M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - avent 2022

prière

2010.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 16 jours -- Merci de votre générosité !

Georges BuscemiCher ami, chère amie de la Vie,

Gardons courage, il a vaincu le monde. (Jn 16:33) Même si la culture contemporaine semble s'engouffrer davantage dans le mensonge, nous sommes encore là, à dire les vérités essentielles sur la foi, la famille et la vie. Merci nous aider à continuer. Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

Deux adolescents heureux d’avoir refusé l’avortement de leur bébé : « Elle est la meilleure chose qui nous soit arrivée »


Zayda et sa fille Delia.

Par Lisa Bourne (LifeNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie

Lorsque Cole a découvert que sa petite amie Zayda était enceinte, il ne savait pas vraiment quoi penser.

Zayda avait 14 ans, à l’époque, Cole en avait 15.

« Nous étions plutôt jeunes », dit Cole.

« J’avais très peur », a-t-il dit. « Je ne savais pas ce que j’allais faire ».

Cole a dit à Pregnancy Help News que c’était lui qui avait mis la perspective de l’avortement sur la table parce qu’il pensait que c’était leur seule option ; il ne pensait pas qu’ils seraient capables d’élever un enfant à leur âge.

Mais ils ont ensuite trouvé le Reliance Center.

Zayda lui a dit que ce serait une bonne idée de se rendre à la clinique d’aide à la grossesse pour obtenir de l’aide, dit-il, mais il s’est replié sur lui-même et a d’abord dit non.

« Et puis, le temps que nous y arrivions... et puis à quel point ils étaient serviables », a déclaré Cole, « et ils ont offert des échographies gratuites et ils nous ont aidés avec tout ».

C’est en voyant l’image échographique du bébé Delia Jo qu’il a pleinement saisi la réalité de la vie de sa fille à naître.

Zayda était à 10 semaines de grossesse, et les bras, les jambes et les battements de cœur de Delia étaient évidents.

La peur et l’appréhension d’être parents les ont d’abord empêchés de prendre conscience de cette vie toute proche, à portée de main, a dit Cole, mais l’échographie a été un moment décisif, faisant apparaître la vérité.

« J’ai réalisé que j’avais [pro]créé* un être humain à ce moment-là, vous savez ? » dit-il, « et j’ai eu envie de le garder ».

« Je n’avais pas vraiment réalisé que j’avais [pro]créé* un enfant », a dit Cole, « et j’avais l’impression que je pouvais tout effacer si on avortait ».

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Avent 2022

2010.00 $ recueillis -- Objectif : $ 15 000 -- Il nous reste 16 jours -- Merci de votre générosité !

Donner à Campagne Québec-Vie

« Et puis après les battements de cœur, nous étions tous les deux fermes sur le fait de ne pas avoir recours à l’avortement », a-t-il dit.

La voix du père dans une situation de grossesse non planifiée est souvent absente pour diverses raisons. Les organisations d’aide aux femmes enceintes proposent fréquemment des cours sur la paternité et l’éducation des enfants, un service inestimable qui vise à favoriser les familles et les vies dans toutes les situations.

Avec l’aide et le soutien du Reliance Center, Zayda a donné naissance à Delia, qui a maintenant deux ans.

Cole se souvient de sa présence à l’hôpital lors de la naissance de sa fille et du soutien apporté par le Reliance Center.

« Je n’avais aucune idée de ce que les bébés boivent ou mangent, ni des couches, du tout », dit-il. « Et ils ont fourni littéralement tout ce dont nous avions besoin ».

« Nous n’avions aucune idée de ce que nous faisions », a déclaré Cole, « et ils nous ont guidés à travers tout cela ».

Zayda et Cole sont des lycéens très occupés. Ils ont pris part aux services de mentorat du Reliance Center autant que leur emploi du temps le leur permettait. La fondatrice du Reliance Center, Heather Lawless, a déclaré que Zayda et Cole venaient au centre chaque fois qu’ils avaient besoin d’aide ou de quelqu’un à qui parler.

Leur relation se transforme alors qu’ils s’efforcent de devenir de jeunes parents.

Zayda et Delia Jo ont voyagé avec le Reliance Center et Heartbeat International pour l’événement Babies Go to Congress de Heartbeat le 12 mai.

Heartbeat International est le plus grand réseau d’organisations d’aide aux femmes enceintes des États-Unis. Babies Go to Congress invite les membres du Congrès à rencontrer des mères et leurs bébés, ainsi que les organisations d’aide aux femmes enceintes qui les ont aidés. Ces rencontres sont essentielles pour sensibiliser le public à l’aide à la grossesse et faire comprendre aux législateurs fédéraux que les centres d’aide à la grossesse sont bons pour l’Amérique.

Cole a accompagné Zayda, Delia Jo et l’équipe du Reliance Center à Washington D.C. pour être présent dans les coulisses et soutenir Zayda.

Il a parcouru un long chemin depuis l’état d’esprit qui consistait à penser que l’avortement était la solution et qu’il était impossible d’élever un enfant à leur âge, sans compter le déni, au début de la grossesse de Zayda, que Delia Jo n’était pas qui elle était.

« Et maintenant, elle est la meilleure chose qui nous soit jamais arrivée », a déclaré Cole à Pregnancy Help News. « Je veux dire, j’ai mûri à 110 % et je ne suis plus du tout la même personne que j’étais ».

Les deux se sont engagés à être parents quoi qu’il arrive.

Faire le pas de demander de l’aide au Reliance Center, de choisir la vie et d’être le père de sa fille est l’effort de Cole pour contrecarrer la rupture pour Delia Jo.

« Mes parents n’étaient pas ensemble quand j’étais enfant », dit-il, « et je veux qu’elle ait cela (ses deux parents) ».

Lorsqu’on lui demande ce qu’il dirait à un ami qui se trouverait dans la même situation que lui, se découvrant père à un jeune âge, effrayé et ne sachant pas quoi faire, Cole s’empresse de répondre.

« Ce n’est pas du tout la fin du monde », dit-il. « C’est plutôt un commencement. »

« Je veux dire, ce n’est pas la fin du monde du tout. Vous savez ? » a-t-il dit. « Si vous pouvez trouver quelqu’un qui peut vous aider et vous guider à travers ça, comme Heather l’a fait pour nous. »

Il met en garde contre le fait de prendre une décision de grossesse en se sentant pressé ou sous pression.

« Il faut juste bien réfléchir et penser à ce qui est le mieux pour l’enfant et ce qui est le mieux pour vous, vous savez ? » a-t-il déclaré à Pregnancy Help News. « Je veux dire, si nous étions allés de l’avant avec l’avortement, je pense que ma vie aurait été très différente. Je ne pense pas qu’elle aurait été aussi heureuse qu’elle l’est. »

Et à la question de savoir s’il aime être père ?

« Je n’échangerais cela pour rien au monde, à 100 % », dit Cole. « J’aime cette enfant plus que tout, elle est ma préférée. »

Note de LifeNews : Lisa Bourne est directrice de la rédaction de Pregnancy Help News et rédactrice de contenu pour Heartbeat International. Cet article a été initialement publié sur Pregnancy Help News.


*« procréer » est le terme adéquat dans ce cas-là, plutôt que « créer ». — A.H.

Campagne de financement - Avent 2022

Merci de votre générosité. L'objectif est de 15 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie



Laissez un commentaire