un commentaire