M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×

La compagnie YouTube pointée du doigt

Par Pascal Bergeron (Le Peuple) — Voici la ou les sources de cet article : The New York Times / Voici la source de la photo : truthseeker08/Pixabay

Les algorithmes de la compagnie suggèrent à des pédophiles des vidéos qui comportent des enfants.

Selon des représentants du géant californien YouTube, plus de 70 % du contenu visionné sur sa plateforme est lié aux recommandations faites aux utilisateurs par son logiciel qui utilise l’intelligence artificielle. Ce qu’il faut savoir, c’est que cette fonction aurait un effet pour le moins pervers, soit celui de suggérer à des pédophiles des vidéos qui comportent des enfants.

Les algorithmes sont conçus de manière à augmenter graduellement l’intensité des recommandations pour attirer l’attention de ses utilisateurs, et ce, en se basant sur leurs intérêts. Aussi inquiétant que cela puisse sembler, cette tendance est également omniprésente dans le contenu à caractère sexuel, où les vidéos promues sont celles qui mettent de l’avant des personnes de plus en plus jeunes, pour enfin déboucher vers des clips qui montrent des enfants.

Soulignons que ces vidéos sont bien souvent anodines et qu’elles ont été téléversées sur la plateforme par des parents qui veulent partager de beaux moments vécus en famille. Cela dit, l’algorithme de YouTube, de fil en aiguille, fait en sorte que ce contenu soit visionné par des individus mal intentionnés. Une femme vivant au Brésil l’a d’ailleurs apprise à ses dépens après avoir constaté que la vidéo de sa fille et de son amie qui jouaient dans une piscine avait été regardée plus de 400 000 fois. [Les costumes de bain modernes ne protègent surtout pas de la curiosité malsaine, et si ces petites filles en portaient, on peut bien penser que ça n’améliorait pas les choses.*]

Le professeur Marcus Rogers de l’Université Purdue, en Illinois, craint que cette fonction insidieuse contribue à normaliser la pédophilie en érodant le tabou qui interdit moralement la société à sexualiser les enfants. « C’est extrêmement puissant, et les gens se font entraîner [dans cette spirale] », a déclaré pour sa part Stephen Blumenthal, un psychologue spécialisé dans les comportements sexuels déviants.

Bien que désactiver la fonction qui recommande des vidéos incluant des enfants puisse permettre de régler le problème, cette solution a été écartée par la société californienne sous prétexte qu’elle causerait un trop grand « préjudice » aux créateurs de contenu en limitant le trafic.


*Commentaire d’Augustin Hamilton.

Publicité

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !



Laissez un commentaire