M'INSCRIRE
DONNER

Joignez-vous au mouvement

CQV défend la personne humaine, de la conception à la mort naturelle.

ou

×
×

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

prière

$ 2792 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 8 jours -- Merci de votre générosité.

Georges BuscemiChers amis de la Vie,

Pour que la Marche de 2025 soit encore plus grande et belle : Merci de nous aider ! Donnez généreusement.

Georges_Signature-transparent.png
Georges Buscemi, Président

Donner à Campagne Québec-Vie

L'euthanasie pourrait être étendue pour les Québécois souffrant d’Alzheimer

Par Joanne D’Arc (Campagne Québec-Vie) — Photo : Unsplash.com

QUÉBEC — L’euthanasie pourrait à nouveau être élargie pour les Québécois, cette fois pour ceux qui souffrent de la maladie d’Alzheimer.  

« La ministre de la Santé et des Aînés du Québec, Sonia Bélanger, déposera une nouvelle version du projet de loi visant à élargir l’aide médicale à mourir (AMM) en 2023 », rapporte CTV News. 

Mme  Bélanger reprend le projet de loi de Christian Dubé, ministre de la Santé, qui n’a pas réussi l’an dernier à faire adopter le projet de loi  38 qui aurait permis aux personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer de faire une demande anticipée d’« Aide médicale à mourir » si elles souhaitent en faire la demande avant d’en être incapables.  

Les patients atteints d’une forme grave de la maladie d’Alzheimer sont généralement incapables de donner un consentement clair et éclairé et la loi leur interdit donc d’avoir accès à l’« AMM ». 

La loi québécoise sur l’« AMM » exige que les patients donnent leur consentement écrit à l’euthanasie dans les 90 jours précédant la procédure d’euthanasie ; ce projet de loi leur permettrait de faire une demande plus tôt. 

Le document PDF officiel de 2022 de l’Assemblée nationale du Québec sur le projet de loi explique :  

« L’objet de ce projet de loi est principalement de modifier la Loi sur les soins de fin de vie en ce qui concerne l’admissibilité à l’aide médicale à mourir. 

Le projet de loi rend admissibles à cette aide les personnes atteintes d’une incapacité neuromotrice grave et incurable qui répondent aux autres critères prévus par cette loi. Le projet de loi permet également aux personnes atteintes d’une maladie grave et incurable entraînant l’inaptitude à consentir aux soins de faire une demande anticipée d’aide médicale à mourir afin de pouvoir bénéficier de cette aide lorsqu’elles seront devenues inaptes. Le projet de loi prescrit les règles applicables quant au contenu et à la forme de ces demandes anticipées et établit les responsabilités des différentes ressources qui participent à l’élaboration ou à la mise en œuvre de ces demandes. De plus, il détermine les critères à respecter pour que l’aide médicale à mourir soit administrée à une personne devenue inapte à consentir aux soins, notamment les critères relatifs à l’observation des souffrances qu’elle éprouve. La Commission sur les soins de fin de vie est également chargée de veiller à l’application des exigences propres aux demandes anticipées d’aide médicale à mourir. [...] » 

L'article continue ci-dessous...

×

Campagne de financement -- Marche pour la vie 2024

$ 2792 recueillis -- Objectif: 10 000 $. -- Il reste 8 jours -- Merci de votre générosité.

Donner à Campagne Québec-Vie

Un groupe de cinq gériatres québécois du Collectif des médecins contre l’euthanasie, dont José A. Morais, Pierre J. Durand, Félix Pageau, Donald M. Doell et la présidente du Collectif des médecins, Catherine Ferrier, ont présenté un mémoire au Comité de la santé et des services sociaux en réaction au projet de la loi  38. 

Dans ce mémoire, ils font valoir que « le consentement préalable ne peut jamais être pleinement éclairé ». 

Parmi leurs autres points valables, leur mémoire indique :  

« Notre prédiction, si ce projet de loi est adopté, est que les soins gériatriques seront perturbés par la demande d’AMM, tout comme les soins palliatifs le sont actuellement. Les conseils et la réflexion approfondis exigés par le projet de loi ne feront que détourner les ressources disponibles, déjà limitées. Elles seront étirées au-delà de leurs limites pour inclure les consultations d’AMM. Les évaluations seront précipitées. Les décisions seront prises sur la base de la peur et de la stigmatisation. Les patients souffriront et mourront prématurément. 

Lorsque le patient sera incapable de prendre des décisions, l’AMM sera pratiquée, non pas à la demande autonome du patient, mais parce qu’un tiers jugera sa souffrance intolérable. 

C’est ce que vous voulez ?» 

Le Collectif des médecins contre l’euthanasie conclu son mémoire en disant :  

« Les Pays-Bas, seul pays au monde à autoriser l’euthanasie de patients conscients sur demande préalable, sont embourbés dans une controverse sur cette pratique. 

