M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Des femmes racontent comment la maternité leur a donné « une liberté inimaginable »

Par Anne Marie Williams (LiveActionNews) — Traduit par Campagne Québec-Vie — Photo : user18528052/Freepik

Les femmes milléniales sont plus susceptibles que les membres des générations précédentes de retarder la conception d’un enfant, et les raisons de ce retard ont fait couler beaucoup d’encre. Il est certain que les finances jouent un rôle. Il semble également y avoir un thème récurrent chez les jeunes femmes, à savoir la peur de se perdre en ayant des enfants avant de savoir vraiment qui elles sont. Cependant, certaines femmes milléniales affirment avoir vécu exactement le contraire. En devenant mères, elles ont appris beaucoup sur elles-mêmes et ce dont elles étaient capables. Elles ont découvert que les enfants ne sont pas des boulets et des chaînes miniatures, largement responsables de la mort des rêves de leurs mères. Au contraire, les enfants rendent ces rêves plus brillants et plus précieux.

Un récent article de Verily présentait une femme qui, dans la vingtaine, n’avait aucun projet concret de maternité... elle n’en avait jamais eu. Selon Mara Measor, « Je n’étais pas enthousiaste à l’idée d’avoir des enfants parce que j’avais des projets pour ma propre vie, des choses que je voulais accomplir. Dans mon esprit, les enfants auraient fait obstacle à ces projets. Je voyais la maternité comme un rôle d’abnégation sans fin, ce qui ne m’enthousiasmait pas particulièrement. Puis, j’ai senti que l’horloge commençait à tourner pour mes ambitions. » Lorsqu’elle a réussi à concevoir un enfant à l’âge de 29 ans, « mon cœur a lentement sombré pendant dix mois inconfortables. C’est fini, ai-je craint. C’est sur le point de se terminer pour moi ». Measor redoutait d’entrer dans « un monde fade de préparation des repas, de sorties au terrain de jeu et de nettoyage d’appartement ».

Mais au contraire, Measor a découvert qu’« avant même de prononcer son premier mot, mon enfant m’avait entraînée sur un magnifique chemin de découverte de soi… » Peu à peu, sa fille nouveau-née « a commencé à me contaminer avec sa joie de vivre sans limite. Je ne pouvais m’empêcher de m’émerveiller chaque jour de voir qu’elle n’avait aucune honte à être pleinement elle-même. Elle n’était pas obsédée par l’idée de faire ses preuves. Elle n’avait pas peur de demander ce qu’elle voulait. Elle n’avait pas peur qu’on lui dise “non”. Quel que soit l’obstacle qu’elle rencontrait, elle trouvait le moyen de continuer à avancer. » Inspirée par sa fille, Measor a ravivé son ancienne passion pour le chant et l’écriture de chansons, ce qui l’a amenée à sortir un nouvel album.

L'article continue ci-dessous...
Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.

Consultez quotidiennement Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Cliquez « J'aime » si vous êtes pro-vie !

Abonnez-vous à notre chaîne Youtube !

Elizabeth Bruenig est une autre maman milléniale qui a découvert que la maternité n’est pas « une corvée, mais un plaisir, pas la fin de la liberté telle que vous la connaissez, mais le début d’une sorte de liberté que vous ne pouvez pas imaginer ». Grâce à la maternité, Bruenig a réalisé qu’« [à] l’exception — peut-être — de quelques caractéristiques immuables, vous n’êtes pas ce que vous découvrez un jour que vous êtes, après essais et erreurs et au terme de recherches intérieures ; vous êtes constamment en train de devenir, invention de révolutions sans fin. On ne sait jamais qui on est, parce que ce qu’on est toujours en train de changer. »

La normalisation de la limitation des naissances et de l’avortement a été réalisée en disant aux femmes que pour obtenir un diplôme ou réussir dans une carrière elles doivent soit ne pas avoir d’enfants du tout, soit retarder le moment d’avoir des enfants jusqu’à ce que leurs objectifs professionnels soient atteints. L’industrie de l’avortement a longtemps trompé les femmes en leur faisant croire qu’elles avaient besoin de l’avortement pour réussir.

Pourtant, de nombreuses femmes apprennent ce dont elles sont capables grâce à l’expérience de la maternité et de l’éducation des enfants. La maternité cristallise les rêves de nombreuses femmes, les incitant à gérer leur temps de manière encore plus efficace et à établir des priorités afin de contribuer au maximum à la maison et dans le monde. Loin de les priver de leur vie, de nombreuses femmes ont découvert que leurs enfants rendaient leurs rêves encore plus brillants, et que les bébés et les rêves allaient vraiment de pair.

Consultez Culture de Vie, un site de nouvelles sur la foi, la famille et la vie, de Campagne Québec-Vie

Le Québec prie le chapelet en public pour la fin de la crise sociétale liée au covid. Suivez ce lien pour en savoir plus.



Laissez un commentaire