M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La date limite approche pour sauver un important organisme de soins palliatifs. Achetez votre adhésion dès aujourd’hui !

Par Peter Stockland - Traduit par Campagne Québec-Vie - Photo : Angelov/AdobeStock

Du blog d'Alex Schandenburg (Euthanasia Prevention Coalition)

15 octobre 2021 (Convivium) Bien que nous sommes qu’en automne, Angelina Ireland espère et prie que le 22 octobre soit un très bon vendredi pour la Delta Hospice Society.

Le 22 octobre est la date limite pour les nouveaux membres rejoignant la Société qui aideront ainsi à renverser les militants pro-euthanasie et pro-suicide assisté qui cherchent à prendre contrôle du conseil d’administration du DHS de la banlieue de Vancouver et de ses 4 millions de dollars d’actifs.

Ireland veut s’assurer que le conseil d’administration dispose des chiffres nécessaires pour protéger ces actifs et investir dans le développement d’un réseau d’hospices privés à travers le Canada et les États-Unis où l’assistance médicale à mourir (AMM) ne sera pas autorisée.

La présidente du conseil d’administration du DHS et ses collègues souhaitent également l’adoption d’une résolution modifiant la constitution de la Hospice Society afin d’empêcher que l’AMM ne soit jamais autorisée dans un établissement privé du DHS. La résolution et la réélection du conseil actuel auront lieu lors d’une assemblée générale annuelle virtuelle plus tard cette année. Sa date sera fixée à la clôture des adhésions vendredi prochain.

« La date importante en ce moment est le 22 octobre », Ireland a déclaré à Convivium dans une interview. « Ceux qui souhaitent devenir membres doivent le faire avant (vendredi prochain). En s’affiliant au DHS, les gens auront la possibilité de réélire un conseil d’administration pro-vie et de voter “non” à l’euthanasie devenant une partie de la société. »

L'article continue ci-dessous...
Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Ireland a déclaré que le DHS a déjà remporté une victoire importante simplement en maintenant le droit d'ouvrir l'adhésion à tous ceux qui souhaitent s'affilier à DHS et en organisant virtuellement l'AGA pour qu'elle soit accessible à travers l'Amérique du Nord. Le 1er octobre, il a fallu une réunion houleuse de trois heures pour que le conseil d'administration actuel du DHS prévale sur ses rivaux pro-MAiD. Ironiquement, il a pu le faire en renversant la situation, utilisant des décisions juridiques qui étaient allées à l'encontre de la Société en 2020.

Des demandes préjudicielles de deux tribunaux de la Colombie-Britannique, dans les affaires judiciaires initiées par les partisans de l'AMM, ont refusé au DHS le pouvoir de limiter le nombre de ses membres. La Cour suprême du Canada a alors refusé d'entendre un appel de ces décisions.

Ireland a déclaré que la réunion récente était paradoxalement axée sur les militants pro-AMM cherchant eux-mêmes à limiter le nombre de membres lors du prochain AGA étant donné que le DHS avait pris les décisions comme allant de soi et les avait utilisées pour mobiliser environ 7 000 nouveaux membres à travers le Canada et les États-Unis.

« Tout d'un coup, ce n'était qu'un problème local. Quand ils nous ont menés devant les tribunaux pour que nous ne puissions pas rejeter leurs membres militants de l'euthanasie, ce n'était pas un problème local. Lorsqu'ils ont organisé une campagne nationale d'adhésion annoncée à travers le Canada, ce n'était pas un problème local. Mais lorsque cette (la campagne d'adhésion) n'a pas eu le succès prévu, c'est devenu un problème   local », a déclaré Ireland.

Elle estime que le conseil d'administration du DHS a attiré environ 4 000 membres de plus que ses opposants au MAiD, mais ni elle ni ses collègues ne tiennent rien pour acquis : « Nous savons que nos opposants sont très intelligents et très motivés. Ils font également une campagne d'adhésion en ce moment. Ils veulent renverser le conseil d'administration pour prendre en charge le DHS. Nous devons compter sur un effort local de la part des personnes qui comprennent qu'il s'agit d'une confrontation entre un conseil d'administration pro-vie et des personnes qui veulent élire un conseil promort.

Ireland insiste cependant sur le fait que le véritable objectif va bien au-delà des luttes internes de ces dernières années qui ont vu le conseil d'administration du DHS forcé de quitter l'hospice Irene Thomas de 10 lits et contraint d'abandonner son centre de soutien aux soins palliatifs, tous deux construits grâce à des millions de dollars venant de collectes de fonds. L'objectif, dit-elle, est d'enraciner une base pour un réseau de soins palliatifs du secteur privé non confessionnel qui offre un «sanctuaire» contre la clause d'AMM mandatée par l'État.

« Nous avons déjà construit un hospice et nous avons l'intention d'en construire un autre. Mais nous voulons aussi aider d'autres communautés à construire des hospices sans euthanasie et à l'abri du contrôle et de l'intervention du gouvernement. Ils (l'autorité sanitaire locale) ont volé 10 de nos lits de soins palliatifs parce que nous refusions de tuer nos patients. Nous voulons aider à créer 10 000 lits de soins palliatifs (au Canada et aux États-Unis) où l'euthanasie ne sera pas pratiquée. »

Devenez membre du Delta Hospice Society

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Transformez votre vie et la culture par une consécration. Suivez ce lien.



Laissez un commentaire