Provoquer la mort d’une personne atteinte de démence, qui ne le demande pas, en l’absence de consentement adéquat, est contraire à l’autonomie et à la bienfaisance, et ne devrait pas être autorisé dans un pays civilisé. » 

Le président de Vivre dans la Dignité, M.  Alex King, a rédigé une autre lettre ouverte en septembre 2022 avec la présidente du Collectif des médecins contre l’euthanasie, Dr Catherine Ferrier. Dans cette lettre intitulée «Le projet de loi dont aucun parti ne veut parler», ils affirment qu«une société comme la nôtre ne devrait jamais donner la mort à des personnes inaptes, peu importe les circonstances». 

Ils soulèvent également les questions suivantes concernant le projet de loi 38 :

 «Voulez-vous vraiment forcer les maisons de soins palliatifs à offrir l'aide médicale à mourir ? Que l'on soit pour ou contre l'offre de l'aide médicale à mourir dans ces lieux (une majorité d'entre eux choisissent aujourd'hui de l'offrir), il est toujours contre-productif d'imposer un acte d'une telle ampleur dans des maisons de soins palliatifs dont la mission première sera toujours les soins palliatifs jusqu'à la mort naturelle.

Voulez-vous vraiment que les troubles neuromoteurs soient étudiés dans le prochain projet de loi sur les MAiD ? Le handicap comme critère d'accès à l'aide médicale à mourir n'a jamais fait l'objet d'un débat parlementaire au Québec. Malgré l'opposition des associations nationales de défense des droits des personnes handicapées (cliquez sur les liens suivants pour des exemples : Inclusion Canada et Handicap sans pauvreté), le projet de loi fédéral C-7 (mars 2021) prend en compte ce critère dans certaines circonstances, mais il n'est pas réglementé dans la législation québécoise. Une vision discriminatoire de la situation de handicap sous-tend cette vision. Le handicap seul serait suffisant pour vouloir mourir. C'est inacceptable dans une démocratie libérale qui cherche à protéger les personnes les plus vulnérables à la discrimination, comme les personnes atteintes de démence. » 

Lune des plus grandes organisations étudiant la maladie, Alzheimers Disease International, a publié un rapport mondial en 2022 dans lequel, le gériatre québécois Dr Félix Pageau déclare que leuthanasie pour les personnes atteintes de démence nest pas une piste à privilégier (voir page 186 du rapport).   

De plus, ouvrir la porte à une demande d’euthanasie précoce pour les patients souffrant d’Alzheimer pourrait leur ôter toute motivation pour traiter la maladie et choisir l’espoir de vie.  

Les États-Unis ont récemment déclaré qu’ils autorisaient un nouveau traitement pour la maladie d’Alzheimer, selon le Journal de Montréal

« Ce nouveau traitement, qui sera commercialisé sous le nom de Leqembi, est désormais recommandé par la Food and Drug Administration (FDA) américaine pour les patients qui n’ont pas encore atteint un stade avancé de la maladie. » 

Il représente « une avancée importante dans notre combat pour traiter efficacement la maladie d’Alzheimer », a déclaré la FDA dans un communiqué. 

La proposition et l'extension de l'euthanasie aux patients souffrant d'Alzheimer réduiraient leur motivation à rechercher un traitement et à se sentir poussés par le système ou craindre d'être une charge pour leur famille. 

Le cas de Roger Foley est l’exemple d’un patient qui subit des pressions de la part de l’hôpital et du gouvernement pour qu’il bénéficie de « l’aide à mourir », alors qu’ils l’empêchent d’avoir accès à des options de soins.  

« On continue à m’attaquer à travers mes soins, on me refuse les nécessités de base de la vie, et on me refuse des soins de santé appropriés et dignes. J’ai très peur, le gouvernement et le système de soins de santé veulent mettre fin à ma vie plutôt que de m’aider à vivre dans la dignité et la compassion », écrit Foley dans l’un de ses blogues.  

« L’hôpital me facture actuellement 1800  dollars par jour et continue à me contraindre à la mort assistée pendant la pandémie de Covid-19 alors qu’ils ont menacé de le faire et m’ont proposé la mort assistée. Au lieu de protéger la vie des personnes âgées, des personnes handicapées et des personnes vulnérables, l’hôpital et le gouvernement profitent de la situation en exploitant et en abusant des personnes vulnérables avant et pendant la pandémie de Covid-19 et ne protègent pas leur vie dans tout le pays. Tant de personnes meurent inutilement, alors que de solides soins autogérés à domicile permettraient à tous les Canadiens d’être plus en sécurité dans leur propre maison », écrit Roger Foley. 

« J’ai vu et entendu parler d’un si grand nombre de personnes vulnérables qui ont été poussées vers une mort assistée injustifiée, que je me sens responsable de dire la vérité sur ce qui se passe réellement. Le public est induit en erreur. MAiD (acronyme d’AMM en anglais) ne signifie pas vraiment Aide médicale à mourir, sa véritable signification est Mislead Answers in Dying (Réponses trompeuses sur la mort) » conclut Foley. 

Campagne de financement - Marche pour la vie 2024

Merci de votre générosité. L'objectif est de 10 000$.

Ania

« Le site de CQV est un outil de référence et d’information sans précédent pour les défenseurs de la vie au Québec ! »

⁠—Ania

Donner à Campagne Québec-Vie


Laissez un commentaire